La Perm’emploi de la JOC lilloise mise en lumière par La Croix et KTO

Le 26 janvier, la Jeunesse Ouvrière Chrétienne a révélé les résultats de l’enquête menée entre septembre et décembre 2016 auprès de plusieurs milliers de jeunes sur le travail digne. A quelques semaines des élections présidentielles, ces résultats étaient attendus tant au niveau national qu’au niveau local, pour mettre en avant la vie et les avis des jeunes du milieu ouvrier sur la question du travail. Dans le diocèse de Lille, les jocistes ont fait remplir plusieurs centaines d’enquêtes sur le littoral dunkerquois, dans l’agglomération lilloise, à Roubaix et à Tourcoing. Un diocèse où la JOC agit déja sur le travail des jeunes.

img_5325
Les jocistes de Lille en pleine réflexion sur le travail digne

La campagne « dignes et travailleurs : notre défi pour l’avenir » fait bouger les ligne dans l’Église. C’est en tout cas ce qu’affirme le quotidien La Croix en consacrant aujourd’hui un grand article à la campagne de la JOC. On y retrouve le témoignage de Guillaume, responsable fédéral de la JOC de Lille et investi dans la perm’emploi de la JOC qui accueille chaque semaine des jeunes en recherche d’emploi :

Guillaume Fache, 28 ans, doit à ces temps d’échange « une fière chandelle ». Le jeune homme, qui a commencé à fréquenter la permanence de l’antenne jociste de Lille-Nord alors qu’il était en troisième année de licence d’économie, a réussi à obtenir, en partie grâce à cet accompagnement, un premier stage à la Banque alimentaire. Quelques mois plus tard, « la perm’» l’aide à monter un dossier pour postuler à un master de management stratégique des affaires à Grenoble. Sa candidature est retenue. Diplômé en mars dernier – « une reconnaissance très gratifiante dans ma famille, qui a fait peu d’études », confie-t-il –, il s’apprête, après plusieurs mois d’arrêt liés à un accident de voiture, à reprendre ses recherches. Et espère décrocher, « d’ici un ou deux mois », son premier emploi.

La Perm’Emploi, une initiative forte de la JOC qui intéresse beaucoup puisse qu’elle fera aussi l’objet d’un petit reportage début février dans l’émission Vie des diocèses de la chaîne chrétienne de télévision KTO. Guillaume et Marie, accompagnatrice du projet et membre de l’ACO, ont témoigné devant la caméra de cette belle expérience et de ce qu’elle permet aux dizaines de jeunes qui la fréquente.

L’article de Malo Tresca paru le 26 janvier 2017 dans le journal La Croix : La Jeunesse ouvrière chrétienne mobilise les paroisses pour « l’emploi digne »

Le site de l’émission Vie des diocèse de la chaîne télévision KTO

Publicités

L’ACE du diocèse de Lille se renouvelle et prépare ses 80 ans

Une vingtaine de personnes se sont réunit dans la grande salle de la maison de l’apostolat des laïcs de Lille pour participer à l’assemblée générale annuelle de l’Action Catholique des Enfants du diocèse.

Une dynamique de fondation

L’ACE, c’est le mouvement des enfants de 6 à 15 ans qui ose dire que rien n’est impossible pour les enfants. Un mouvement d’Église qui croit que par le jeu, la confiance et l’écoute de la parole des enfants, il est possible de faire grandir le vivre-ensemble, le sens de la responsabilité et d’éveiller la conscience citoyenne et chrétienne de chaque enfant. Voilà quelques années que l’ACE ne travaille plus par milieu sociaux mais la réalité ouvrière reste forte dans le mouvement et en particulier dans le diocèse de Lille où au moins le moitié des enfants de l’ACE sont issus du milieu ouvrier et des quartiers populaires.

L’assemblée générale de l’ACE a poser un regard sur toute cette vie en lisant et en votant le rapport d’activité et le rapport financier. La vie des clubs, des camps, des projets des 140 enfants membres de l’ACE et de tous les autres qui participent ponctuellement aux activités du mouvement.

Un mouvement en pleine évolution qui veut se donner les moyens de fonder de nouveaux clubs, en particulier dans les quartiers populaires. Des initiatives de fondation sont en cours à Grande Synthe, à Lille-Moulins et à la Bourgogne à Tourcoing. Elles sont soutenues par les deux nouvelles permanentes de l’ACE diocésaine : Magali (coté Métropole) et Amandine (coté Flandres). Et chaque acteur de la Mission Ouvrière est invité à apporter leur pierre à la fondation de nouveaux clubs.

fullsizerender-11

Une nouvelle présidente et un événement anniversaire

Pour conduire cette dynamique, l’ACE s’est choisie une nouvelle présidente pour prendre la suite de Clotilde Tramon à la tête de l’équipe diocésaine. Il s’agir d’Anne Drieux, ancienne permanente ACE et éducatrice sportive. La Mission Ouvrière lui souhaite le meilleur dans sa mission au service des enfants.

banniere-top-80

L’ACE va vivre une année 2017 particulièrement forte puisse que le mouvement célébrera ses 80 ans. Un grand événement diocésain est en cours de préparation et toutes les bonnes volontés sont appelées à y prendre part. La prochaine rencontre de préparation aura lieu le mercredi 1er février 2017 de 18h30 à 20h30 dans le bureau de l’ACE à la maison de l’apostolat des laïcs de Lille (39, rue de la monnaie, près de la cathédrale).

Retrouvez toutes les infos sur le site web de l’ACE du diocèse de Lille

Catégories ACE

Fraternité, Espoir et Parole : l’ACO du diocèse de Lille prépare les élections

Les militants du mouvement ouvrier et en particulier les chrétiens ont lutté toute leur vie pour la justice sociale, le vivre-ensemble et le partage des richesses avec de belles réussites. Mais le vent politique actuel semble souffler dans le sens de la régression sociale, du rejet de tout ce qui est faible et différent et de la compétition à outrance. Les personnes du milieu ouvrier ont le sentiment d’être ignorés… Alors qu’est ce qui nous arrive ?

C’est à cette question verte de franchise que plus de 90 membres et proches de l’ACO ont tenté de répondre vendredi 13 janvier 2017 à Tourcoing. Réunis en groupes de 6 à 8 personnes, les participants ont débuter la rencontre en visionnant un film de témoignages : une militante syndicale, un engagé politique, un demandeur d’emploi et une engagée auprès des migrants. Dès la fin du film les réactions fusent : « la politique, c’est une belle pagaille » lance une dame. Finance internationale, partage des richesses, Europe, rupture avec les élites… Les griefs sont aussi vrais que nombreux. Alors chacun est invité à écrire son avis sur un post-it et à le partager avec son groupe. Un grand brouhaha plein de convictions rempli alors la salle.

SONY DSC

Bernard Stéphan, codirecteur du magazine Témoignage Chrétien et directeur des éditions de l’atelier, est alors invité à apporter son regard sur la situation politique. Ce qu’il fait en reprenant les mots du militant communiste italien Antonio Gramsci écrits lors de son emprisonnement par le régime fasciste dans les années 20 : « La crise consiste justement dans le fait que l’ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître : pendant cet interrègne on observe les phénomènes morbides les plus variés ». Donc si ça va mal, c’est que quelque chose de nouveau est en train de naître.
Puis l’orateur expose les raisons qui font qu’on en est arrivé là. Il met en évidence 6 changements fondamentaux qui ont eu lieu depuis les années 50 et qui bouleversent la politique :
Le phénomène démographique qui est lié à la mondialisation.
La prise de conscience que notre planète a des limites
Le changement de rapport de force entre le travail et le capital.
La financiarisation du monde.
La révolution d’internet
Le retour du religieux

L’écoute studieuse de l’intervention laisse place au débat : « Maintenant, on rejette la faute des injustices sur les victimes et pas sur les coupables », « On ne parle plus de politique en famille, il y a une coupure inter-générationnelle », « il existe des lieux d’éducation populaire : associations, syndicats… », « La révolte en ce moment se traduit par des mouvements spontanés qui se créent comme Nuit debout, Podémos, les monnaie locale, artisans du monde… ça ne peut bouger que si on se met ensemble », « l’autoritarisme gagne du terrain partout », « l’Europe ne doit pas avoir l’argent comme moteur »… Les échanges témoignent des craintes et de la perte de repères mais aussi des espoirs et des convictions profondément ancrées de militants qui n’ont pas abandonné le terrain.

SONY DSC

Bernard Stéphan prend la parole pour proposer trois scénarios d’avenir possibles :
1. La montée de l’autoritarisme et la course aux armements.
2. La montée de gouvernements technocratiques qui dernière le mot « réforme » impose leur solution. C’est le règne des « experts »
3. Un plus grand développement de la démocratie… comme processus jamais achevé et qui se perfectionne toujours.

Pour esquisser un avenir, les participants ont tenté de répondre à la question « Et nous, tellement différents les uns des autres, que pouvons-nous construire ensemble ? Que faisons-nous ici ce soir ? Qu’est-ce qui nous réunit ? » Une parole forte est ressortie de ce débat :

1 – Etre ensemble, ce soir… c’est rendre réelle la fraternité. Comme une responsabilité commune : une responsabilité « corporelle ». Manifester que l’on fait partie d’une même humanité. L’expérience que nous vivons ensemble est fondatrice. Elle témoigne d’une confiance réciproque.

2 – Etre ensemble, ce soir… c’est être porteur d’espoir. Car nous savons nous émerveiller ensemble des transformations. C’est lié à la question du CROIRE. C’est vivre en confiance, car nous partageons nos raisons de vivre et d’agir.

3 – Etre ensemble, ce soir… c’est faire honneur à la Parole. La parole prononcée mais aussi la parole exprimée dans des gestes, des expressions artistiques etc… comme on le fait si bien à « Lille de nos rêves » ! C’est faire honneur à la « parole des pauvres » des personnes qui vivent la fragilité et la précarité. Cette parole exprime la puissance de la dignité. Voilà ce qu’on « fait », ce qu’on « fabrique » à l’ACO !

Notre rassemblement est un acte de confiance Qui produit une création. Il élargit notre pouvoir d’agir sur nos vies et sur nos sociétés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette rencontre était un commencement. L’acte 2 se jouera le vendredi 27 janvier 2017 de 18h30 à 21h30 au centre pastoral (25, rue de la cloche à Tourcoing). Au programme, politique et foi Avec un apport théologique et biblique par Maxime Leroy, prêtre (apport réalisé en collaboration avec Francis Dumortier, bibliste). Venez nombreux !

Téléchargez l’invitation :invitation-janvier-2017-1

Résultats enquête JOC : Pour les jeunes, le CDI est la principale clé pour accéder à un emploi digne

C’est le grand jour ! La Jeunesse Ouvrière Chrétienne dévoile les résultats de sa grande enquête sur le travail digne des jeunes dans le journal l’Humanité du 26 janvier 2017 sous le titre « Les jeunes et l’emploi, l’enquête qui démonte les idées reçues ».

lhumanite-cover2

Les jeunes de la JOC sont aller à la rencontre de milliers de jeunes du milieu ouvrier partout en France. Un échantillon de 3600 jeunes a été retenu pour comprendre ce que vivent et disent les jeunes de leur rapport au travail, à l’emploi et à l’accès à l’autonomie.

Dans le diocèse de Lille, plusieurs centaines d’enquête ont été remplies par les jocistes sur le littoral dunkerquois, dans les flandres, dans la métropole lilloise, à Roubaix et à Tourcoing. Les militants de la JOC ont souhaité donner la parole aux jeunes qui sont les plus invisibles dans notre société. Mis au ban du monde du travail par des emploi subis et des conditions de travail injustes, mis au ban de la société du fait de leur jeunesse et de leur origine sociale, ces jeunes sont sortis de l’ombre par le biais de cette enquête qui veut mettre en lumière leur vie et leurs avis.

Une des premières leçons de cette enquête est que le Contrat à Durée Indéterminé reste plus que jamais la porte incontournable pour accéder à une vie d’adulte autonome puisque près de 70% des jeunes interrogés estiment qu’« avoir un CDI » est la principale clé pour accéder à un emploi digne.

Ainsi, une forte majorité des jeunes interrogés (69%) considèrent avoir choisi la situation dans laquelle ils se trouvent, contre 18% qui déclarent la subir. En parallèle, 42% des jeunes privés d’emploi (JPE) expriment, eux, que leur situation est subie. Quant aux jeunes privés d’emploi de longue durée (JPELD) subissant cette situation. A l’inverse, les jeunes en contrat à durée indéterminé semblent moins subir leur situation. Ils sont, en effet, seulement 10% à l’exprimer.

De même, Seul un jeune privé d’emploi de courte durée (JPECD) sur deux et un jeune privé d’emploi de longue durée (JPELD) sur trois peut mener à bien ses projets. En revanche 74% des jeunes en CDI déclarent pouvoir mener à bien leurs projets.

Mais le CDI n’apparaît pas comme la panacée du monde du travail ! 84% des jeunes interrogés considèrent leur activité actuelle comme ne correspondant pas à la définition énoncée d’un emploi digne. Et seulement 23% des jeunes en CDI le pensent. Le statut de CDI ne semble donc pas suffir pour considérer qu’un emploi est digne. Les autres critères sont aussi importants, notamment l’environnement et les conditions de travail pour 77% des jeunes en CDI.

Enfin seuls 22% des jeunes estiment avoir les moyens d’« atteindre seuls une véritable autonomie ». Le soutien de la famille, des proches et surtout d’une système de protection social collectif performant restent donc plus que jamais indispensable.

Retrouvez les résultats et leur analyse de l’enquête dans le journal L’humanité (abonnés) ou chez votre marchand de journaux.
Les résultats de l’enquête sont également sur le site web de la JOC et en téléchargement ici : plaquette-enquete_num

plaquette-joc-enquete

La Mission Ouvrière d’Armentières poursuit son chemin d’équilibriste

Lors ce que la Mission Ouvrière réunie des personnes dans une salle, il s’opère souvent un savant équilibre entre une ambiance conviviale, une spiritualité forte et un besoin d’action militante. Cette alchimie, les membres de l’équipe locale de la Mission Ouvrière d’Armentières, tente sans cesse de la faire vivre et grandir. C’est pour relire ce début d’année et préparer les projets à venir que Michel, Pierre, Jean, Danielle, Paul et Christiane se sont réunit le 17 janvier 2017.

Un beau Noël en Mission Ouvrière

Ils ont commencé par une relecture de la fête de Noël en Mission Ouvrière du 11 décembre 2016. Une belle réussite avec une salle des l’Espace 12 Apôtres pleine a craquer avec une soixantaine de personnes présentes et de beaux témoignages de vie, de nouvelles têtes.
L’exposition à l’entrée de la salle, la belle affiche du message de Noël, la disposition de la salle en cercle et l’expression de chacun sur des notes de musique ont été un grand succès apprécié des participants.
Mais l’équipe a aussi identifié des points d’amélioration pour l’an prochain en commençant par le gros regret de l’absence des prêtres de la paroisse dans l’assistance. Il faudra aussi trouver une salle plus grande et mieux répartir l’installation. La date du 10 décembre 2017 est envisagée.

p1030419

Le 8 avril : la Mission Ouvrière est de sortie

Mais avant de retrouver l’esprit de noël, les acteurs de la Mission Ouvrière vont partir en voyage. Comme chaque année, une sortie ludique et spirituelle est organisée. Elle aura lieu le samedi 8 avril 2017 à la découverte de la Cité de l’Évangile et de la cathédrale de Lille. Le départ en bus d’Armentières est prévu à 9h00 pour une journée sur la trace des grandes figures de la foi d’Abraham jusqu’à Martin Luther King. Une invitation sera bientôt disponible.

citeevangilecath

La rencontre s’est conclue par une suite de bonnes nouvelles :
– 4 à 8 personnes du réseau MO d’Armentières seront présents à la journée de partage et de formation sur la mission en quartiers populaires du 4 février à Lomme.
– A l’approche des élections nationales, un projet sur la politique est en train d’émerger. Xavier Pottiez, missionné pour la Mission Ouvrière de l’agglomération lilloise, va venir soutenir la démarche. Une rencontre de préparation aura lieu mi février.

Engagement politique, formation missionnaire et sortie collective : la Mission Ouvrière d’Armentières poursuit son chemin d’équilibriste au service des personnes du milieu ouvrier.

Chômage et vie de famille : Nadège, membre de l’ACO lilloise témoigne sur KTO

La chaîne de télévision chrétienne KTO donne la parole aux personnes privées d’emploi dans une série de reportage de l’émission Vies de Famille. Nadège, éducatrice spécialisée et militante de l’Action Catholique Ouvrière (ACO) de Lille témoigne dans ce reportage de 8min de l’impact du chômage sur sa vie de famille.

Dans un monde du social frappé par le désengagement financier de l’état et des collectivités locales, la recherche d’un emploi est un vrai parcours du combattant. Dans ces conditions, rechercher un emploi est une lutte dans laquelle ont prend des coups. Des coups qui ont un impact sur la vie de famille de Nadège, en couple avec Hugo et maman de la petite Maëlle.

Découvrez leur témoignage en cliquant sur l’image ci-dessous :

nadegeaco2

Dans son message aux participants de la 3ème rencontre mondiale des mouvements populaires, le pape François utilisait une parabole du Christ pour parler du chômage et de ses causes :  » Jésus fit quelque chose de « pire », quelque chose qui irrita encore plus les hypocrites et les orgueilleux qui l’observaient parce qu’ils cherchaient une excuse pour le capturer. Il guérit la main atrophiée d’un homme. La main, ce signe si fort de l’œuvre, du travail. Jésus redonna à cet homme la capacité de travailler et, à travers cela, lui restitua la dignité. Que de mains atrophiées, que de personnes privées de la dignité du travail ! Parce que les hypocrites, pour défendre des systèmes injustes, s’opposent à ceux qui veulent guérir. » 

Découvrez d’autres reportages sur le site de l’émission Vies de famille.

Synode sur les jeunes : les jeunes des périphéries appelés à être acteurs des débats

« L’Église même désire se mettre à l’écoute de votre voix, de votre sensibilité, de votre foi; voire de vos doutes et de vos critiques. Faites entendre votre cri ». C’est par ces mots de confiance envers les jeunes que le Pape François a annoncé dans une lettre la tenue de la XVe Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ».

papernmp

La nouvelle assemblée synodale se tiendra à Rome en octobre 2018 avec la volonté de donner la parole à un maximum de jeunes. Pour cela, le document préparatoire qui sert de boussole à la réflexion des communautés sur le sujet vient d’être publiée. Les acteurs de l’Église sont invités à s’en emparer et à y apporter leur pierre. Les jeunes du monde entier vont être consulté via un questionnaire sur internet.

Dans cette perspective la Jeunesse Ouvrière Chrétienne a une pierre particulière a apporter à cette réflexion : veiller à ce que la vie et les avis des jeunes du milieu ouvrier soient prient en compte. Ces jeunes sont les premiers touchés par le chômage, la précarité et l’exclusion. Ils sont les moins visibles dans les médias et les moins entendus par les responsables politiques. Ils sont aux périphéries de notre société.

Par la JOC et quelques autres acteurs, ils sont présents dans l’Église mais ils n’y sont pas toujours visible. Lors des derniers JMJ, 52% des participants avaient un parent cadre supérieur ou profession libérale contre seulement seuls 3% d’enfants d’ouvriers, 7% d’enfant employés et 1% d’enfant de demandeur d’emploi. Il existe un risque de décalage entre la réalité de la jeunesse et celle qui est la plus visible en Eglise.

fullsizerender-2
Des jeunes lors d’une permanence de la JOC de Lille

C’est pourquoi le Pape François invite les croyants et surtout les jeunes a voir plus loin et à ne pas oublier le besoin de justice et les périphéries de notre société : « Quand Dieu dit à Abram « quitte! » que voulait-il lui dire? Certainement pas de s’éloigner des siens ou du monde. Ce fut une forte invitation, une provocation, afin qu’il laisse tout et aille vers une nouvelle terre. Quelle est pour nous aujourd’hui cette nouvelle terre, si ce n’est une société plus juste et fraternelle que vous désirez profondément et que vous voulez construire jusqu’aux périphéries du monde ? »

Ici démarre donc un chantier important pour l’Église, la JOC et la Mission Ouvrière pour que demain chaque jeune puisse goûter à la joie de rencontrer le Christ et participer à la construction du Royaume de Dieu.

Temps fort, CJPE, ciné-débat et bal folk : la JOC de Lille se plie en quatre pour mobiliser

La fédération JOC de l’agglomération lilloise démarre l’année en trombe en proposant aux jeunes et aux adultes toute une série d’événements ayant pour finalité commune la mobilisation pour le grand rassemblement national du 15 avril 2017 à Paris.

Pour tous les jeunes : Les jocistes organisent un temps fort présentant le déroulement du rassemblement national et les modalités d’inscription. C’est le moment de s’inscrire et de mobiliser. Le samedi 21 janvier de 14h à 17h au 57, rue des meuniers à Lille.ob_2644b4_21-janvier

Pour les jeunes privés d’emploi digne : un Comité des Jeunes Privés d’Emploi (CJPE) aura lieu le mercredi 25 janvier de 18h à 21h au 63, rue de Fontenoy à Lille. C’est l’occasion de continuer à proposer et affiner des propositions que les jocistes présenterons lors du Rassemblement national du 15 avril 2017 pour que chaque jeune puisse avoir un travail digne.ob_af4b2e_invitation-cjpe-25-janvier-2017

Pour tous les jeunes : un Ciné-débat aura lieu le jeudi 26 janvier à partir de 18h30 à la maison de la Mission ouvrière au 57, rue des meuniers à Lille. Un moment de détente et de réflexion autour du film « une merveilleuse histoire du temps ». De quoi donner du sens à ses actions et à sa vie !ob_7658f3_cine-debat-janvier-2017

Pour les adultes et les jeunes : la JOC organise un grand Bal folk le samedi 4 février à 20h00 au Centre culturel R. Delefosse à Wattignies. Venez danser et faire la fête ! L’intégralité des fonds récoltés serviront à financer le transport pour le rassemblement national du 15 avril 2017.
6€ l’entrée, 4€ pour les chômeurs et les enfantsbal-folk-4-fevrier-2017

Catégories JOC

Parrainez un ou des jeunes pour le rassemblement national de la JOC !

« J‘étais un petit gars timide. La JOC m‘a fait confiance. Elle a cru en moi comme je n’y ai jamais cru moi-même. Elle a été mon école de vie »

« La JOC m‘a fait rencontrer un Dieu qui aime si fort les plus petits et qui les veut tellement debout, qu‘on ne peut que le suivre ! Un tel amour, ça se partage sans limite et sans frontière »

« L‘attention aux autres, l‘indignation face aux injustices, la volonté de changer les choses… bref le voir-juger-agir que j‘ai vécu a la JOCF ça m‘a porté dans toute ma vie. C‘est ce qui a fait de moi une militante et une femme debout »

Ces paroles d’anciens jocistes pourrait être les vôtres ? Si comme moi vous avez été jociste ou proche de la JOC, vous savez que ce mouvement est plus qu’une association de jeunes du milieu ouvrier. La JOC est une école de vie, de fraternité et de foi.

Que vous ayez 30 ou 100 ans, vous connaissez des jeunes dont la JOC peut changer la vie en les rendant acteurs de leur vie, de la société et de l’Église. Ces jeunes, ce sont vos enfants, vos petits-enfants, vos neveux et nièces, vos collègues, vos voisins… |l n’est pas facile de leur témoigner de ce qu’est la JOC et de ce qu’elle permet. Alors plutôt que de le leur dire, proposez leur de le vivre durant une journée exceptionnelle ! C’est pourquoi, la Mission Ouvrière du Diocèse de Lille vous propose de parrainer un ou plusieurs jeunes.

Le 15 avril 2017, le rassemblement national de la JOC « Dignes et travailleurs : notre défi pour demain ! » réunira 15.000 jeunes de 13 à 30 ans au Paris Event Center. Pendant une journée, en plus des concerts et des activités festives, chaque jeune aura l’occasion unique de se découvrir acteur de la société et de l’Église en prenant la parole sur le thème du travail digne. Des bus partiront de tout le Nord pour cette journée de fête, de concerts, de débats, de revendications sur le thème du travail digne.

couv-fb

Dès aujourd’hui vous pouvez parrainer un ou plusieurs jeunes en suivant la démarche en 4 étapes du bulletin de parrainage téléchargeable ci-dessous. De nombreuses possibilités s’offrent à vous :
– Parrainer un ou plusieurs jeunes
– Parrainer ces jeunes en leur offrant leur place complètement ou partiellement
– Leur offrir leur place par vous même ou demander aux jocistes de votre lieu de vie de la faire pour vous.
– Simplement signaler des jeunes à contacter
– Faire un don à la fédération JOC de votre lieu de vie

Alors n’ayez pas peur ! Osez changer la vie d’un jeune !

Téléchargez le bulletin de parrainage, imprimez le et laissez vous guider : bulletin-parrainage-rn-joc-rv-pp

Expression libre à la fête de l’épiphanie de la Mission Ouvrière de Roubaix

26 personnes de différents quartiers de Roubaix, Wasquehal, Croix et autres se sont réunit pour fêter ensemble l’épiphanie en Mission Ouvrière. Cette rencontre vient clore la saison des fêtes de Noël en Mission Ouvrière qui ont réunit plus de 500 personnes lors de 11 rencontres pleines de vie et de sens.

Cette après midi n’a pas fait exception à la règle. Jérôme Montois, diacre, a présenté le déroulement de cette fête de l’épiphanie, en précisant le sens de cette fête dans ce temps de Noël. Les participants ont lu le message de Noël de la Mission Ouvrière puis se sont répartis en 3 ateliers d’expression libre :
– atelier dessin
– atelier chanson
– atelier théâtre

Dans chaque atelier, la vie fut au centre des échanges. Chacun fut invité a partager une belle rencontre faites ces derniers temps : dans leur quartiers, au travail, à l’école, en famille… Qu’est ce que ces rencontres nous ont fait vire ? A quoi nous appellent elles ?

C’est par le dessin, la chanson ou des sketches que toute cette vie s’est exprimée. Des couleurs, de la musique, des rires… Une rencontre qui respire la joie de vivre la Bonne Nouvelle dans la vie de tous les jours. Anne Marie Lebrun témoigne de cette belle journée « Ensemble, nous avons pris le temps de regarder, écouter, chanter, ce que nous avions fait ».

De ces échanges de vie et de foi une chanson est née :

Elle est à toi cette chanson
Toi l’ami qui m’a regardé
Qui m’a donné ton attention
Quand j’avais besoin d’amitié.

Trésor de joie et de gaieté,
et même solidarité,
lumière de la fraternité,
nous bâtissons l’humanité.

C’est Noël qui se renouvelle
Quand nous répondons à l’appel
De vivre ensemble dans nos quartiers
La FRATERNITÉ.

Un pot de l’amitié a clôt la journée.