La sainteté pour les nuls : transformer radicalement notre système économique

La sainteté pour les nulsLe 19 mars 2018, le pape François a fait paraître une exhortation apostolique baptisée « Gaudete et exsultate » sur l’appel à la sainteté dans le monde actuel. Ce n’est ni un traité philosophique sur la sainteté, ni une leçon de vie. C’est un appel à tous et à toutes à devenir saint avec quelques pistes concrètes à vivre au jour le jour. « Dieu veut que nous soyons saints et il n’attend pas de nous que nous nous contentions d’une existence médiocre, édulcorée, sans consistance » nous rappelle le pape qui nous propose donc un petit guide « la sainteté pour les nuls » pour y parvenir.

Certaines des pistes concrètes que propose le pape François ont un sens particulier pour les personnes du milieu ouvrier et des quartiers populaires : refuser la société de consommation, accueillir les migrants, refuser la méritocratie, rester humble et ouvert aux autres…

Régulièrement, la Mission Ouvrière du diocèse de Lille vous proposera une relecture de cette exhortation apostolique avec un regard venu d’en-bas, du milieu ouvrier et des quartiers populaires.
Aujourd’hui, nous apprenons qu’être saint c’est agir pour changer en profondeur notre système économique et social.

Quitter le confort pour combattre l’injustice

Depuis son élection, le pape François appelle les chrétiens a sortir de leur confort pour oser se faire secouer par le message radical de l’Évangile : « Écoutons Jésus, avec tout l’amour et le respect que mérite le Maître. Permettons-lui de nous choquer par ses paroles, de nous provoquer, de nous interpeller en vue d’un changement réel de vie ».

En détaillant les béatitudes, le pape François propose un de ces changements indispensables « L’évangile de Luc ne parle pas d’une pauvreté en “esprit” mais d’être “pauvre” tout court, et ainsi il nous invite également à une existence austère et dépouillée. […] Le monde nous propose le contraire : le divertissement, la jouissance, le loisir, la diversion, et il nous dit que c’est cela qui fait la bonne vie ».

Quitter ce confort d’une vie bien rangée et la sécurité qu’offre l’indifférence n’est pas simple dans notre monde qui met ceux qui ont réussi en écrasant les autres sur un piédestal et ceux qui ont tout perdu pour aider les autres au pilori. Et pourtant « Nous ne pouvons pas envisager un idéal de sainteté qui ignore l’injustice de ce monde où certains festoient, dépensent allègrement et réduisent leur vie aux nouveautés de la consommation, alors que, dans le même temps, d’autres regardent seulement du dehors, pendant que leur vie s’écoule et finit misérablement ».

Changer radicalement le système économique et social

Le Pape nous invite donc a entrer dans le combat pour la justice. Un combat exigeant : « Pour les chrétiens, cela implique une saine et permanente insatisfaction. Bien que soulager une seule personne justifierait déjà tous nos efforts, cela ne nous suffit pas ». Cette lutte contre les injustices demande donc un changement plus profond : « il ne s’agit pas seulement d’accomplir quelques bonnes œuvres mais de rechercher un changement social :  »Pour que les générations futures soient également libérées, il est clair que l’objectif doit être la restauration de systèmes sociaux et économiques justes de manière que, désormais, il ne puisse plus y avoir d’exclusion » ».

Lors d’une audience aux participants à la rencontre « Économie de Communion » du 5 février 2017, le pape François avait déjà pointé du doigt les injustices de notre système économique et social : « On ne le dira jamais assez, le capitalisme continue à produire les « mis à l’écart » qu’ensuite il voudrait soigner. Le principal problème éthique du capitalisme est la création des mis à l’écart pour ensuite chercher à les cacher ou les soigner pour qu’on ne les voit plus. Les avions polluent l’atmosphère, mais avec une petite partie de l’argent du billet on va planter des arbres pour compenser les dommages créés. Les sociétés de jeux de hasard financent des campagnes pour traiter les joueurs pathologiques qu’ils créent. Et le jour où les entreprises d’armement financeront des hôpitaux pour soigner les enfants mutilés par leurs bombes, le système aura atteint son apogée. C’est de l’hypocrisie ».

Un chemin de sainteté qui demande du courage

Cette exigence radicale de la Bonne Nouvelle n’est pas facile à vivre et à assumer : « Pour vivre l’Évangile, on ne peut pas s’attendre à ce que tout autour de nous soit favorable, parce que souvent les ambitions du pouvoir et les intérêts mondains jouent contre nous. […] Dans une telle société aliénée, prise dans un enchevêtrement politique, médiatique, économique, culturel et même religieux qui empêche un authentique développement humain et social, il devient difficile de vivre les béatitudes, et cela est même mal vu, suspecté, ridiculisé ».

Le pape invite donc a oser être dégradant même si ce n’est pas confortable : « Jésus lui-même souligne que ce chemin va à contre-courant, au point de nous transformer en sujets qui interpellent la société par leur vie, en personnes qui dérangent ».

Au bout du chemin : le Royaume de Dieu !

Devant tant d’obstacles, les chrétiens peuvent être tentés par deux obstacles certains foncent la tête dans le guidon au détriment de leur relation avec Dieu. Ils « séparent ces exigences de l’Évangile [la transformation sociale] de leur relation personnelle avec le Seigneur, de l’union intérieure avec lui, de la grâce. ». D’autres fuient leurs responsabilités de chrétiens. Ils « vivent en suspectant l’engagement social des autres, le considérant comme quelque chose de superficiel, de mondain, de laïcisant, d’immanentiste, de communiste, de populiste ».

La pape appelle donc chacun a vivre le lien inséparable entre action de transformation sociale et relation personnelle à Dieu, l’un ne pouvant aller sans l’autre car « Comme tu ne peux pas comprendre le Christ sans le Royaume qu’il est venu apporter, ta propre mission est inséparable de la construction de ce Royaume ». Il ajoute « Ton identification avec le Christ et avec ses désirs implique l’engagement à construire, avec lui, ce Royaume d’amour, de justice et de paix pour tout le monde ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s