La sainteté pour les nuls : agir au cœur du monde !

La sainteté pour les nulsLe 19 mars 2018, le pape François a fait paraître une exhortation apostolique baptisée « Gaudete et exsultate » sur l’appel à la sainteté dans le monde actuel. Ce n’est ni un traité philosophique sur la sainteté, ni une leçon de vie. C’est un appel à tous et à toutes à devenir saint avec quelques pistes concrètes à vivre au jour le jour. « Dieu veut que nous soyons saints et il n’attend pas de nous que nous nous contentions d’une existence médiocre, édulcorée, sans consistance » nous rappelle le pape qui nous propose donc un petit guide « devenir saint pour les nuls » pour y parvenir.

Certaines des pistes concrètes que propose le pape François ont un sens particulier pour les personnes du milieu ouvrier et des quartiers populaires : refuser la société de consommation, construire un monde radicalement différent, refuser la méritocratie, rester humble et ouvert aux autres…

Régulièrement, la Mission Ouvrière du diocèse de Lille vous proposera une relecture de cette exhortation apostolique avec un regard venu d’en-bas, du milieu ouvrier et des quartiers populaires. Aujourd’hui, nous apprenons qu’être saint c’est vivre et agir au cœur du monde

Saints du quotidien

« Nous sommes tous appelés à être des saints en vivant avec amour et en offrant un témoignage personnel dans nos occupations quotidiennes, là où chacun se trouve ». Une sainteté du quotidien que le pape illustre avec des exemples concrets : « Es-tu un travailleur ? Sois saint en accomplissant honnêtement et avec compétence ton travail au service de tes frères. […]As-tu de l’autorité ? Sois saint en luttant pour le bien commun et en renonçant à tes intérêts personnels ».

Une sainteté de tous les jours et idéologie du « projet »

Le pape invite donc les chrétiens à une sainteté qui n’est une sainteté de grands projets mais une sainteté qui se vit dans la manière d’être des chrétiens dans leur vie de tous les jours. Dans le monde associatif, cette invitation entre en violente contradiction avec la démarche de « l’appel à projet ». Cette idéologie de « l’appel à projet » consiste pour les pouvoirs publics a donner de la valeur, et donc des subventions, uniquement aux initiatives exprimées sous forme d’un projet technocratique avec des données chiffrées. Sous couvert d’efficacité sociale et financière, cette technicisation a surtout provoqué la fin du soutien aux projets portés par des personnes du milieu ouvrier et des quartiers populaires, incapables de rentrer dans le carcan technocratique. Elle a conduit à transformer les personnes en consommateurs d’activités construites sans eux.

Cette dérive, venue du monde de l’entreprise, à été généralisée dans le monde associatif et gagne même certaines structures ecclésiales qui veulent faire de l’évangélisation une simple statistique fermant la porte à la grâce. Quel contraste avec cette phrase du Cardinal François-Xavier Nguyên Van Thuân cité par le pape François dans son exhortation : « Je saisis les occasions qui se présentent chaque jour, pour accomplir les actes ordinaires de façon extraordinaire ».

Résister à la corruption des gestionnaires

Cette idéologie avait déjà été fermement condamnée par le pape François dans son message de novembre 2016 aux mouvements populaires qu’il alertait sur le risque d’être utiliser par le pouvoir de l’argent pour effectuer la gestion des questions sociales sans remettre en cause le système capitaliste.« Tant que vous faites partie de leur « politique sociale », tant que vous ne mettez pas en cause la politique économique ou politique avec un P majuscule, on vous tolérera. C’est cette idée des politiques sociales conçue comme une politique envers les pauvres, mais jamais avec les pauvres, et non des pauvres ». Avant d’insister « Vous, les organisations des exclus, vous êtes appelés à revitaliser, à rétablir les démocraties qui traversent une véritable crise. Ne vous laissez pas réduire à des acteurs secondaires ou, pire encore, à de simples administrateurs de la misère existante ».

L’engagement dans le monde : la priorité du chrétien !

Face à ce monde difficile où les plus petits sont maltraités et où la religion chrétienne est parfois devenue minoritaire, nous avons parfois la tentation de fuir, de se réfugier dans la prière et dans le confort d’une vie d’Église refermée sur elle même avec ceux qui nous ressemblent. Le pape François s’y oppose : « Il n’est pas sain d’aimer le silence et de fuir la rencontre avec l’autre, de souhaiter le repos et d’éviter l’activité, de chercher la prière et de mépriser le service ». Il ajoute « nous sommes parfois tentés de reléguer au second plan le dévouement pastoral ou l’engagement dans le monde, comme si c’étaient des ‘‘distractions’’ sur le chemin de la sanctification et de la paix intérieure. On oublie que  »la vie n’a pas une mission, mais qu’elle est mission » ».

La prière au service de l’engagement

La priorité du chrétien est donc d’être présent dans le monde pour y témoigner en paroles et en actes de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Le pape rappelle «  que le critère pour évaluer notre vie est, avant tout, ce que nous avons fait pour les autres. La prière a de la valeur si elle alimente un don de soi quotidien par amour ». Il ajoute encore « Le saint est une personne dotée d’un esprit de prière, qui a besoin de communiquer avec Dieu.[…] Mais je prie pour que nous ne considérions pas le silence priant comme une évasion niant le monde qui nous entoure ».

Alors, un « Notre Père » et tous sur le terrain !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s