Diacres au cœur du monde populaires : Mettre les périphéries au centre

Les diacres sont au service… C’est le sens même de la racine grecque « diakonos », serviteur. Ces chrétiens ordonné par un évêque pour servir leurs frères et l’Eglise sont aujourd’hui 2700 sur le territoire français. Soit autant de manière de servir. Certains d’entre eux sont issus du milieu ouvrier et des quartiers populaires ou engagés au cœur de celui-ci.

La revue des Cahiers de l’Atelier leur consacre un numéro auquel la Mission Ouvrière a grandement collaboré. En particulier celle du diocèse de Lille puisse que 3 articles sont signés par des nordistes du diocèse de Lille : Maxime Leroy, prêtre de l’agglomération lilloise ; Michel Delattre, diacre à Armentières et Stéphane Haar, délégué diocésain de la Mission Ouvrière.

Dans le milieu ouvrier et les quartiers populaires, les diacres vivent ce service de nombreuses manières. Dans le monde du travail, le monde associatif, auprès des personnes privées d’emploi ou incarcérées, avec les migrants ou les croyants d’autres religions… Et ils ne le vivent pas seuls mais en couple, en famille, en Église, en Mission Ouvrière.

Découvrez ces témoignages en commandant votre exemplaire des « Cahiers de l’atelier N°554 – Les diacres au cœur du monde populaire » ! Un outil indispensable pour approfondir votre regard sur l’Eglise en monde populaire et un beau cadeau à offrir pour inviter au cheminement vocationnel !

Téléchargez le bon de commande : CdA554_Diacres en MO_Commande

Publicités

CDMO : Relecture de « Grains de folie » et préparation d’une fin 2017 dynamique !

Le Conseil Diocésain de la Mission Ouvrière est le conseil de l’archevêque de Lille charger de l’apostolat dans le milieu ouvrier et les quartiers populaires du diocèse. Trois fois par an, Mgr Ulrich, les membres du bureau diocésain de la Mission Ouvrière et les responsables des composantes de la Mission Ouvrière se réunissent pour partager la vie du monde ouvrier, les projets des mouvements et construire ensemble des initiatives qui portent l’Évangile au cœur du monde.

Mercredi 11 octobre 2017, le Conseil Diocésain de la Mission Ouvrière s’est réuni à Lille pour relire l’événement symbolique et festif « Grains de folie » et pour préparer les nombreuses initiatives prévues dans les mois à venir.

Introductionsaint-jean-xxiii

Le CDMO a débuté par un hommage à Saint Jean XXIII, pape initiateur du concile Vatican II, dont la fête est célébrée le 11 octobre. « Nous ne sommes pas sur terre dans le but de monter la garde sur les tombes des apôtres, des saints et des héros, mais pour marcher sur leurs traces » disait il souvent. Une ambition vécue depuis 60 ans par la Mission Ouvrière. Puis autour d’une prière de l’ACE cette rencontre fut confier à Dieu.

Relecture de l’événement « Grains de folie » du 23 septembre 2017

Pour célébrer son 60ème anniversaire, la Mission Ouvrière du diocèse de Lille a fait le choix d’une démarche en plusieurs étapes dont la première fut l’action symbolique « Grains de folie » qui a eu lieu sur le parvis de l’église St Maurice de Lille le 23 septembre avec 3 objectifs :
– Sortir de notre confort, de ce qu’on sait faire, pour aller vers
– Mettre en lumière les « folies » issues du terrain dans la rue et les médias.
– Vivre un temps de fête qui marque les esprits et donne de la force.

fusion gdf

Un événement fort, une relecture originale

Les membres du CDMO ont fait une relecture de l’action symbolique en collant des smileys correspondant à leur appréciation sur des affiches représentants différents éléments de l’action (choix du lieu, mobilisation, participation des passants, ambiance, visibilité, évaluation des objectifs…). Un échange a permit de partager les points de vue et d’affiner la relecture.

CDMO1

Objectifs atteints ! Le CDMO considère que les 3 objectifs ont été largement atteints. Les participants ont beaucoup apprécié cette action symbolique équilibrée, rythmée, festive et qui a dit beaucoup en peu de temps, mais aussi la démarche participative des grains de folie en amont qui a donné la parole. Mgr Ulrich s’est dit « très touché par ce moment. Une belle initiative qui montre des quelque chose de l’Église et qui a suscité la rencontre ».

Le responsables ont pointés quelques pistes d’améliorations notamment pour encourager encore plus la participations des passants. Pour la suite, le CDMO souhaite continuer à utiliser les grains de folie comme moyen d’invitation et de participation et valoriser l’initiative en diffusant un compte rendu aux partenaires

Fête des 80 ans de l’ACEaffiche 80 ans ACE

Magali, permanente de l’ACE, a partagé le programme de la fête diocésaine des 80 ans de l’ACE disponible sur https://lc.cx/pyBw

Les flyers, affiches et les kaplas pour inviter des enfants son disponibles localement, auprès de l’ACE et de la Mission Ouvrière. Il y a un enjeu humain, pastoral et militant fort à réussir l’invitation en monde ouvrier !

Actualité des composantes

Action Catholique Ouvrière
► Un nouveau comité diocésain se met en route avec 11 personnes !
► On lance la préparation de la rencontre nationale de l’ACO de la pentecôte 2018 à St Étienne avec des réflexions sur l’accueil des précaires et l’avenir de l’ACO.
► L’ACO a listé les formations possibles pour ses membres et travaille un projet de formation
► La rencontre des aumôniers a travaillé la question de l’accompagnement en ACO

Jeunesse Ouvrière Chrétienne
► Pour la 2ème année de la campagne « Dignes et travailleurs », la JOC lance une grande pétition nationale ouverte à tous sur https://www.emploidigne.fr/ ! A signer et faire signer !
► Le colloque des 90 ans de la JOC à Lille approche ! Inscriptions sur https://lc.cx/pyBv
► Une grande Session de Formation des Jocistes aura lieu du 3 au 5 novembre à Reims.

JOC expo
Les jocistes de Lille préparent leur expo sur le travail digne visible à la Mission Locale de Lille

Autres composantes
► Une équipe régionale du GREPO va travailler un outil pour la préparation au mariage
► 40 religieux et religieuses de la Fédéar du nord se sont réunis pour partager sur la relecture
► Des formations en quartiers populaires « Vivre en chrétiens » sont lancées par la Mission Ouvrière sur le littoral dunkerquois, à Roubaix et peut-être dans les Flandres
► La Pastorale des Migrants prépare la journée mondiale du migrant et du réfugié du 14 janvier 2018 avec le message du Pape François « Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés » consultable sur https://lc.cx/py2Y

Infos

Fêtes de Noël en Mission Ouvrière
Au moins une douzaine de fête de Noël en Mission Ouvrière vont avoir lieu dans le diocèse de Lille. Le CDMO a choisi et finalisé une invitation diocésaine bleue nuit qui va être imprimée recto, le verso restant vierge pour les infos locales.

Confirmation 2018
En JOC et en ACO des groupes se lancent dans la préparation à la confirmation. Les outils produits par le diocèse vont être diffusés pour permettre à un maximum de personne de vivre ce sacrement.

Faites la paix
La démarche « Faites la Paix » propose de nombreuses animations et culminera en avril 2018. Toutes les infos sur http://faiteslapaix.org

Comme toujours, la soirée s’est conclue par une repas fraternel à la bonne franquette !

CDMO2
Les membres du CDMO cassent la croûte !

Annie et Lydia : deux animatrices pastorales en quartiers populaires nouvellement missionnées dans le diocèse de Lille

Chaque année en septembre, une messe un peu particulière a lieu en la cathédrale Notre Dame de la Treille de Lille. C’est la messe d’envoi en mission des animateur laïcs en pastorale durant laquelle les personnes engagées de longue date en Église reçoivent des mains de l’archevêque de Lille une mission officielle dans le diocèse. Cette année, le 17 septembre 2017, deux animatrices laïques en pastorale ont été missionnée pour des quartiers populaires de la métropole lilloise en lien avec la Mission Ouvrière.

Annie Mbumba Mahanga a été missionnée pour la pastorale dans le quartier populaire de Lille Fives et pour l’accompagnement de la JOC. Actrice de la vie associative et paroissiale du quartier depuis de nombreuses années, Annie est présente dans de nombreux projets de solidarité et a participé à la formation action Frat Eveil.

Lydia Sugi a été missionnée pour la pastorale en quartier populaire de Villeneuve d’Ascq où elle anime avec des bénévoles plusieurs groupes liturgiques qui forment une communauté forte de solidarité et de foi.

2alpmissionée
Annie et Lydia

Pour Annie et Lydia, recevoir une première lettre de mission est l’aboutissement d’un parcours de croyantes fait d’investissement personnel au service de l’annonce de l’Évangile et de longues années d’études au sein du Centre interdiocèsain de formation pastorale et catéchétique – le CIPAC. Mais c’est aussi le début d’une mission au service des chrétiens auprès desquels elles sont envoyées avec une nouvelle place et une confiance de l’Église renouvelée.

La Mission Ouvrière du diocèse de Lille les félicite et sera à leur coté pour les soutenir dans la réussite de leur mission.

Remerciement aux petites mains de « Grains de folie »

Le 23 septembre 2017, la Mission Ouvrière du diocèse de Lille a fêté ses 60 ans avec une grande action symbolique dans les rues de Lille : Grains de folie. Une initiative qui a réunit plusieurs centaines de participants sur place et bien plus encore par le biais des grains de folie remplis dans tout le diocèse. Une action avec un fondement spirituel et humain fort qui a été bien relayée par les médias locaux.

Cette initiative a demandé un investissement fort des acteurs de la Mission Ouvrière pour donner la parole a un maximum de personnes. Stéphane Haar, le délégué diocésain à la Mission Ouvrière tient a remercie tous ceux qui ont fait de cet événement une belle réussite.

GdF - Participants 2

Merci aux centaines de personnes de tout le diocèse qui ont rempli leur grain de folie et ainsi partagé ce qui se vit de beau, de solidaire dans le monde ouvrier et les quartiers populaires.

Merci aux acteurs de la Mission Ouvrière du diocèse de Lille qui ont été présent le 23 septembre 2017 lors de cette action symbolique et qui ont porté les grains de folie venus de leurs quartiers, leurs mouvements, leurs lieux de vie.

Merci à Viviane, Gérard, Nathalie, Cécile, Michel, Xavier, Pascal, Annie, Geneviève, André, Clotilde, Gérard, Jérôme, Gérard, Anne-Marie et tous les responsables locaux de la Mission Ouvrière qui ont permit de donner la parole à un grand nombre de personnes du milieu ouvrier.

Merci aux membres du conseil diocésain de la Mission Ouvrière : Magali de l’ACE, Guillaume, Charli et Lionel de la JOC, Nadine et Vincent de l’ACO, Geneviève du GREPO, Michel des PO, Marie Thérèse des religieuses et religieux en monde ouvrier et Dorothée de la Pastorale des Migrants. Ils ont eu le courage d’oser un anniversaire différent avec un message fort.

Merci à Bernard, Michèle et Jean-Marc, membres avec moi du bureau diocésain de la Mission Ouvrière, qui ont mit fortement la main à la pâte pour préparer, animer et penser l’événement « grains de folie ».

Merci à Maïana de l’ACE et Sophie de la JOC pour avoir lancé « Grains de folie » avec punch !

GdF - Ouverture à trois
Maïana, Stéphane et Sophie

Merci à Mgr Laurent Ulrich, archevêque le Lille, pour son message de confiance aux personnes du monde ouvrier dans l’annonce de la Bonne Nouvelle et pour son soutien aux composantes de la Mission Ouvrière.

Merci à Mgr Hérouard, évêque auxiliaire de Lille, à Mgr Coliche, évêque émérite de Lille, au père BrunO Cazin, vicaire général pour leur présence et leur écoute lors de l’action symbolique.

Merci aux petites mains qui ont permit la réussite technique de l’événement : Xavier pour la réalisation des engrenages et de la structure. Marie pour la création du gâteau et de l’exposition. Cécile pour les conseils en communication et les photos. Maryse pour les photos. Rémi Schricke Sonorisation – RSS à Hazebrouck pour le prêt du matériel de sonorisation.

Merci aux pères Xavier Behaegel et Thierry Vandemoortele ainsi qu’à toute l’équipe de la paroisse Saint Eubert qui nous ont accueilli sur leur territoire avec beaucoup de joie et de bienveillance.

Merci à la mairie de Lille qui a accordé son autorisation d’occupation de l’espace public.

Merci au pape François d’être une source d’inspiration, de joie et de courage pour tous les acteurs d’une Église en sortie, tournée vers les plus petits.

Merci surtout à tous ceux qui n’ont pas encore rempli leur grain de folie et qui le feront dans les mois à venir lors des fêtes de noël en Mission Ouvrière.

Merci à Dieu qui rend tous les autres mercis possibles.

 

Aux origines de « Grains de Folie » : spiritualité d’une action symbolique de la Mission Ouvrière

La Mission Ouvrière du diocèse de Lille a fêté ses 60 ans le 23 septembre 2017 en organisant une action symbolique et festive appelée « Grains de Folie ». Cette initiative, sur une place publique en plein cœur de Lille, peut être qualifiée d’audacieuse pour cette institution d’Eglise habituée à rester être discrète. Est-ce un simple coup de com’ ou cela va-t-il bien plus loin ? Voyage aux origines humaines et spirituelles de « Grains de folie ».

La Mission Ouvrière : 60 ans d’évangélisation discrète et efficace au coeur du monde ouvrier

Créée en 1957 par l’Église de France pour coordonner les acteurs de l’évangélisation du monde ouvrier et des quartiers populaires, la Mission Ouvrière a 60 ans. 60 ans durant lesquelles l’action catholique des enfants (ACE), la jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), l’action catholique ouvrière (ACO), les prêtres ouvriers et toutes les autres composantes de la Mission Ouvrière n’ont cessé de vivre en actes et en paroles la Bonne Nouvelle de Jésus Christ dans le monde ouvrier et les quartiers populaires. Au point de devenir des acteurs incontournables du mouvement ouvrier et de l’éducation populaire dans notre pays. Une histoire riche qui a permit des centaines de milliers d’enfants, de jeunes, de femmes et d’hommes de vivre une émancipation matérielle, sociale et spirituelle.

vidéo image
Vidéo sur les origines et l’histoire de la Mission Ouvrière

Mais les 60 ans de la Mission Ouvrière c’est aussi 60 ans de discrétion. Créée juste avant le concile Vatican II qui a profondément modernisé l’Église catholique, la Mission Ouvrière est marquée par la pastorale de l’enfouissement. Une méthode d’évangélisation audacieuse mais discrète qui part du principe que ce sont les actes qui témoignent le mieux de l’Évangile, bien plus que les rites et les grands discours. Ainsi les chrétiens sont appelés a être présent dans tous les lieux de vie du monde ouvrier : quartiers, associations, syndicats, partis politiques, structures de loisirs… et à y embrasser pleinement la vie et les combats de la classe ouvrière pour y témoigner de l’amour de Dieu par leurs actes, leur combat pour la dignité et leur dévouement au service de leur frères.

Une méthode qui a eu une réelle efficacité tant pour l’annonce de l’Évangile que pour la construction d’un monde plus juste et fraternel. Une efficacité due au fort maillage associatif du milieu ouvrier. Depuis le début du 20ème siècle, le mouvement ouvrier a construit un incroyable entrelacement d’associations, de syndicats, de coopératives qui structuraient complètement la vie des personnes du milieu ouvrier. Personne n’était laissé seul et il y avait une association pour chaque problème et chaque thématique. Les composantes de la Mission Ouvrière ont su trouver leur place dans cet entrelacement et permettre ainsi a des milliers de personnes de devenir acteurs de leur vie, de la société et de l’Église. Les acteurs des composantes de la Mission Ouvrière se sont également pleinement investi dans d’autres organisations ouvrières où ils ont prit des responsabilités et ont mené un impressionnant travail apostolique.

Maintenant ! Proclamer une parole qui libère !

Mais le tournant ultra-libéral des années 80 a tout changé. Les politiques publiques de précarisation du marché du travail et de mise en concurrence des personnes ont cassé un grand nombre d’organisations ouvrières et en ont affaiblies d’autres, laissant des millions de travailleurs pauvres, isolés face à leurs problématiques et les mettant à la merci des idéologies les plus rétrogrades. Ces personnes milieu ouvrier et des quartiers populaires ont été frappés de plein fouet par les changements sociaux, politiques et économiques d’une grande violence que résume bien le pape François dans l’exhortation apostolique  » La joie de l’Évangile  » «  Aujourd’hui, tout entre dans le jeu de la compétitivité et de la loi du plus fort, où le puissant mange le plus faible. Comme conséquence de cette situation, de grandes masses de population se voient exclues et marginalisées : sans travail, sans perspectives, sans voies de sortie ».

Cette religion de l’argent-roi menace tout ce qui est faible ou fragile. Elle menace tout ce qui protège comme le droit du travail, la protection sociale et les structures qui les défendent. Présentés il y a peu comme les indispensables bâtisseurs de l’économie française, les salariés sont maintenant dépeint comme des coûts de production, des poids morts freinant l’économie des plus riches, des résidus enfermés dans des cités dortoirs. Ils sont rendu inaudibles, invisibles, inutiles…

Dans ce contexte, la pastorale de l’enfouissement perd de son efficacité. Car il y a dans le milieu ouvrier et les quartiers populaires une grande rage d’exister, de construire sa vie et d’être reconnu. Une rage qui, du fait de la destruction du maillage social du monde ouvrier, est bien moins portée et bien moins entendue que par le passé. Cette rage de vivre dignement est la même que celle des hébreux esclaves en Égypte à qui Dieu dit « J’ai vu, oui, j’ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte, et j’ai entendu ses cris sous les coups des surveillants. Oui, je connais ses souffrances. Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens » (Exode 3 ; 7).

Une rage qui est la même que ceux à qui Saint Paul affirmait « Frères, vous qui avez été appelés par Dieu, regardez bien : parmi vous, il n’y a pas beaucoup de sages aux yeux des hommes, ni de gens puissants ou de haute naissance. Au contraire, ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort ; ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est. » (Épître de de Saint Paul aux Corinthiens 1;25-28)

Dans un monde qui chaque jour les écrase un peu plus, les personnes du monde ouvrier ont besoin de ce message d’amour et de révolte de l’Évangile. Alors il faut le proclamer haut et fort à chaque fois que cela est possible. Fêter l’anniversaire de la Mission Ouvrière c’est redire que Dieu aime chacun de ses enfants, en particulier les plus petits. C’est redire que l’Église fait confiance a ceux en qui personne ne fait confiance : les enfants, les jeunes des quartiers, les travailleurs pauvres, les chômeurs… C’est le sens que la Mission Ouvrière du diocèse de Lille à voulu donné à son anniversaire.

Comme toujours : partir de la vie

Lors du Conseil Diocésain de la Mission Ouvrière du 8 février 2017, les composantes de la Mission Ouvrière ont partagé la vie des personnes du milieu ouvrier de notre diocèse :

« Une dame de 70 ans distribue la pub dans mon quartier car elle a une faible pension. Bientôt elle sera pistée par GPS par son employeur pour contrôler sa productivité ».
« Dans les maisons de l’enfance, on ne parle plus d’enfants mais de lits a remplir pour être plus rentable »
« A l’école la compétition est terrible. Ceux qui ne réussissent pas souffrent et ceux qui ont de bons résultats sont parfois exclus par les autres. Il y a une recherche de reconnaissance des adultes ».
« Au collège, la compétition prend le pas sur la coopération. Les enseignants sont évalué sur la réussite de leurs élèves, alors ça ajoute une pression ».
« En formation professionnelle, j’ai vu des jeunes mauvais à l’école se surpasser dans la recherche de l’excellence et j’en ai vu être complètement brisés par cette compétition et cette pression ».
« Dans la communauté africaine, certains ont des choses à prouver. Ils cherchent à gagner toujours plus et acceptent des emplois illégaux. Ils disent que ceux qui ne font pas comme eux sont de feignants ».
« Avec la discrimination, les migrants doivent sans cesse faire la preuve de leur efficacité par rapport aux autres ».
« Dans les petites boites du privé, certains employeurs ne respectent pas la loi volontairement car ils savent que les salariés ne les mettront pas au tribunal par peur du retour de bâton ».

Ils ont partagé ce sentiment qu’un fossé se creuse dans notre société. D’un coté une population aisée, ayant les ressources financières, sociales et culturelles pour accéder aux meilleurs places de l’emploi, du logement, de la reconnaissance politique et médiatique. De l’autre coté, une population aux moyens limités qui doivent se contenter des emplois subalternes, mal payés et précarisés. Ces derniers sont considérés comme jamais assez flexibles, assez formés, assez mobiles et toujours trop cher pour les médias et les dirigeants.

Avec le pape François, dénoncer l’hypocrisie du capitalisme

Notre foi nous poussent à vouloir comprendre pourquoi ces inégalités perdurent. Dans son discours à la rencontre mondiale des mouvements populaires le 28 octobre 2014, le Pape François rappelle que « Cela arrive quand au centre d’un système économique se trouve le Dieu argent et non l’homme, la personne humaine ».

pape ouvriers
Le Pape François à la rencontre des ouvriers dans une usine de Gènes

Lors d’une récente audience aux participants à la rencontre « Économie de Communion » du 5 février 2017, le pape dénonce l’hypocrisie de notre système économique qui fait semblant de prendre en compte et de vouloir soigner les difficultés sociales alors qu’il les engendre et refuse de se remettre en cause : « On ne le dira jamais assez, le capitalisme continue à produire les « mis à l’écart » qu’ensuite il voudrait soigner. Le principal problème éthique du capitalisme est la création des mis à l’écart pour ensuite chercher à les cacher ou les soigner pour qu’on ne les voit plus. Les avions polluent l’atmosphère, mais avec une petite partie de l’argent du billet on va planter des arbres pour compenser les dommages créés. Les sociétés de jeux de hasard financent des campagnes pour traiter les joueurs pathologiques qu’ils créent. Et le jour où les entreprises d’armement financeront des hôpitaux pour soigner les enfants mutilés par leurs bombes, le système aura atteint son apogée. C’est de l’hypocrisie ».

On pourrait apporter tant d’exemples : les entreprises bénéficiaires licencient mais cotisent pour financer une cellule de reclassement. Les banques font rêver les plus pauvres avec des crédits à la consommation hors de prix mais rappellent sur leurs prospectus que le crédit doit être responsable. Les politiciens refusent d’accueillir les réfugiés qui fuient la guerre mais organisent en grande pompe des cérémonies sur les droits de l’homme.

Quand la folie de l’argent-roi se déguise en raison

Cette relecture montre que notre système économique est devenue une implacable machine au service du dieu Argent. Une machine qui écrase tout ce qui petit, faible, solidaire et juste. Une machine devenue complètement folle. C’est ce partage de vie qui donna naissance à l’action symbolique « Grains de folie ».

Cette folie de l’argent-roi sait se cacher sous des oripeaux de sagesse et de raison. Ainsi les décisions inhumaines et injustes sont revêtues du sceau de la raison et de la logique économique. Délocaliser une entreprise bénéficiaire pour faire plus de profit ? C’est sage ! C’est le jeu économique ! Fermer les frontières au nez des réfugiés qui fuient la guerre ? C’est sage pour notre économie ! Supprimer des postes en crèche, dans les hôpitaux, dans les forces de l’ordre, dans les écoles ? C’est sage pour le budget de l’État !

De même les propositions basées sur les besoins des plus faibles sont vilipendées comme des aberrations. Avoir des classes avec peu d’élèves ? C’est une folie pour le budget de l’éducation nationale ! Embaucher une jeune sans expérience ? C’est un risque trop grand pour les entreprises ! Investir dans certains quartiers ? Faire confiance et donner les moyens à ceux qui veulent s’en sortir ? Ces gâcher des moyens en soutenant des fraudeurs et des feignants !

La folie de la fraternité pour répondre à la folie de l’argent

Mais « ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort » nous rappelle Saint Paul. Ainsi à la folie de l’argent-roi doit répondre la folie de la fraternité et de l’amour. Car pour chaque situation injuste vécue dans le monde ouvrier, les acteurs de la Mission Ouvrière peuvent répondre par une initiative de fraternité et de justice.

GdF - Mains grains
Un grain de folie lors de l’action symbolique du 23 septembre 2017 à Lille

Dans tout les lieux de vie, il y a des gens qui se battent pour que la dignité des personnes du monde ouvrier et des quartiers populaires soit respectés. Simple citoyen, militant, responsable associatif, syndical ou politique… Tous donnent de leur temps et du peu d’argent qu’ils ont pour créer du lien social, défendre les droits des travailleurs et des migrants, combattre le racisme et les discriminations, respecter la création…

Dans un monde où la rentabilité financière est devenue la mesure de toutes choses, ces personnes passent pour des fous. Des fous qui sont souvent habité par la douce folie de l’Évangile. Toutes ces folies méritent d’être misent en lumière car chaque initiative de solidarité, de fraternité, de gratuité sont autant de grains de sable qui viennent enrayé la machine de l’argent-roi… Ce sont des grains de folie.

Une action en sortie, en symbole et en fête

Dénoncer la folie de l’Argent-roi et mettre en lumière les initiatives de fraternité, la Mission Ouvrière et ses composantes le font depuis 60 ans. Alors comment faire du neuf ? L’exemple est venu de la JOC. Un mouvement que dès sa fondation a fait sortir ses militants en pleine rue pour donner la parole aux jeunes du milieu ouvrier au travers de grandes enquêtes. Une attitude en sortie que le pape François a voulu étendre à toute l’Église dans l’exhortation apostolique La joie de l’Évangile : « L’Église “en sortie” est la communauté des disciples missionnaires qui prennent l’initiative, qui s’impliquent, qui accompagnent, qui fructifient et qui fêtent. »

GdF - Accrochage collectif

Le conseil diocésaine de la Mission Ouvrière sous la présidence de Mgr Ulrich, archevêque de Lille, a donc fait le choix de faire un anniversaire « en sortie » sur une place publique de Lille. Une initiative participative et une initiative symbolique avec trois objectifs :
– Dans le suite de la rencontre national de la Mission Ouvrière et du synode provincial, sortir de notre confort, de ce qu’on sait faire, pour aller vers.
– Mettre en lumière les « folies » de ceux qui croient dans la dignité des gens simples dans la rue et les médias.
– Vivre un temps de fête qui marque l’esprit des participants et leur donne de la force.

A l’image du Christ qui s’exprimait en parabole pour être compris de tous, la Mission Ouvrière a fait le choix d’un événement qui portera son message par des symboles et non par des discours ou des textes. Un événement dont le message pourra être compris de tous et auquel tout le monde pourra participer, les militants comme les passants.

Enfin un événement qui est une vraie fête avec un grand gâteau d’anniversaire, un verre de l’amitié, de la musique et de la convivialité. Parce que chaque moment de joie est un don de Dieu et un témoignage de son amour infini pour l’humanité.

GdF - Gateau

Aux origines de l’action symbolique « Grains de folie » qui a eu lieu samedi 23 septembre 2017 en plein cœur de Lille, il y a donc bien plus qu’on peut le croire.

 

Les médias parlent de l’action symbolique « Grains de folie »

Le samedi 23 septembre 2017, la Mission Ouvrière du diocèse de Lille a créé l’événement en fêtant ses 60 ans au travers d’une action symbolique en plein cœur de Lille :  » Grains de folie « . Un événement festif dont la presse s’est fait l’écho.

Avant l’action symbolique, Croix du Nord a annoncé l’initiative dans un article daté du 22 septembre 2017. La Voix du Nord a également annoncé l’événement dans son édition lilloise du 23 septembre 2017.

Le jour de l’événement Croix du Nord a réalisé un bel article intitulé « Lille : les 60 ans de la Mission Ouvrière » avec des témoignages et de belles photos.

La Voix du Nord a également partagé les temps forts de cet événement dans son article « Des grains de folie pour bloquer l’engrenage de l’égoïsme ».

Enfin, l’événement a été filmé par une équipe de télévision réalisant un grand documentaire sur les catholiques en France pour une grande chaîne de télévision nationale.

GdF - Médias
Equipe de film documentaire lors de l’événement « Grains de folie »

 

« Grains de folie » une action symbolique de la Mission Ouvrière dans le diocèse de Lille

Samedi 23 septembre 2017 aurait pu être un samedi ensoleillé comme les autres dans les rues commerçantes de Lille. Mais ce ne fut pas le cas. Sur une place à proximité de la gare Lille Flandres, le regard des badauds est attiré par une grande construction artistique faite d’engrenages géants. Autour de ses engrenages, les passants s’agglutinaient demandant autour d’eux ce qui se passe. L’un d’entre eux répond  » C’est l’anniversaire des 60 ans de la Mission Ouvrière. On fait une action symbolique pour dénoncer les injustices dans le monde ouvrier et pour montrer tout ce qui se passe de bien, de solidaire, de fraternelle dans nos quartiers… « 

GdF - Participants 2
Les gens se pressent autour de l’action symbolique

Fêter un anniversaire par une action symbolique en pleine rue ! Une première pour la Mission Ouvrière, cette institution créée en 1957 par l’Église catholique pour coordonner ses activités dans le monde ouvrier et les quartiers populaires. Les acteurs de l’action catholique des enfants (ACE), de la jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), de l’action catholique ouvrière (ACO) et des autres composantes de la mission ouvrière du diocèse de Lille ont fait le choix de vivre un anniversaire en sortie, directement à la rencontre des personnes avec la volonté de porter un message fort au passants :

« Ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort ; ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est. »

Ces paroles écrites par Saint-Paul aux chrétiens de Corinthe, il y a près de 2000 ans apparaissent bien à contre-courant de notre société de plus en plus transformée en une implacable machine à fric au service des plus riches qui ont réussi, souvent en écrasant leurs prochains. Une machine dont les engrenages broient les personnes du milieu ouvrier et des quartiers populaires, laissés au bord de la route dans le monde du travail, à l’école, dans la vie sociale et culturelle…

GdF - Ouverture à trois
Lancement de l’action symbolique par Maïana, Stéphane et Sophie

C’est autour de cette machine que sont réunis les passants et des acteurs de la Mission Ouvrière venus de tout le diocèse de Lille. Ces derniers portent dans leurs mains des petites boules de polystyrène sur lesquels sont écrit des messages.  » Qu’est ce qu’il y a d’écrit sur vos boules de polystyrène ? «  interpelle un passant curieux.  » Ce ne sont pas des boules ! Ce sont des grains de folie «  répond une jeune militante de l’ACO.  » On y a écrit des initiatives de fraternité et de solidarité que nous avons vécu dans nos quartiers, nos lieux de vie ou de travail « . Interpellé, le passant demande  » Et vous allez en faire quoi ? « .  » On va les utiliser pour bloquer la machine ! « 

GdF - Accrochage collectif
Chacun accroche son grain de folie !

A peine a-t-elle finit que Stéphane Haar, le délégué diocésain à la Mission Ouvrière, prend la parole au micro pour inviter tous les passants à remplir leur grain de folie. Quelques minutes plus tard, il réapparaît en compagnie de Maïana de l’ACE de Wattrelos et Sophie de la JOC de Lille pour lancer l’action symbolique. Sous les applaudissements, ils reprennent le texte de Saint-Paul et osent dire  » Nos grains de folie témoignent que nous sommes fous… fous de nous opposer à l’argent qui rend fou au point de fouler aux pieds des vies humaine « .

Puis, Jean-Marc et Michèle, tout deux membre du bureau diocésain de la Mission Ouvrière proposent aux personnes présentes de partager leurs grains de folie et de les coincer dans les engrenages pour stopper cette machine qui détruit tout ce qu’il y a de beau et de gratuit en ce monde.

De Dunkerque, d’Hazebrouck, de Merville, d’Armentières, des agglomérations de Lille, de Roubaix et de Tourcoing, ils sont venus avec plus d’un millier de grain de folie. C’est-à-dire un millier de témoignages d’actions de fraternité et de solidarité vécues localement. Chacun prend la parole et partage un grain de folie : création de convivialité dans le quartier, solidarité avec les migrants, entraide dans la recherche d’emploi, lutte syndicale pour la dignité au travail, initiative pour donner la parole aux enfants… dans tous les domaines de la vie, des grains de folie sont à l’œuvre !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au bout de quelques minutes, les engrenages sont intégralement recouvert de centaines de grains de folie qui les empêchent de tourner. C’est alors que Mgr Ulrich, archevêque de Lille, prend la parole pour partager son grain de folie et apporter son regard sur toute cette vie fraternelle :  » Vos grains de folie, ils ne font pas que bloquer les rouages de l’injustice. Ils construisent le royaume de Dieu. Derrière chacun de ses grains, il y a Dieu qui est à l’œuvre « .

Enfin le délégué diocésain conclut l’initiative en invitant chacun à participer aux fêtes de noël en Mission Ouvrière qui auront lieu en décembre et en janvier un peu partout dans le diocèse.

GdF - Mgr Ulrich
Mgr Ulrich

Alors, heureux d’avoir porté un message entendu par des centaines de personnes et vu par des dizaines de miliers d’autres par le biais des journalistes présents (Voix du Nord, Croix du Nord et France 5), les acteurs de la mission ouvrière font apparaître le gâteau d’anniversaire géant et soufflent les bougies de leur 60 ans en partageant le verre de l’amitié.

« À la mission ouvrière, nous sommes issus des quartiers populaires. On est des gens simples et on sait que les symboles et les images parlent souvent bien mieux que les longs discours… Cette action symbolique c’est un peu comme une parabole du Christ «  conclut un des participants un verre de mousseux à la main et un large sourire sur les lèvres.

GdF - Gateau

 

Une révision de vie « Grains de folie » proposée par une équipe ACO de Lille

Une équipe d’Action Catholique Ouvrière de jeunes travailleurs de l’agglomération lilloise, a récemment vécu une révision de vie en utilisant les « grains de folie ». Une belle expérience qu’ils ont souhaité partager avec tous ceux qui souhaitent vivre cette démarche.

Les grains de folie, ce sont ces boules de polystyrène sur lesquelles la Mission Ouvrière invite chaque personne du milieu ouvrier et des quartiers populaires a écrire une initiative, un engagement ou un geste solidaire et fraternel pour mettre en lumière les belles choses qui se vivent dans le monde ouvrier. Ces grains de folie seront réunis le samedi 23 septembre à 15h00 lors d’un grand événement festif des 60 ans de la Mission Ouvrière dans les rues de Lille.

FullSizeRender 23

Pour préparer cet événement, l’équipe ACO de Marie, Alexandre, Émilie et Lionel a créée une révision de vie qui peut être vécue par toute équipe ACO, JOC, GREPO, de responsables ACE ou tout autre groupe en quartier populaire. Alors n’hésitez pas à vous en saisir et à vivre cette belle démarche qui est au cœur de le Mission Ouvrière.

Téléchargez la révision de vie : RDV Grains de folie
Téléchargez l’invitation pour l’événement « Grains de folie » : Grains de folie – Invitation à participer

Parrainage de jeunes du diocèse de Lille au rassemblement national de la JOC : Merci !

Le 15 avril 2017, plus d’une centaine de jeunes des quartiers populaires du diocèse de Lille ont participé au rassemblement national de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne. Ils sont rejoint les milliers de jeunes de toute la France réunis pour faire entendre leur voix et défendre le travail digne.

Pour les soutenir et encourager un maximum d’adultes du réseau a inviter des jeunes, la Mission Ouvrière du diocèse de Lille a lancé un dispositif de parrainage. Le principe en était simple : un adulte ou groupe d’adulte invite un jeune au rassemblement et lui permet ainsi de vivre une journée marquante de fête, d’action et de foi.

rn-joc

Une cinquantaine de parrains et marraines ont répondu à l’appel de la Mission Ouvrière et de la JOC ! Grâce à eux, 21 jeunes ont été invités et ont ainsi pu découvrir la JOC. Le dispositif a également permit de récolter 2225€ qui ont permit de payer les billets des jeunes parrainés mais aussi des jeunes en difficultés financières.

Pour remercier leurs parrains et marraines, ainsi que tous ceux sans qui le rassemblement national n’aurait pas été possible, Charli, Marine, Mélissa et Renato, jocistes de Lille ont rédigé une lettre de remerciement :

Lettre à l’attention de celles et ceux sans lesquels la JOC de Lille ne serait pas présente au rassemblement national du 15 avril 2017.

MERCI

« Le rassemblement a permis de valoriser chaque action faite au niveau régional (enquêtes, actions de communications). Toutes ces actions ont rendu nos efforts concrets. »
« Ambiance générale – forte – punch… beaucoup de bons visages, bien ouverts, joyeux, ça donne envie « d’y aller », de faire, de partager, de passer à l’action. »
« J’ai fait, pour ma part, beaucoup de rencontres, quelques jocistes, des personnes rencontrées en ACO, d’autres régions ».

Ces propos, ressentis, et témoignages qui traduisent chez les jeunes, les jeunes militants de la fédération de Lille, le bonheur d’avoir été présent.es au rassemblement national, n’auraient pu émaner d’eux sans vous. Vous qui, n’avez ménagé aucun efforts pour répondre présent.es à nos sollicitations. Vous qui, attentifs et attentives à nos multiples démarches, avez, sans l’ombre d’une hésitation, toujours été disponibles pour nous prodiguer des conseils, nous orienter et nous accompagner en étant constamment habité.es par le souci de nous donner l’impulsion nécessaire qui nous permettrait à terme de voler de nos propres ailes. Parce que c’est cela la JOC. Cet esprit de famille qui nous distingue de tant d’autres associations et qui se manifeste par ce considérable élan de solidarité qui part de l’ACE jusqu’à l’ACO en passant par la JOC. La réussite du rassemblement national en est la parfaite illustration.
Près de 10 000 jeunes qui se sont réunis au Paris évents center pour clamer haut et fort leur existence, leurs joies et leurs peines ainsi que leur insatiable envie d’améliorer leurs conditions de vie notamment dans le domaine du travail. S’il est vrai que cet événement à confirmer notre appartenance à une cause, celle des opprimé.es, il entérine surtout l’idée qu’on appartient à une famille. Une famille extrêmement élargie, dans laquelle on retrouve toutes celles et tous ceux qui, membre de la Mission Ouvrière, de L’ACO, de la JOC, de l’ACE, du Secours Catholique, sans oublier les bénévoles, ami.es et connaissances ont œuvré pour que les jeunes du monde ouvrier, des quartiers populaires puissent faire du mot « dignité » la base de toutes formes d’épanouissements. Pour ce geste, cette attention, et cet accompagnement, un seul mot : MERCI

La Mission Ouvrière du diocèse de Lille s’est fortement impliqué dans cette démarche de soutien en assurant l’impression et la diffusion des bulletins de parrainage, le traitement des réponses ainsi que la logistique bancaire… Des heures de travail au service des jeunes travailleurs. Merci donc aux parrains et marraines mais aussi à tous les acteurs de la Mission Ouvrière qui ont diffusé et soutenu la démarche de parrainage.

La Mission Ouvrière va poursuivre sa politique ambitieuse de soutien aux initiatives des composantes dès la rentrée en produisant et en diffusant massivement des invitations-Kapla pour la fête diocésaine des 80 ans de l’ACE !

Apportez votre grain de folie à la fête des 60 ans de la Mission Ouvrière du diocèse de Lille

LSHfGrains de Folie Logo color

‘Les 60 ans de la Mission Ouvrière ne vont pas passer inakperçu dans le diocèse de Lille ! Les responsable de ce service d’Église qui réunit les principaux acteurs de l’annonce engendré de la Bonne Nouvelle dans le fekmonde ouvrier et les quartiers populaires eont décidé d’organiser un anniversaire fou et festif en 3 étapes !

Des centaines de grains de folie c’est pour que chacun participe

Dès maintenant, plusieurs centaines de « grains de folie » ont été distribués dans tout le diocèse. Les grains de folie sont des boules de polystyrène sur lesquelles chacun est invité à écrire une folie, c’est à dire une initiative ou un engagement militant, de solidarité, de fraternité. Que ce soit en Mission Ouvrière (ACE, JOC, ACO, GREPO, groupes en quartier populaire…) ou aussi dans d’autres engagements (rencontres, associations, syndicats…).

balles poly main

Dans un monde dominé par l’Argent-roi et la compétition, il faut être un peu fou pour se mettre au service des enfants, des jeunes, des précaires, des migrants… Saint Paul nous rappelle dans sa lettre aux corinthiens (1,27) que « Ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages ». Nous croyons donc que chacun de ces grains de folie est un morceau d’Évangile qui vient gripper les rouages des exclusions et des injustices sociales.

Chacun peut remplir son grain de folie. Ils sont disponibles auprès de coordinateurs de Mission Ouvrière avec le mode d’emploi suivant : Grains de folie – Invitation à participer

Le 23 septembre 2017 à Lille : l’événement festif « Grains de folie »

Lors de cet événement festif, chacun est invité à venir avec son grain de folie (ou à le remplir sur place). Ce seront donc des centaines de grains de folie qui seront réunit pour participer à une construction artistique géante ! Son objectifs montrer au monde tout ce qui se vit de rebelle et de fraternel dans le monde ouvrier et les quartiers populaires !

planAS

Rendez-vous le samedi 23 septembre 2017 à 15h00 sur le parvis de l’église Saint Maurice de Lille (près de la gare Lille Flandres) en présence de Mgr Ulrich et des partenaires de la Mission Ouvrière.

Et après ? Les fêtes de Noël !

En décembre 2017, les grains de folie serviront de boules de noël pour décorer les sapins lors de fêtes de noël en Mission Ouvrière. Chacun est donc invité à continuer de remplir des grains de folie et à participer aux temps forts de la rentrée comme la fête d’anniversaire de l’ACE (le 11 novembre) et le colloque sur la fondation de la JOC à Lille (le 18 novembre).