Equipe missionnaire de Tourcoing : quatre garçons dans le vent de la mission

Le récent synode provincial a impulsé un certain nombre d’innovations pastorales. Parmi elle les équipes missionnaires. Des équipes composées de prêtres, de diacres, et de laïcs en mission ecclésiale qui ont la volonté de travailler ensemble pour ouvrir un maximum de portes dans et hors de l’église afin d’y faire vivre une dynamique missionnaire. Une expérience qui commence à porter du fruit dans les quartiers périphérique de Tourcoing où la Mission Ouvrière est très implantée. Rencontre avec quatre garçons dans le vent de l’Esprit Saint : Jean Michel, Norbert, Baptiste et Damien.

Damien, prêtre coordinateur de l’équipe nous présente leur terrain de mission « Les quartiers périphériques de Tourcoing sont des quartiers populaires qui représentent les 2/3 de la population de la ville. Ça débute au sud par le quartier des Francs puis en suivant le boulevard industriel ça va jusqu’à Saint Gérard à Wattrelos ». 60.000 habitants, 3 paroisses, 9 clochers… Bref il y a de quoi faire ! « A cause du boulevard qui fait le tour de la ville, les habitants d’un quartier ne passent pas par les autres quartiers pour se rendre quelque part, il y a donc un esprit de quartier très fort. Avant d’être de Tourcoing, tu es d’un de ses quartiers » précise Baptiste, laïc en mission ecclésiale formé au MRJC. «Les francs, la croix rouge, les orieux, la bourgogne, la marlière… ce sont tous des quartiers populaires avec un grand métissage et une présence parfois forte de l’Islam. Le chômage est important, surtout chez les jeunes » conclut Jean Michel, prêtre habitant à la limite des quartiers des phalempins et belencontre.

equipe-missionnaire-t
Baptiste, Norbert et Jean Michel (il ne manque que Damien) avec Jean Luc et Stéphane de la Mission Ouvrière

Ça fait un grand champ à labourer pour quatre personnes ? « Le rôle de l’équipe missionnaire n’est pas de faire à la place des chrétiens. Notre rôle c’est de saisir les opportunités d’initiatives missionnaires et d’en créer de nouvelles » prévient Damien. Il s’agit donc d’aller à la rencontre des chrétiens mais aussi des associations, des institutions, des clubs de sport… Aller à la rencontre pour créer du lien et libérer des énergies. « Il y a plein de gens croyants qui veulent mettre en place des groupes, mener des initiatives… Ils attendent juste le coup de pouce qui va les mettre en marche » résume Baptiste. Par la rencontre, il veulent mettre un maximum de gens en marche et mettre dans les coup tous les acteurs de l’église dont les paroisses mais aussi l’ACE, la JOC et l’ACO, déjà bien présents sur le terrain. Et ça marche !

Avec les équipes d’animation paroissiales des trois paroisses, ils ont travaillé des projets pastoraux à partir des besoins de chaque lieux et des envies de chaque chrétiens. A la marlière, un projet de construction d’un enclos paroissial avec des jardins ouvrier est lancé. A la Bourgogne, un groupe de chrétiens en quartier populaire se retrouvent avec des militants de l’ACO. A Saint Gérard, les chrétiens prennent leur place dans le projet de cité artisanale. A la croix rouge, les liens avec les associations se tissent. Avec l’ACE, un projet de nouveau club émarge à la bourgogne et un camp d’été va être organisé…

Au centre de cette démarche tout azimuts il y a une volonté « permettre à chacun de mettre de l’ouverture du cœur dans ses rites, ses habitudes… Dans l’église chacun fait bien ce qu’il fait, il ne manque parfois qu’une petite ouverture du cœur pour être pleinement missionnaire » résume Jean Michel. C’est par exemple proposer à l’atelier couture du cercle St Jacques de faire une initiation aux enfants.

« L’ACE, la JOC et l’ACO ont toute leur place dans cette dynamique. Ils sont un don de l’Église, une part du vitrail ecclésial et nous voulons que cette part brille à son maximum, comme les autres » s’enthousiasme Jean Michel. Avec le rassemblement national de la JOC qui approche, ce ne sont pas les occasion de briller qui vont manquer à Tourcoing.

Pour créer ces liens, ces opportunités, l’équipe missionnaire a su créer de la confiance avec les acteurs du territoire mais elle a su aussi travailler ensemble. « Chacun de nous est différent mais faire ensemble nous donne le courage d’avancer et d’aller à la rencontre de tous » confirme Norbert, le prêtre franciscain de l’équipe. Chaque mardi, les 4 membres de l’équipe se retrouvent pour partager leurs rencontres de la semaine, leurs réussites et leurs difficultés et pour faire du lien, encore et toujours.

Publicités

La Mission Ouvrière des Weppes fête Noël autour d’une crèche un peu spécial

Par une nuit froide, au fond d’une cour sombre et étroite vous trouverez une salle nimbée de lumière… Non ce n’est pas le début d’un roman policier mais le chemin à parcourir pour se rendre à la salle paroissiale de Wavrin qui a accueillie le mardi 20 décembre 2016 la fête de Noël en Mission Ouvrière du doyenné d’Haubourdin Weppes.

 

Une trentaine de personnes, militants de la JOC et de l’ACO se sont retrouvés autour de la petite équipe de préparation pour vivre une fête de Noël joyeuse et créative. La rencontre débuta par la lecture du message de Noël de la Mission Ouvrière « Aujourd’hui Noël se renouvelle ». Répartis en trois groupes les participants ont ensuite prit le temps de discuter pour partager leurs bonnes nouvelles.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans un climat social où les personnes du milieu ouvrier en prennent plein la gueule à longueur de journée, il n’est pas facile de trouver ces bonnes nouvelles. Mais entre les licenciements économiques, les attentats et la montée des populismes, l’espoir est là. L’espoir c’est une jeune fille que manifeste et se bat pour la première fois pour ses conditions de travail. C’est un étudiant étranger accueilli à bras ouvert par ses camarades de classe. Ce sont des équipes ACO jeunes du secteur qui se multiplient et grandissent. C’est aussi l’indignation de beaucoup face à tout ce qui détruit l’humain et la nature.

Ces réalités, ce ne sont pas que de belles paroles. C’est la vie des dizaines de personnes cités ce soir là et qui n’ont pas pu être présents. Parce que les acteurs de la Mission Ouvrière pensent à eux, vivent avec eux et luttent avec eux, ils ont voulu les porter auprès de Dieu pour qu’il les soutiennent dans leurs vie et leurs combats. Alors ils les ont symbolisé par de petites poupées de papier et les ont installés dans la créché au coté de Jésus. Jésus, ce Dieu qui s’est fait homme pour vivre et lutter avec eux. Étaient présents dans cette crèche, une copine d’ACO qui vient d’avoir un enfant, les prisonniers d’Annoeullin, les migrants et les roms du doyenné, un copain du syndicat, un voisin serviable décédé récemment et même un petit St Nicolas, éveque de Myre et symbole de la communion de l’assemblée avec toute l’Église.

img_5649

Les participants ont ensuite accroché des étoiles reprenant les bonnes nouvelles partagées en groupes. Autour du petit Jésus que de monde, tout un peuple de Dieu en marche et que de bonnes nouvelles constructrices du Royaume de Dieu ! Il ne manquait que la lumière d’une quinzaine de bougies. Alors André, diacre engagé en Mission Ouvrière, invita les participants à se prendre les mains et la prière « Notre père » résonna dans la salle, le silence dura un peu puis André annonça « allez dans la paix du Christ ».

Ils rendirent grâce à Dieu et partagèrent un bon repas chaud avec entre autre une soupe de légumes préparée par Georges, prêtre à Loos et Paul jeune étudiant jociste. Une soirée qui fit chaud au ventre comme au cœur.

img_5656

Festive et créative : La Mission Ouvrière de Roubaix fête Noël !

Ce dimanche 18 décembre 2016, des chants d’enfants s’élèvent de la salle paroissiale de l’église du Saint Rédempteur dans le quartier du Pile à Roubaix. Que sont ces chants ? Des cantiques ? Non, ce sont les enfants de l’ACE du quartier qui chantent à tue tête la chanson « On écrit sur les murs » de Kids United. Les adultes se laissent vite prendre au jeu et au dernier couplet c’est toute la salle de 70 personnes réunit pour fêter Noël en Mission Ouvrière qui chante avec eux.

img_5567

Café à la main et sourire au visage, chacun est heureux d’être là pour fêter la nativité en compagnie de nouvelles rencontres : les enfants de l’ACE, les militants de l’ACO, des personnes du Secours Catholique… Il y a une belle diversité de visages dans une salle à l’image de la ville et du quartier. Logiquement, il y a deux fois plus de mains que de visages et celles ci sont rapidement mise à contribution par les organisateurs de l’après midi qui proposent aux participants de se répartir en divers ateliers pratiques.

Pendant que l’atelier chant prépare une chanson à partager, l’atelier peinture élabore une fresque à 20 mains. Les enfants aussi ont leur atelier où chansons et peintures vont de paire. D’autres encore préparent un sketch sur une situation vécue dans l’année pendant que deux groupes échange autour d’un photo langage sur la rencontre de l’autre. Durant une heure, les talents de chacun sont mit à contribution pour une fête de Noël sous le signe de la créativité.

Quand les ateliers prennent fin, tous se réunissent pour lire ensemble le message de Noël de la Mission Ouvrière.

L’atelier sketch s’empare alors de la scène pour présenter leur création inspirée d’une histoire vraie vécue par des habitants du quartiers. Une création a découvrir sur notre chaîne Dailymotion: Sketch Noël en Mission Ouvrière de Roubaix.

Les enfants ont prit le relais pour partager un dessin qu’ils ont réalisé et une fresque à laquelle ils ont fait participer toutes les personnes présentes.

Les ateliers photo langage ont partagé le fruit de leurs échanges lors desquels la fraternité et les luttes furent misent à l’honneur.

img_5556

La chanson de l’atelier chant mit de la joie au cœur de l’assemblée. Une création originale a découvrir sur notre chaîne Dailymotion : Chant Noël en Mission Ouvrière de Roubaix.

L’atelier peinture mit de la couleur au décors en accrochant leur création au mur et en la présentant à l’auditoire.

img_5579

Des chants et un goûter vinrent clore une belle fête de Noël symbole d’une Église participative, pleine de joie et de créativité.

La Mission Ouvrière de Tourcoing fait rimer Noël et Bonne Nouvelle

Accueilli par la bonne odeur du chocolat chaud, on se sent immédiatement comme à la maison en entrant ce dimanche 18 décembre dans la salle paroissiale de l’église Saint Thomas dans le quartier de la Bourgogne à Tourcoing. Une ambiance familiale renforcée par la proximité de la trentaine de personnes heureuses de se retrouver et d’échanger des nouvelles.

img_5539

« On va commencer ! » annonce Corine, responsable ACO, avec une voix qui n’a pas besoin de micro. Alors chacun est invité à partager ce que le mot « Noël » lui évoque. Les propositions fusent : amour, famille, trêve, chaleur, célébration, communion, cadeaux, sapin… Il en ressort trois grandes catégories de mots : des mots qui renvoie à l’humain, des mots de foi et des mots matériels. De ces grandes dimensions de Noël celle de la foi porte un sens particulier.

Un sens que nous redit le message de Noël de la Mission Ouvrière dont la vidéo est diffusée et applaudie par les participants. Un message fort qui sert de base aux échanges en petits groupes. On parle de la vie dans le quartier avec son lot de bruits et de difficultés. On parle de l’importance de ne pas juger l’autre mais de le comprendre. On parle des élections à venir qui n’augurent rien de bon. On parle du Christ qui nous invite encore et toujours à nous battre et à espérer. Enfin on échange autour de cette question : C’est quoi notre bonne nouvelle pour aujourd’hui ?

Chacun l’écrit sur un papier, le partage avec les autres et va le déposer, comme une offrande, devant la crèche. Un temps d’écoute, de partage, d’espoir. Alors le silence se fait et les prières du Notre Père et de Je vous salue Marie raisonnent dans la salle. Les yeux se rouvrent, les sourires sont de retour sur les visages. C’est reparti pour une année de luttes au service du monde ouvrier et des quartiers populaires.

img_5531img_5534img_5544

Mission Ouvrière Flandres Lys : Noël se renouvelle !

« Aujourd’hui Noël se renouvelle » c’est à la fois le titre du message de Noël de la Mission Ouvrière et une réalité pour la Mission Ouvrière Flandres Lys. En cette soirée du 17 décembre, une soixantaine de personnes dont une quinzaine de jeunes et d’enfants se sont retrouvés pour célébrer Noël ensemble. Membres de l’ACE et de l’ACO, habitants des quartiers populaires d’Hazebrouck et de Merville, ils étaient tous là pour que se renouvelle le miracle de la nativité.

img_6927

Assis en petits groupes, les participants découvrent sur chaque table un apéro de bienvenue et des mots finissant tous par la sonorité « elle » comme Noël. Belle, fraternel, ciel, frêle, réelle, appel… chacun est invité a exprimer ce que ces mots leur évoque dans ce qu’ils vivent et avec ceux qu’ils rencontrent.

Soudain, un ange apparaît dans la salle, puis Marie, un berger et Joseph le suivent. Ce sont les enfants de l’ACE et un jeune participant qui nous font revivre la scène de la crèche. C’était il y a plus de 2000 ans… Mais c’est aussi aujourd’hui. Le message de Noël de la Mission Ouvrière est proclamé par vidéo « Aujourd’hui Noël se renouvelle » !

img_6958

Le père Bernard Moniez invite alors chacun à s’associer à cette vie qui se renouvelle : « Chaque fois que nous posons un geste d’amitié et de solidarité. Chaque fois que nous luttons contre toutes formes d’injustice. Chaque fois que nous défendons la dignité de l’humain et le respect de notre planète. Chaque fois que nous accueillons les blessés de la vie. Chaque fois que nous aimons tout simplement. Pour l’ensemble de nos efforts humains à faire de ce monde une terre fraternelle, nous te remercions, parce que tu nous laisses y découvrir le visage frêle et fragile de ton Fils nouveau-né. Oui, Seigneur, renouvelle en nos cœurs notre foi en l’humain ! ».

Une belle prière que vous pouvez découvrir et partager en intégralité : priere-noel-en-mo-flandres-lys

Alors débute le repas fraternel auquel chacun a contribuer par un plat ou une bouteille. Un repas festif et convivial lors duquel fut organisé une tombola au profit du prochain rassemblement national de la JOC le 15 avril 2017 à Paris.

La soirée se conclut par des vœux de bonheur partagé et une promesse, celle de se retrouver le 7 janvier 2017 à 14h30 pour fêter l’épiphanie à la maison diocésaine de Merville.

img_6974

Mission Ouvrière du dunkerquois : un Noël animé par l’amour déraisonnable de Dieu pour l’humanité

Chaque année, la Mission Ouvrière du Littoral Dunkerquois choisit de fêter Noël dans un lieu différent. Une manière de sortir de son confort et de ses habitudes pour être proche du terrain. Cette année c’est l’église Saint Antoine de Petite Synthe à Dunkerque qui a décroché le ponpon et une cinquantaine de personnes du milieu ouvrier s’y sont réunit samedi 17 décembre pour un moment de fête, de partage et de prière.

fullsizerender

Viviane, coordinatrice locale de la Mission Ouvrière, ouvre la fête en invitant l’auditoire à regarder la vidéo du message de Noël de la Mission Ouvrière. Ce est ponctué par les témoignages des acteurs locaux des composantes de la Mission Ouvrière. Une responsable de l’Action Catholique Ouvrière partage sa vie d’équipe : « On fait équipe avec un grand E car on se soutient. Nous voulons vivre debout et lutter contre les injustices ». Puis les jeunes de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne prennent la parole « Noël est l’instant du partage, de l’espérance d’une paix possible, d’une solidarité avec nos proches et avec ceux qui n’ont rien. C’est un moment de rencontre entre nous et de rencontre avec Jésus. Une rencontre qui ne demande qu’à grandir ».

Des paroles qui ouvrent le cœur des participants qui se réunissent en petit groupe pour partager autour de la phrase du pape François « Sont inséparables la préoccupation pour la nature, la justice envers les pauvres, l’engagement pour la société et la paix intérieure » extraite de l’encyclique « Laudato Si » et reprise par le message de Noël de la Mission Ouvrière. Un débat effréné s’engage alternant partage d’expérience et opinions personnelles.

Dans un groupe Philippe engage la discussion : « Pour prendre soin de la planète il faut prendre soin des exclus. Et vice-versa. C’est un tout ». Renée ajoute «  Quand je vois de la misère j’arrive pas à être heureuse. Je dois donc me bouger pour que ça change. Chacun a un rôle. Quand la nature s’appauvrit on s’appauvrit tous ». Monique confirme « Un engagement au service des autres ça rayonne. J’ai accompagné un monsieur en soin palliatif. Il était entouré de personnes et leur communiquait sa joie car il était très engagé dans la société ». Un dernier de partager « En août je suis aller visité des éleveurs qui font leur fromage eux même. Ils prennent le temps de bien faire les choses. C’est une question d’éthique ! Disent ils. C’est fort ».

Des constats ils passent à l’analyse quand l’un dit « Qu’est ce qui cause la destruction de la nature, du lien social, de l’humain et de la spiritualité en nous ? C’est une seul et même chose : l’amour de l’argent de nos dirigeants qui préfèrent tout détruire pour une poignet de billet alors qu’ils sont déjà riches ». Ensemble ils donnent du sens à ce combat « On croit que l’histoire de Jésus est le signe d’un engagement de Dieu. A nous de nous engager ». « Je suis confiant dans l’avenir. Il y a toujours des gens qui veulent agir » conclut un participant.

Et l’analyse mène à l’action de proximité « Quand la communauté urbaine on ajouté des poubelles de tri c’était embêtant mais c’est rentré dans les habitudes et aujourd’hui on y tient ». Puis à l’action plus large « On doit agir comme consommateur par nos choix quotidien mais aussi par le vote et parfois par de l’action directe comme les faucheurs de chaises. C’est illégal mais le Christ ne rompait il pas le Sabbat ? »

img_5503

Ces partages enflammés sont notés sur des feuilles et des fruits qui sont ensuite collés sur l’arbre de vie prés de l’autel. Puis à la procession des offrandes chacun apporte un objet symbole de ce que l’on veut apporter à Dieu en cette fête de Noël : une lutte, une personne, une communauté… Le Secours Catholique, l’aumônerie des prisons et l’association Salaam, partenaires de la Mission Ouvrière prennent la parole pour témoigner de leur solidarité avec les chrétiens qui agissent au quotidien avec eux.

img_5517

La célébration eucharistique débute dans la chapelle de semaine. La lettre de Saint Paul à Tite nous appelle à agir avec raison animés par l’amour déraisonnable de Dieu pour l’humanité. Un fil conducteur qui anime toujours la Mission Ouvrière du littoral dunkerquois.

img_5524

Mission Ouvrière de Lille : une fête de Noël sous le signe du partage

« Ah ben tu es là aussi ? » demande une dame à une jeune de la JOC en entrant dans une salle paroissiale à craquer. « Ben oui » répond la jeune femme en garant sa poussette sur le coté de la salle. La fête de Noël en Mission Ouvrière de l’agglomération lilloise a fait le plein ce samedi 17 décembre. En plein cœur du quartier populaire de Wazemmes, des enfants, des jeunes, des hommes et des femmes de divers horizons ont choisi de prendre un temps de partage et de célébration ensemble.

Du militant de longue date à celle qui vient pour la première fois, ils ont en commun de vivre aux périphéries de notre société. Périphérie du monde du travail marquée par le chômage et la précarité. Périphérie du monde politique et des médias contrôlés par un élite riche, périphérie de nos villes aux loyers de plus en plus élevés… Mais aujourd’hui, ils sont au centre car ils fêtent ensemble la venue au monde de celui qui à voulu faire des derniers de ce monde les premiers du monde qui vient.

img_5489

Après un bon café, la centaine de personne présentes prennent place dans la salle pour regarder un diaporama reprenant les vœux exprimés lors de la fête de Noël de l’an dernier. C’est l’occasion de se donner des nouvelles des personnes présentes, des personnes absentes, des luttes et des engagements de chacun. On apprend que untel vient de se fiancer et une untel a arrêté de fumer. On prend des nouvelles de la CLCV de Lille sud, des actions syndicales en cours dans les entreprises, du nouveau secteur ACO Lille centre-est… Les rires et les applaudissements ponctuent chaque prise de parole des participants.

La lecture de la première partie du message de Noël de la Mission Ouvrière est un temps fort. Les personnes se retrouvent pour partager autour de la question « comment résiste on aux peurs ambiantes ? ». Car aux difficultés maternelles des ressources, de la santé et du logement s’ajoute un climat politique et social étouffant qui stigmatise les pauvres, les migrants et tout ce qui est fragile dans notre société. Les paroles d’espoir et les mots d’indignation s’enchaînent comme les cris du peuple de Dieu prisonniers en Égypte au temps de Moise.

La réponse de Dieu à ces cris est venue au monde il y a 2016 ans, c’est cette bonne nouvelle qu’ils sont venue fêter. Cette bonne nouvelle que proclame la seconde partie du message de Noël. Un texte auquel Maurin, aumônier de la Mission Ouvrière de l’agglomération lilloise, aidera a donner tout son sens. Les organisateurs ont su réunir bien des gens, bien des souffrances et bien des espoirs autour d’un enfant naissant. Une enfant qui est la promesse d’un monde meilleur à construire.

L’après midi se conclu par la distribution des cadeaux. Chacun a prit soin de rapporter un petit cadeau d’une valeur de 1 ou 2 € pour l’offrir. Chacun repart avec un petit cadeau, un souvenir, une trace d’une belle journée de partage. Une journée où la périphérie est devenue le centre.

img_5481

Jardin des Olieux : des militants ouvriers chrétiens engagés auprès des mineurs migrants

Par le passé, notre diocèse fut une terre d’accueil pour les nombreux migrants venus travailler dans les mines et les industries textiles. Aujourd’hui, ce sont des réfugies fuyant la guerre et la misère qui arrivent dans nos rues. Parmi eux de nombreux mineurs souvent isolés qui se retrouvent à la rue, ne pouvant compter que sur le secours de quelques militants associatifs et citoyens engagés dont un grand nombre sont des chrétiens et beaucoup sont engagés en Mission Ouvrière.

C’est le cas à Lille où le jardin des Olieux qui accueillait des dizaines de réfugies mineurs a été récemment évacué de ses occupants par les autorités il y a quelques semaines sans rien régler dans le fond. Car chaque jour de nouveaux mineurs migrants arrivent sur place. Heureusement la solidarité s’organise et les bonnes volontés s’activent pour mettre un toit sur ces têtes, proposer des cours de français, apporter du soutien matériel et moral…

Comment ne pas être interpellé par cette situation à moins d’un mois de la 103ème journée mondiale du migrant et du réfugié qui aura lieu le 15 janvier 2017 sur le thème « Mineurs migrants, vulnérables et sans voix » ?

La pastorale des migrants invite chaque personne a vivre et à faire vivre cette journée. Pour cela elle a construit un kit d’animation afin de sensibiliser petit et grands à la situation des migrants mineurs. Des célébrations seront célébrées dans tout le diocèse et des initiatives de solidarité et d’éducation populaire seront proposées dans les paroisses et les mouvements.

jmmr

A l’occasion de cette journée le pape François adresse un message fort au monde « Ce sont les mineurs qui paient en premier lieu le prix élevé de l’immigration, provoquée presque toujours par la violence, la misère et par les conditions environnementales, facteurs auxquels s’ajoute également la globalisation dans ses aspects négatifs. La course effrénée vers des gains rapides et faciles comporte aussi le développement d’aberrants fléaux tels que le trafic d’enfants, l’exploitation et l’abus de mineurs et, en général, la privation des droits inhérents à l’enfance entérinés par la Convention Internationale relative aux Droits de l’Enfant ». Il invite chacun a suivre cette parole du Christ commune au quatre Évangiles : « Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé » (Mc 9, 37 ; cf. Mt 18, 5 ; Lc 9, 48 ; Jn 13, 20)

La Mission Ouvrière du diocèse de Lille encourage chacun à faire vivre la prochaine journée mondiale du migrant et du réfugié en lien avec les pastorale des migrants et à apporter leur soutien aux mineurs migrants où qu’ils soient.

Pour soutenir les migrants du jardin des Olieux :
La Mission Ouvrière a organisé des repas chaud et des militants de l’ACO sont régulièrement présents pour apporter leur soutien aux jeunes migrants. Si vous voulez apportez votre aide, le collectif des Olieux occupe un bâtiment vide depuis des années, situé 32 rue de Fontenoy à Lille Moulins et invite toutes les bonnes volonté à les rejoindre : tous les soirs, réunion sur place à 18h et le dimanche Assemblée Générale plénière à 14h.

Vous pouvez aussi déposer à « La Maison » :
– Balais, raclettes, seaux, serpillières, produits ménagers
– Matelas, couvertures, literie,
– Bois, palettes, planches, matos de bricolage, peinture,
– Tables, chaises, fauteuils,
– Matos pour l’électricité, câbles électriques, multiprises, lampes, chauffages,
– Toiles (jute, moquette), journaux, colle à tapisser (isolation), cartons, tapis.
– MAIS PAS DE VETEMENTS ! (merci !)

Contact : collectifolieux@gmail.com

« Par delà les frontières, il y a la dignité humaine » : un Noël en Mission Ouvrière dans la vallée de la Lys

« On est ici comme des arbres sans racines mais grâce à l’accueil et l’accompagnement des gens de la Mission Ouvrière, on est plus jamais seul. Noël, c’est ça ! C’est Jésus qui nous ouvre aux autres car par delà toutes les frontières, il y a la dignité humaine ». Ces mots sortent de la bouche d’une jeune migrante qui en plein cœur de la fête de Noël en Mission Ouvrière de la vallée de la Lys a voulu partager le sens que cette fête a pour elle et ses proches.

mohalluin

Les équipes d’ACO d’Halluin et de Comines ont réunis plus de 70 personnes ce vendredi 16 décembre 2016 dans la salle Salle Pierre Declercq d’Halluin pour fêter la venue au monde du Christ. L’ambiance est chaleureuse. Autour des tables décorées de fleurs et de bougies, tout les ages et différentes nationalités sont réunis pour un temps de partage et de fête.

La lecture à plusieurs voix du message de Noël « Aujourd’hui Noël se renouvelle » est un temps de communion qui introduit la présentation des 4 équipes ACO de la vallée de la Lys et de leurs activités et réflexion de l’année :

L’équipe d’Halluin de Jean Luc se réunit régulièrement et vient d’accueillir deux nouveaux : Annick et Pierre. La diversité des engagements et de luttes de cette équipe est impressionnante : CFDT, CLCV, Resto du cœur, association mon moulin, collectif sans papier… « Ce qui nous fait vivre ? C’est la rencontre des autres et les combats à mener. On en voit jmis le bout mais nous avons l’utopie d’un monde plus juste ! » conclut ils.

L’équipe de Comines compte 8 membres et a du surmonter de grandes épreuves (déces, maladies…). « On pourrait croire qu’on a le morale dans les chaussettes mais grâce à l’ACO on tient le coup. Militer avec des copains avec qui ont est en communion c’est une chance ! ». Là encore les engagements des membres sont nombreux : avec la CFDT retraités ils mènent une enquête sur les aidants. Avec l’association France Alzheimer ils prennent le relais du conseil général qui a cessé ses aides aux malades. Avec la CLCV, ils mènent l’enquête et animent la résidence de l’apothicaire…

L’équipe d’Annie à Halluin a partagé des temoignages pleins d’espérence. Une grand mère qui s’émerveille sur la découverte par son petit fils de la vie des favella de Rio. Une dame qui surmonte la maladie grace à la solidarité de sa famille et de ses amies… Elles partagent : « Il y a toujours un grand silence quand on lit ensemble un texte d’Évangile. Nos pourquoi trouvent rarement une réponse mais on continue à chercher, à voir, à juger à essayer d’agir »

L’équipe « des femmes » d’Halluin a partagé la joie de leurs partages entre personnes de différentes origines dans le respect mutuel et l’écoute. « Les migrants sont traités comme des terroristes en puissance alors qu’ils fuient la guerre et la misère ». Une équipe qui se sent très concerné par la montée du populisme et de l’individualisme. « Il y a tant de batailles a mener mais on est ensemble et on a la foi ! »

img_5466

Des migrants de divers horizons prennent ensuite la parole. Un jeune congolais dit : « Je vois Jésus en vous car vous m’avez accueilli. Je suis seul du matin au soir et quand l’ACO m’invite c’est une joie ». Il partage ensuite ses inquiétudes pour son pays qui vit de graves tensions politiques.

Ensuite chacun est invité à noter sur une colombe ce qui le fait vivre et espérer ! L’indignation, la colère, la confiance, l’amour des autres, la fraternité et bien d’autres sont cités et viennent trouver leur place sur un tableau réalisée par une militante.

Un accompagnateur de la JOC, prend la parole pour présenter le prochain rassemblement national du 15 avril 2017 et encourage chacun à inviter des jeunes. « un billet pour le rassemblement national de la JOC ça serait un beau cadeau de noël ! » conclut il.

L’envoi rappelle a chacun que « Noël c’est la rencontre avec Jésus qui est une étincelle qui vient faire bouger, élargir un groupe. C’est être attentif à ce qui fait la vie quotidienne…. On a mal de l’individualisme et du populisme mais on espère en l’indignation, la colère contre tout ce qui va contre la fraternité, contre la paix et pour les forces de la finance ».

La soirée s’est conclut par un grand banquet auquel chacun a apporté un plat, une bouteille, des sujets de discussion… Oui, l’esprit de noël était bien là !

Quelques photos :

img_5457img_5471img_5472img_5474

Appel à témoignages : Et si la JOC de France était née à Lille dans le quartier de Moulins ?

La Jeunesse Ouvrière Chrétienne fut l’un des plus importante structure d’éducation populaire du XXème siècle en France. Elle éveilla des centaines de milliers de jeunes à l’émancipation, à la culture, à l’engagement et à la foi chrétienne. Elle poursuit ce travail aujourd’hui et reste la première association nationale des jeunes du milieu ouvrier et des quartiers populaires dans notre pays.

des-faubourgs-de-lille
Livre de F. Bouxom, un des premiers jociste de Lille Moulins, donc de France

La tradition veut qu’elle soit née en France en 1927 à Clichy la Garenne sous l’impulsion du Père Georges Guérin qui lui a donner toute son expansion et son dynamisme. Mais avant 1927, il y avait déjà de la JOC en France… Où ? Dans le quartier de Moulins à Lille.

Cette formidable épopée de la fondation de la JOC dans le Nord va faire l’objet d’un colloque scientifique en 2017. Pour alimenter ce colloque, les membres du comité de pilotage cherche a rassembler un maximum de témoignages de personnes ayant connu la JOC à ses débuts, dans les années 1920.

Si vous avez vécu ces temps glorieux, si vous en avez le témoignage par vos parents, amis… apportez votre pierre à notre réflexion en adressant votre témoignage à maximeleroy59@orange.fr