1er mai : mobilisation générale de la Mission Ouvrière du diocèse de Lille

Le 1er mai n’est pas une date comme les autres pour les acteurs de la Mission Ouvrière car elle est à la fois la fête internationale des travailleurs et la fête de Saint Joseph, Saint protecteur des travailleurs.

Depuis plus de 100 ans le 1er mai est la journée internationale des travailleurs. Cette journée de mobilisation et de manifestation a permit aux travailleurs du monde entier de porter des revendications fortes comme la journée de 8 heures, les congés payés, la représentation des salariés dans l’entreprise… Seule journée chômée (et non pas fériée) du calendrier, le 1er mai est rythmée par les défilés, les fêtes populaires et le muguet.

IMG_4325
Des jocistes à la manifestation du 1er mai 2016 à Lille 

Véritablement international, le 1er mai nous rappelle que la lutte de la classe ouvrière pour le respect de sa dignité n’a pas de frontière. C’est le sens du message du 1er mai du Mouvement Mondial des Travailleurs Chrétiens (MMTC) dont l’Action Catholique Ouvrière est membre : Vive la classe travailleuse !

C’est aussi le sens du message du 1er mai de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne intitulé « 1er mai, construisons la justice mondiale ». Le mouvement des jeunes par les jeunes et pour les jeunes profitera aussi de cette date pour faire connaître le cahier de doléances co-construit par les 10.000 jeunes présents lors du rassemblement national du 15 avril 2017.

Dans le diocèse de Lille plusieurs défilés sont prévus :
A Lille : départ à 10h00 à la porte des postes
A Tourcoing : départ à 10h30 devant le lycée Sévigné, rue Malcense
Les acteurs de la Mission Ouvrière seront nombreux a y participer derrières les banderoles de la JOC, de l’ACO ou d’autres organisations ouvrières.

A Lille, la Mission Ouvrière organise son traditionnel barbecue du 1er mai après la manifestation à la maison de la Mission Ouvrière (57, rue des meuniers à Lille).

MO Lille 1er mai

A Roubaix, la JOC organisera aussi son barbecue au 95, rue de Lille à Roubaix suivi d’un temps fort de retour sur le rassemblement national du 15 avril avec les jeunes.

Invitation After RN 01-05-2017

Publicités

A la veille du 1er tour des organisations chrétiennes dont la JOC et l’ACO appellent à un sursaut citoyen

De nombreuses organisations et mouvements d’Eglise lancent un appel au sursaut citoyen à quelques jour des élections.  Parmi eux des composantes de la Mission Ouvrière (JOC, ACO) et un grand nombre de nos partenaires. A lire et partager :

urne-604

A la veille du grand rendez-vous démocratique qu’est l’élection présidentielle, dans un contexte de discrédit grandissant de la parole publique et de sentiment d’impuissance face à l’état du monde, nos organisations et mouvements d’Église appellent à un sursaut citoyen.

Cet appel fait écho à celui lancé par le pape François aux jeunes lors des Journées mondiales de la jeunesse à Cracovie en juillet 2016 : « Voulez-vous changer le monde ? ».

Cette interpellation nous est aujourd’hui adressée, à chacun et chacune, en ce temps électoral. Voulons-nous changer le monde et redonner sens à la citoyenneté, en ayant conscience d’habiter une même terre, en étant engagés vers un même avenir, en nous impliquant dans la gestion de la chose publique et en agissant pour l’intérêt général ?

En tant qu’acteurs de la société civile, notre rôle d’organisations et mouvements catholiques n’est pas de prendre parti mais bien de prendre part à la vie démocratique et d’inciter les citoyens à discerner les possibles et les souhaitables, à exercer leurs droits et leurs devoirs et à mettre en cohérence leur vote avec leurs convictions, leurs valeurs morales et leur foi.

Une inquiétude se développe chez celles et ceux qui habitent notre pays quant à l’avenir de leurs enfants et à la précarisation du travail et des liens sociaux. La stigmatisation de celui qui est différent, la volonté de construire des murs, la surenchère de propositions sécuritaires et identitaires : ces idées sont dangereuses pour une société qui aspire au vivre ensemble dans la paix et le respect de la dignité de chacun. On ne construit pas un projet de solidarité contre certains groupes et contre des personnes. On ne construit le lien social qu’avec celles et ceux qui vivent ensemble et participent au devenir de la communauté.

Notre foi et nos valeurs nous appellent à ne pas céder devant la colère, la peur et le rejet de l’autre, mais à plaider la cause des plus pauvres et à promouvoir le respect de la personne humaine et de l’environnement. Nous pensons que les solutions aux problèmes auxquels notre société est confrontée se trouvent dans l’ouverture, le dialogue et l’échange pour construire ensemble une France et une Europe plus justes dans un monde de droit et de dignité.

Les dizaines de milliers de bénévoles de nos organisations et mouvements sont témoins tous les jours que la réalité de la société française, c’est aussi et surtout des milliers d’actions concrètes qui construisent une planète plus solidaire et fraternelle. Des professionnels – salariés, agriculteurs, entrepreneurs, syndicalistes – développent d’autres manières de travailler, plus soucieuses de l’intégration des jeunes générations et de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises. Des familles accueillent des migrants chez elles. Des « jeunes » ou des plus « anciens » font le choix de modes de vie plus sobres dans le cadre d’une économie sociale et solidaire : potagers agro-écologiques, covoiturage, Amap… De nombreux projets voient le jour pour développer la démocratie participative qui sont autant de germes de mobilisation citoyenne locale. Des centres-villes réinvestis et de nouvelles initiatives rurales redynamisent nos régions…

Les échéances électorales sont une nouvelle opportunité de redire aux futurs décideurs le besoin de replacer la dignité de l’humain au cœur de leurs préoccupations. C’est aussi l’occasion de rappeler ce destin commun de l’Humanité qui passe par la solidarité, à l’échelle locale, nationale, européenne et internationale. Nous appelons tous les citoyens et citoyennes à mettre en œuvre concrètement ces valeurs de droit et d’égale justice et à les porter dans leur vote. Il faut tout faire pour contribuer à élever le débat politique et combattre la tentation du repli sur soi ou la peur de l’autre.

Comme les évêques nous y ont incités en invitant « chacun et chacune à exercer son discernement et sa responsabilité pour le bien de tous », notre devoir aujourd’hui est de faire entendre notre voix.

Cette dynamique démocratique devra se poursuivre au lendemain du second tour des élections législatives en demandant aux élus de rendre compte de leur mandat, et en s’impliquant dans la vie locale afin de contribuer au renouveau de l’exercice de la citoyenneté.

Cette tribune a été publiée le 13 avril 2017 sur le site du journal La Croix

Liste des Signataires :

Action catholique des milieux indépendants (ACI)
Action catholique ouvrière (ACO)
Apprentis d’Auteuil
Association des cités du Secours catholique
CCFD-Terre Solidaire
Chrétiens dans le monde rural (CMR)
Chrétiens dans l’Enseignement Public
Chrétiens en Forum
Communauté Mission de France
Communauté Vie Chrétienne (CVX)
Confrontations
Délégation Catholique pour la Coopération (DCC)
Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC)
Fédération française des Equipes Saint-Vincent
Instituts religieux et Solidarité internationale (IRSI)
Jeunesse étudiante chrétienne (JEC)
Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC)
Justice et Paix
Mission de la mer
Mouvement chrétien des cadres et dirigeants (MCC)
Mouvement chrétien des retraités (MCR)
Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC)
Ordre de Malte
Pax Christi
Scouts et Guides de France
Secours catholique – Caritas France
Semaines sociales
Voir Ensemble

Le rassemblement de la JOC dans la presse

Les rassemblements nationaux de la JOC n’ont jamais attiré les médias. Voir des jeunes des quartiers populaires faire autre chose que vendre de la drogue ou brûler des voitures ne motive pas les grands médias. Pourtant avec le rassemblement national du 15 avril 2017, la JOC a réussi à se faire entendre dans certains grands titres de la presse française.

Le 13 avril l’Humanité a publié une longue interview de Rinà Rajaonary, présidente nationale de la JOC sous le titre « Les jeunes ont besoin du statut stable du CDI ». Elle revient sur les résultats de l’enquête nationale de la JOC et sur le rassemblement.

lhumanite-cover-12-04-17

Le même jour le Figaro et le magazine L’Express annoncent le rassemblement national dans de grands articles et une partie de l’interview de Rinà.

De son coté le magazine Le Pèlerin propose plusieurs portraits de jeunes militants de la JOC dans un dossier de plusieurs pages intitulé « Génération JOC »

Le pélerin

Après le rassemblement la presse s’est fait l’écho de cette grande journée :

Le 17 avril, La Croix publie un bel article intitulé « La JOC s’invite dans le débat politique ». Un jour plus tard l’Humanité fait de même par un article qui reprend la thématique du rassemblement « Emploi : La JOC en campagne pour la dignité au travail ».

Le site Aleteia propose un grand article « JOC : 90 ans après, des jeunes toujours en lutte »

Coté presse régionale, l’hebdomadaire Croix du Nord consacre un article avec des témoignages dans son numéro de la semaine.

Bonne lecture !

Catégories JOC

Rassemblement national de la JOC : Revivez cette journée folle avec les jocistes du Nord

Les chapeaux flashy des Pays de la Loire se mêlent aux T-shirt personnalisés des meusiens et aux bandeaux colorés des Charentes. Dans la foule des 10.000 jeunes réunis par la JOC ce 15 avril 2017, chaque fédération et chaque région a cherché un moyen de se distinguer. Et la centaine de jocistes du diocèse de Lille n’est pas passé inaperçue. Les dunkerquois ont amené leur grand parapluie de carnaval. Les jeunes de Roubaix Tourcoing Vallée de la Lys ont choisi de se faire entendre en soufflant dans leurs trompettes personnalisées à s’en rompre les tympans. Ceux de Lille se sont surtout fait entendre dans les débats que le Comité des Jeunes Privés d’Emploi de la fédération leur a permit de préparer avec un grand sérieux.

Parce que si un rassemblement national de la JOC est toujours une fête c’est avant tout le moyen pour les jeunes du milieu ouvrier de prendre la parole sur un thème fort : le travail digne et l’accès à l’autonomie. L’enquête nationale réalisée en début d’année a montré le fossé qui se creuse entre une jeunesse bien armée pour se lancer dans un marché du travail de plus en plus dur et compétitif et une jeunesse qui n’en a pas les moyens et qui ne veulent plus de cette guerre économique dont ils sont les victimes. Durant cette année, les équipes, les fédérations et les comité de jeunes privés d’emploi se sont réuni pour comprendre et proposer… Et le grand jour est arrivé.

A peine descendu des bus, les jeunes sont guidé vers les deux immenses halles du Paris Event Center de la porte de La Villette par les centaines de bénévoles venu les accueillir. Tous, reçoivent un sac avec le programme, de quoi prendre des notes et un petit déjeuner. Car si les jocistes du nord ont du se lever tôt pour être présent sur place des 9h30, ceux de Marseille, Toulouse, Bayonne ou la Corse ont passé le nuit dans les bus.

A peine de temps de découvrir les lieux et de saluer les jocistes rencontrés en session de formation qu’il faut se presser devant la grande scène pour le lancement officiel de la journée par Rina Rajaonary, la présidente nationale du mouvement.

RN JOC Vidéo Ouverture
Vidéo de l’ouverture du RN par la présidente nationale

Beaucoup, beaucoup d’activités et de débats

C’est parti pour une journée proposant tant et tant d’activités qu’il a bien fallu choisir. Cinq ateliers débats permettaient de construire des propositions concrète pour la dignité au travail des jeunes :
– Pourquoi répartir le travail ?
– Comment repenser nos manières de travailler ?
– Quel processus idéal d’insertion professionnelle des jeunes ?
– Quel système économique pour un travail digne pour toutes et tous ?
– De quelle autonomie les jeunes ont ils besoin ?

A chaque fois, ce sont les jeunes qui avaient la parole. Ils exprimaient leurs réalités de vie et leurs aspirations. Des partenaires et des personnalités été invités a apporter leur éclairage et leur propositions. Parmi eux, le Collectif Roosevelt, Gérard Filoche, Solidarités Nouvelles face au Chomage, la CFDT, les Editions de l’Atelier, l’ACO, le CCFD, le Forum Français de la Jeunesse…
Puis les jeunes se sont réunis en petit groupe pour construire leurs propositions avant de passer à un petit temps de débat puis au vote. Les jocistes du diocèse de Lille ont porté les réalités spécifiques des jeunes de nos quartiers populaires et ont été force de proposition a l’image de Guillaume, responsable JOC de Lille, dans le débat sur la répartition des richesses.

IMG_6458
Un des atelier-débat de la journée

Si les ateliers-débats furent le cœur de la journée de nombreuses autres activités étaient proposées : la création d’une fresque géante des jeunes du milieu ouvrier avec le soutien de l’artiste Antoine Wilmet. Des temps de partage et d’initiation spirituelle dans la tente de la rencontre. Une scène jeune talents sur laquelle chanteurs, danseurs, comédiens amateurs de tous horizons sont venus partager leurs créations.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’espace Ciné-Débat a proposé trois films au long de la journée :
– Merci Patron ! Une documentaire satirique sur le combat d’ouvriers contre le groupe de luxe LVMH. La projection a été suivie par un débat avec l’équipe de réalisation du film César 2017 du meilleur documentaire.
– Comme des lions : documentaire sur la lutte des ouvriers de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois. Suivi d’une rencontre avec Françoise Devisse, réalisatrice et un militant syndical CGT de l’usine.
– Demain : un film qui met en lumière les initiatives novatrices permettant de repenser notre modèle social pour plus de respect de l’Homme et de environnement.

Au village des partenaires, de nombreuses associations ont pu présenter leurs activités : le Secours Catholique, l’ACAT, la CFDT, la CFTC, le CIDL, le CNAJEP, La LMDE, la DCC, le mouvement pour la paix, les jeunes socialistes, les jeunes communistes, le MNCP, le MRJC, l’UNHAJ et beaucoup d’autres. Les jeunes ont pu y découvrir les spécificités de chacun un participer aux activités qu’ils proposaient.

Les régions JOC tenaient aussi leurs stands. Venus des quatre coins de France les jeunes avaient a cœur de présenter leurs initiatives locales et leurs spécificités de manière ludique. Les jocistes du Nord Pas de Calais ont affiché les photos de leurs actions et proposé des jeux.

IMG_6446
Stand de la JOC Nord Pas de Calais

Un partage interreligieux vibrant

Après, cette profusion d’activités en libre service, les jeunes se sont réunis à 18h00 devant la grande scène pour un temps de partage interreligieux fort. Ils sont accueilli par le chant « Vivre Debout » et par des mots forts « La JOC réunie des jeunes de croyances diverses qui s’enrichissent et se renforcent par le partage. En tant que mouvement d’Église, nous voulons clamer ce message d’espoir qui est celui de la résurrection de Jésus Christ. Ce partage est l’occasion de réaffirmer ce en quoi nous croyons et de le renforcer par le partage avec l’autre ». C’est alors qu’un jeune se lève pour lire un passage de la Génèse : l’appel d’Abraham. Abraham le patriarche à la croisée des grandes religions du Livre. Un grand silence se fait à l’écoute de la vie de cet homme a qui Dieu demande de tout quitter pour suivre sa Parole.

Un rabbin, un imam et Mgr Stenger, évêque de Troyes en charge de la Mission Ouvrière apportent chacun leur regard sur le texte. Puis les participants se mélangent et se mettent en petit groupe de trois pour partager sur le sens qu’ils donnent à cette lecture. Les mots confiance, foi, force, espoir, courage ressortent du brouhaha.

IMG_6460
Les 4 jeunes témoins accompagnées de Mgr Stenger, Mgr Santier, un imam et un rabbin

Quatre jeunes filles de confessions religieuses différentes montent sur scène pour partager leur témoignage. La jeune chrétienne parle de la manière dont la JOC lui permet de vivre sa foi. La jeune musulman partage l’importance de la prière pour elle. La jeune agnostique proclame sa foi en la construction d’un monde plus juste et la jeunes judéo-chrétienne conclue en disant la chance qu’elle a d’avoir grandi au milieu de ces deux religions et sa conviction que « les petits ne sont petits que dans le regard de ceux qui les dominent ». Elle soulève une éruption d’applaudissement et de cris de joie. Après un dernier temps de partage, tous se lèvent pour chanter « De nos mains », le plus fameux des chants jocistes qui fut chanter pour la première fois lors d’un rassemblement à Paris, il y a exactement 50 ans.

RN JOC Vidéo De nos mains
Vidéo du chant  » De nos mains  » chanté par les jocistes

La proclamation du cahier de doléances

Rina invite alors les jeunes a participer à la proclamation du cahier de doléances : « Ce soir nous allons faire entendre nos rêves et nos ambitions par le cahier de doléances que vous avez construit ». Ce sont près de 50 propositions qui sont proclamées et qui vont être affinées dans les semaines a venir pour être portées par les jeunes sur tout le territoires.

IMG_6469
Proclamation du cahier de doléances

La journée se conclue avec deux concerts qui ont fait jumper les jocistes ! Babylon Circus et sa musique à la croisée de la pop, du ska et du punk rock ont fait enchaîner farandole et danses festives aux jeunes participants. Sniper, le groupe phare de la scène rap française a donner ses tubes les plus célèbres pour faire bouger et crier les participants.

RN JOC Vidéo Sniper
Le groupe de rap Sniper met le feu au RN de la JOC

Enfin, chacun est reparti dans sa région. Et le voyage du retour vers le nord fut bien calme dans les bus tant cette journée fut riche en émotions et en activités.

Aussi beau que fut ce rassemblement national, il n’est pas une fin en soi. La JOC donne rendez vous aux jeunes dès le 1er mai pour vivre une fête internationale des travailleurs haute en couleur !

Catégories JOC

Samedi 15 avril 2017 : la JOC invite les jeunes des quartiers populaires a ressusciter

Un rassemblement national de la JOC un samedi de Pâques ? Mais quelle drôle d’idée ! 
Les prêtre et les laïcs engagés en Église vont être prit par les célébrations pascales !
Et les jeunes qui demandent le baptême ne pourront pas être présents !

Ces réactions, beaucoup de personnes engagées en Église et dans la pastorale les ont eu. Et on peut les comprendre. Durant toute la semaine sainte les célébrations s’enchaînent de la messe du dimanche des Rameaux, en passant par la messe de la Cène du Seigneur, puis l’office de la Passion, la Vigile pascale et enfin la messe de Pâques. Ça fait beaucoup ! Mais la fête de Pâques est la fête la plus importante pour les chrétiens. Elle célèbre la Résurrection du Christ, sa victoire sur la mort qui est l’élément central de la foi chrétienne. Elle est la fête chrétienne la plus ancienne et la fête centrale de l’année liturgique. Alors pourquoi coller un rassemblement d’Église cette semaine là ?

img_5324
Les jocistes du Comité des Jeunes Privés d’Emploi digne de Lille

Un choix missionnaire

La JOC est un mouvement d’Église. Mais sa vocation est avant tout d’être un mouvement d’évangélisation des jeunes du milieu ouvrier et des quartiers populaires. De permettre à des jeunes dont les vies ne sont pas faciles de rencontrer un Dieu vivant au cœur de leur vie et de le suivre pour construire un monde plus juste et fraternel. Or, pour ces jeunes qui n’ont pas encore eu la chance de trouver leur place dans l’Église, ce week-end pascal promet d’être un week-end prolongé comme un autre. Ils ne viendront pas dans nos églises vivre nos célébrations… Alors, et si c’était l’Église qui venait à eux ?

Faire un rassemblement national de la JOC un samedi saint c’est une façon pour le mouvement de répondre à l’appel du pape François : « sortir de son propre confort et avoir le courage de rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’Évangile » (Pape François, Exhortation Evangelii Gaudium). Car parmi les 15.000 jeunes qui seront présents samedi au Paris Event Center de La Villette, beaucoup vivront leur premier temps en Église. Ils verront pour la première fois une Eglise qui leur propose de croire en eux, en leurs copains en leur avenir. Ils rencontreront d’autres jeunes qui leur parleront d’un Dieu qui les veut libres et heureux. Par les temps de débats, de fête, de célébration, beaucoup débuteront un cheminement qui les amènera peut être dans quelques années à vivre leur première veillée pascale en paroisse.

JOCRTVDL
Des jocistes de Roubaix préparent le RN

Une Église au cœur de la mêlée

Ils feront l’expérience d’une Eglise qui s’intéresse au monde et à leur vie, loin des clichés rétrogradent que véhiculent les médias. Car cette semaine n’est pas que sainte. Elle est aussi la première semaine de la campagne officielle de l’élection présidentielle. Une élections dont les jeunes du milieu ouvrier sont absents alors même que le chômage des jeunes dépasse les 25% et même 40% dans les quartiers populaires de notre pays. C’est pourquoi le rassemblement national porte sur la question du travail digne des jeunes.

Pour sa dernière homélie de l’année 2016, le Pape François avait lancé un appel en ce sens : « Nous avons créé une culture qui, d’une part, idolâtre la jeunesse cherchant à la rendre éternelle ; mais, paradoxalement, nous avons condamné nos jeunes à ne pas avoir d’espace de réelle insertion, parce que nous les avons lentement marginalisés de la vie publique, les obligeant à émigrer ou à mendier des occupations qui n’existent pas ou qui ne leur permettent pas de se projeter dans un lendemain. Nous avons privilégié la spéculation au lieu de travaux dignes et honnêtes qui leur permettent d’être des protagonistes actifs dans la vie de notre société. Nous attendons d’eux et exigeons qu’ils soient ferment d’avenir, mais nous les discriminons et les « condamnons » à frapper à des portes qui de plus demeurent fermées ».

Samedi, les jeunes présents débattront et construiront des propositions concrètes pour changer leur conditions de travail et permettre à chaque jeune de vivre dignement des fruits de son labeur. Ils interpelleront les candidats à l’élection présidentielle et leur demanderont de s’engager concrètement en faveur du travail digne des jeunes. Ils prendront la parole avec la conviction qu’un jeune travailleur vaut plus que tout l’or du monde car il est fils de Dieu.

JOC Slam
Slam du Notre Père lors du RN de la JOC en 2009

Vivre la résurrection

Mais le sens profond d’un rassemblement national de la JOC est plus que missionnaire ou politique. Il est avant tout une expérience personnelle que résume bien Adrien Debue, président de la JOC de Roubaix-Tourcoing Vallée de la Lys dans un récent numéro de la revue diocésaine Église de Lille  : « Nous voulons permettre aux participants de goûter à joie de la Résurrection. De nombreux jeunes de nos quartiers sont exclus du monde du travail. Ils sont comme morts socialement. La JOC veut nous permettre de reprendre vie, de vivre une résurrection. Une résurrection personnelle en se découvrant digne d’être écouter et capable de faire de choix. Une résurrection collective en se découvrant membre d’un collectif agissant. Une résurrection spirituelle, en se découvrant aimé de Dieu, d’un Amour qui remet debout » !

Alors samedi, soyons nombreux au rassemblement national de la JOC par notre présence et par notre prière pour que de nombreux jeunes puissent vivre cette résurrection.

Pâques prendra alors tout son sens…

Rassemblement JOC, Baptêmes de jeunes, CCFD : Toutes les news de la Mission Ouvrière Flandres Lys

Dans son numéro d’avril « Vivre ensemble », la revue de la Mission Ouvrière de Flandres Lys vous donnes les dernières nouvelles sur le rassemblement national de la JOC du 15 avril, sur les jeunes qui se préparent au baptême et sur toutes les initiatives à venir !

Téléchargez Vivre Ensemble d’avril 2017 : Vivre Ensemble avril 2017C

vivre ensemble avril17

Mariana : au service de l’ACE et des enfants des quartiers populaires de Roubaix

MarianaA l’ombre du clocher sans flèche de l’église Sainte Élisabeth de Roubaix vivent des gens simples originaires du Nord mais aussi du Portugal, d’Italie, de Pologne, de Belgique, du Maghréb, du Cap-Vert et de bien d’autres endroits. Toute une population qui a en commun d’être venu travailler dur pour offrir à leurs enfants un avenir meilleur. Dans ces quartiers populaires marquée par la pauvreté, le chômage et la tentation du repli sur soi des chrétiens sont acteurs du vivre ensemble et de la fraternité. Des chrétiens à l’image de leur quartier comme Mariana Pipo de Sousa, missionnée en Mission Ouvrière à Roubaix.

Née au Portugal dans les années 60, Mariana arrive en France avec ses parents, ses frères et sœurs à l’age de 10 ans. Ils atterrissent dans les baraquements près de Bondues. Une histoire semblable à celle de ces centaines de milliers de migrants portugais qui ont fuit la misère et la dictature pour trouver leur place dans la société française par le travail. Pour les hommes, le travail c’était l’usine, pour Mariana ce sera celui de femme de ménage. Après son mariage, Mariana et sa famille s’installent à Roubaix.

Mariana fréquente la paroisse Sainte Élisabeth et apporte peu à peu sa pierre à la vie paroissiale. « Je connaissais la dame qui s’occupait de l’église, de son entretien et de sa décoration. Peu à peu, elle m’a donner des missions à remplir ». Un engagement de croyante humble et discrète mais qui ne passe pas inaperçu pour le prêtre et les responsables de la paroisse. « Le père Gérard Vandevyver m’a proposé de faire de l’Action Catholique des Enfants. Il y avait des enfants de 7 à 10 ans qui venaient de faire leur baptême et qui voulaient continuer de se rencontrer. On leur a proposé l’ACE et d’autres enfants nous ont rejoint ».

Mariana anime régulièrement le club ACE du quartier et le caté. « Lucie, Rodrigo, Avelina, Anaëlle, Anaïs , Théo, Léa, Emilie, Mélina… Ils aiment bien participer à l’ACE. Ça leur change de l’école où on leur dit toujours ce qu’ils doivent faire et comment ils doivent le faire. Ici c’est eux qui choisissent et ce n’est pas toujours simple ». Car l’ACE c’est plus qu’en bonne ambiance et des jeux, c’est une école de vie. « Cette année ils ont échangés sur le thème de l’année  »Prendre le temps » et de belles expressions sont ressorties. Ils veulent en faire une petite pièce de théâtre ».

Une vie de club qu’elle arrive a porter avec le soutien indéfectible de Gérard et de Marie France qui ont cru en elle et lui ont proposé d’être missionnée à mi-temps pour la paroisse. Un sacré changement de vie à 50 ans passé que Mariana a eu le courage d’oser. Une mission qui cohabite avec son autre mi-temps de femme de ménage ce qui n’est pas toujours simple. « Quand j’arrive le matin pour suivre ma formation au CIPAC, le centre de formation des animateurs en pastorale du diocèse, j’ai déjà 3h de travail physique derrière moi. C’est difficile, mais ça vaut le coup ».

Pour la soutenir, Mariana peut compte sur l’équipe de secteur de l’ACE à laquelle est participe activement. Mais aussi sur son équipe d’Action Catholique Ouvrière où elle a découvert la révision de vie. « Dans le monde du travail manuel, personne ne vous demande comment ça va ou ne s’intéresse à vous. On est juste là pour faire le travail. Alors ça fait bizarre au début de parler de soi en confiance et d’être écouter par des gens que ça intéresse ».

Mariana participe aussi à l’équipe missionnaire de Roubaix. Une équipe d’agents pastoraux, prêtres, diacres et laïcs de la ville qui partagent leurs initiatives missionnaires et s’entraide à saisir toutes les opportunités pour annoncer la Bonne Nouvelle. Une opportunité comme la fête diocésaine des 80 ans de l’ACE qui aura lieu le 11 novembre 2017 et qui sera l’occasion pour Mariana et les enfants de l’ACE de vivre un nouveau temps fort et d’inviter de nouveaux copains.

poeme ACE Rbx
Chanson écrite par les enfants de Roubaix

Temps forts, CJPE, Flashmob… Dernière ligne droite pour les jocistes du diocèse de Lille

Après 8 années d’attente, les jocistes vont enfin pouvoir goûter aux joies d’un grand rassemblement national de la JOC. Dans une semaine seulement, des milliers de jeunes du milieu ouvrier déferleront sur Paris pour prendre la parole sur le travail digne.

Le 15 avril 2017 restera gravé dans moment de fête, de lutte et de communion que les jocistes du diocèse de Lille attendent avec impatience et préparent avec enthousiasme. A Lille, Dunkerque, Hazebrouck, Roubaix, Tourcoing, Seclin… jeunes et adultes ont mit les bouchées doubles pour permettre a un maximum de jeunes de vivre cette journée unique.

A une semaine de l’événement l’effort de faiblit pas !

A Lille, un temps fort a eu lieu le week-end dernier pour peaufiner les dernier détails de la mobilisation et notamment répéter le Flash-mob qui va animer le rassemblement. Des jocistes de Dunkerque étaient également présents.

flashmob JOC RN

A Lille toujours, le Comité des Jeunes Privés d’Emploi digne (CJPE) aura lieu mercredi 12 avril à 18h à la maison St Vincent (63, rue de Fontenoy à Lille).

Coté Roubaix et Tourcoing, le CJPE aura lieu le 7 avril 2017 à 18h00 au 95, rue de Lille à Roubaix.

Toujours à Roubaix et Tourcoing, le temps fort de préparation du RN aura lieu le samedi 8 avril de 14h30 à 17h00 au 95, rue de Lille à Roubaix.

RN JOC 8 avril RTVDL

Ce sont autant d’occasion d’inviter des jeunes a découvrir la JOC et à prendre part au Rassemblement national du 15 avril 2017 !