« Qu’est ce qui nous arrive ? » L’ACO diocésaine pose la question qui fache à l’approche des élections

Les élections présidentielles et législatives approchent a grand pas et pourtant l’intérêt pour la politique est en berne dans les milieux populaires. La faute à qui ? À quoi ?

Sûrement aux dizaines d’années de politiques publiques inégalitaires et de recul des droits sociaux. Mais aussi à l’incapacité de nos dirigeants politiques à faire primer le respect du bien commun sur les intérêts financiers d’une minorité. Certainement encore par un personnel politique tous issus des mêmes milieux privilégiés et des même grandes écoles, incapables de comprendre le monde du travail et les périphéries de notre société. Avec pour résultats la montée de l’abstentionnisme et des idées de haine et de rejet de l’autre. La colère est là mais elle ne conduit plus comme avant vers un engagement pour le progrès social. Alors que nous est il arrivé ?

Dans ce contexte, beaucoup de militants chrétiens refusent de baisser les bras et souhaitent permettre un débat politique sain dont le milieu ouvrier serait pleinement acteur.

C’est dans cet esprit que l’Action Catholique Ouvrière du diocèse de Lille organise deux rendez-vous le 13 et 27 janvier prochain. Ces rencontres ouvertes à tous auront lieu à 18 h 30, au centre pastoral de Tourcoing, 25 rue de la cloche, avec Bernard Stephan, directeur des éditions de l’Atelier et co-directeur de Témoignage chrétien.

« Nous avons organisé une table-ronde avec un militant politique, un syndicaliste, un demandeur d’emploi et une personne engagée auprès des migrants. La rencontre a été filmée. Le 13 janvier, nous commencerons la rencontre par cette projection », explique Maxime Leroy, membre de l’organisation de la journée.

Le 27 janvier, c’est la figure du prophète Élie qui sera abordée. « Le prophète désespère, il n’a pas réussi à faire mieux que ses pères. C’est ce que pensent beaucoup d’engagés politiques ! Il se rend compte que Dieu n’est pas dans la tempête, mais dans un souffle. C’est une manière d’inviter chacun à retourner sur le terrain pour être attentifs aux moindres gestes d’une vie nouvelle et d’être davantage à l’écoute des petites choses… »

Deux rencontres qui promettent de redonner du sens à l’engagement politique et de l’espoir pour la construction d’un monde plus juste et fraternel. Venez nombreux !

Vous retrouverez toutes ces infos et d’autres propositions dans l’article de Croix du Nord du 12 janvier 2017 : Tourcoing : comment redonner du sens à la politique ? Les chrétiens y planchent

fullsizerender

Publicités

Un commentaire sur « « Qu’est ce qui nous arrive ? » L’ACO diocésaine pose la question qui fache à l’approche des élections »

  1. Certes ces initiatives sont louables et nécessaires.
    Mais il faut nous interroger : « L’attrait de la politique n’a jamais été aussi médiocre… pourquoi en berne dans les milieux populaires ?….  » La faute à qui ? À quoi ?
    Rémi Lefebvre, professeur de sciences politiques à Lille, auteur déjà en 2012 du livre «Les primaires socialistes, la fin du parti militant »… peut aussi nous éclairer
    Oui, à « Gauche », les militants de base doivent s’interroger…
    Car à Gauche, on vient de la Section Française de l’Internationale « Ouvrière ou Communiste », on se réclame encore de Jaurès… on se veut démocratique à la différence de la droite… et pourtant ce sont les appareils (élus et notables) qui dirigent, éliminent : encore combien d’ouvriers au PS ? Aux AG on dit « A vous, militants de base, de réfléchir de décider, d’agir…  » mais tout est déjà ficelé ! Et cette déviance a tout cangréné : Partis, Syndicats, Associations… y compris l’Eglise… avec des re-centrages, des restaurations feutrées, qui mènent aux extrêmes.
    R.Lefebvre ajoute :
    « Avec la personnalisation du pouvoir, chaque candidat a son propre projet, et le projet du parti ne sert donc plus à rien … un militant n’a plus d’intérêt à militer s’il ne décide pas dans le parti. Que vaut une démocratie d’opinion, de sondages ?  »
    Aujourd’hui, je dis aux militants : « Ne nous plaignons pas, c’est nous qui n’avons pas été assez vigilants dans les préparations de congrès, dans tous les domaines. Ces élus-permanents-notables qui nous gouvernent sortent bien de nos rangs… La lutte pour une démocratie réelle doit être notre priorité ».
    Arrivé à ce point, quel est l’appareil qui peut se remettre en cause ?
    Il faut retrouver dans la Bible ce Dieu qui est d’abord le « Libérateur des exploités » avant d’être le créateur, le dieu des puissants. Ces reprises proposées par l’ACO « au ras du macadam des banlieues » peuvent sonner le réveil qui sinon, risque d’être douloureux.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s