Journée mondiale de lutte pour les droits des femmes : les travailleuses chrétiennes prennent la parole !

Le 8 mars est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Créée sur proposition de la militante socialiste américaine Clara Zetkin en août 1910 la première « Journée internationale des femmes » revendiquait le droit de vote des femmes, le droit au travail et la fin des discriminations au travail.

MMTC8mars

Un combat toujours d’actualité quand ont sait qu’à travail égal une femme continue d’être payé 25% de moins qu’un homme. Face à ces situation, le Mouvement Mondiale des Travailleurs Chrétiens prend la parole :

Déclaration du Mouvement Mondial des Travailleurs Chrétiens à l’occasion du 8 mars, journée mondiale de lutte pour les droits des femmes

Ce n’est qu’en 1977 que les Nations unies officialisent la journée, invitant tous les pays de la planète à célébrer une journée pour les droits des femmes. La « Journée internationale pour les droits des femmes » fait partie des 87 journées internationales reconnues ou initiées par l’ONU. C’est une journée de manifestations à travers le monde : l’occasion de revendiquer l’égalité et de faire un bilan sur la situation des femmes dans la société. Traditionnellement les groupes et associations de femmes militantes préparent des manifestations partout dans le monde, pour faire aboutir leurs revendications, améliorer la condition féminine, fêter les victoires et les avancées.

Au XXIème siècle, dans une monde pluraliste, les diverses sociétés de la planète terre mettent ensemble ce qui est traditionnel et non traditionnel. Le capitalisme considère la société comme un même ensemble. Avec tout cela, le mal du siècle, c’est la solitude, l’individualisme. Les nouvelles technologies ne prennent pas en compte la vie quotidienne des êtres humains. Si la femme continue d’être encore traité comme un objet, qu’est-ce que la civilisation ?

La femme dans nos différentes sociétés a une place originale et elle ne doit pas être considérée comme un homme. Elle doit être respectée dans sa différence politique, sociale, économique. A travers l’histoire du monde, des femmes de tout âge ont pris leur place et aujourd’hui, nous oublions les progrès accomplis, le machisme restant élevé. Pourtant des prises de conscience ont eu lieu et les femmes ont fait leur preuve dans des engagements politiques malgré beaucoup de difficultés. Le respect des droits de chacun, chacune ne devrait-il pas être naturel et possible pour chaque être humain !

Le fait d’être des êtres humains à part entière ne devrait-il pas permettre d’avoir les mêmes droits ?
« Travailleurs du monde, unissez-vous » a déclaré Karl Marx conscient que les femmes et les enfants étaient déjà dans l’histoire des travailleurs, l’agriculture, les travaux ménagers etc. contribuant aussi à la vie des familles et à la vie économique de leurs sociétés. Alors pourquoi l’inégalité des salaires et bien d’autres choses encore ? Pourquoi une telle insistance sur la soumission des femmes à un travail semblable à celui des hommes sans un même salaire ? Tous les êtres humains sont des travailleurs quel que soit leur travail manuel ou intellectuel.

Les luttes pour une meilleure place, jusqu’à présent refusée, a sa raison d’être depuis le début de l’histoire jusqu’à aujourd’hui. La femme n’est pas une chose mais un être à part entière. Et comme toute personne, elle devrait pouvoir exister dans la dimension politique, sociale et culturelle dans sa singularité et non pas considérée seulement pour son utilité. La femme sait concilier travail, maison, émotion. Malgré tous ces acquis, pourquoi doit-elle se battre pour être seulement une femme ?

Il y a encore beaucoup de chemin à faire. Il faut sortir de l’indifférence, arriver à une prise conscience de la place à prendre dans les mouvements politiques cherchant le bien commun et la meilleure manière de s’en sortir. Les luttes sociales, politiques, économiques doivent continuer à appeler à l’autonomisation des femmes elles-mêmes, Elles doivent permettre aux femmes de relever la tête et de s’engager dans la lutte. Dans une histoire dynamique, ce monde doit être construit par des hommes et des femmes qui ne baissent pas les bras et participent activement à un plus grand respect de la dignité humaine.

Dans notre mission de mouvement de travailleurs chrétiens, nous devons nous rappeler le discours du pape François dans une messe célébrée dans la chapelle Sainte Marthe à Rome. Dans un discours courageux prônant l’égalité entre les hommes et les femmes, il dit que la femme n’existe pas seulement pour les tâches ménagères. Le pape François a rappelé que le destin de l’homme et de la femme est d’être une seule chair, prenant clairement parti pour la défense de l’égalité entre les sexes. Après une longue conversation, le pape François a conclu que la place de la femme est de créer l’harmonie et sans femme il n’y a pas d’harmonie dans le monde.
Nous restons fermes dans notre mission comme mouvement de formation et de l’Église, avec les travailleuses engagées à chaque instant dans la lutte pour la justice.

MOUVEMENT MONDIAL DES TRAVAILLEURS CHRÉTIENS – MMTC

Retrouvez cette déclaration et toutes les infos du MTCE sur leur site web

Publicités

La JOC de France dans l’Osservatore Romano, le journal du Saint Siège !

La JOC de France a fait grand bruit avec la publication, la semaine dernière, de son enquête sur le travail digne des jeunes. Reprise par de nombreux journaux nationaux dont La Croix et l’Humanité, cette enquête donne la parole aux jeunes du milieu ouvrier et des quartiers populaires. Cette parole a trouvé un écho jusque dans les pages de l’Osservatore Romano, le journal quotidien officiel du Saint Siège à Rome.

logo2-big
Dans son édition italienne du 1er février 2017, dans un article d’un quart de page intitulé « Alla ricera di un lavoro dignitoso », le quotidien du Vatican reprend les résultats de l’enquête et les mots de Rina, la présidente nationale de la JOC de France. Des mots que le Pape François aura pu lire en prenant son petit déjeuner…

Une belle reconnaissance et une belle visibilité à l’internationale pour le mouvement des jeunes par les jeunes et pour les jeunes.

img_5855

Le Pape François aux mouvements populaires : Face au terrorisme de l’argent, rétablissez la démocratie !

Le pape François a clôturé la 3ème rencontre mondiale des mouvements populaires qui a réunit du 2 au 5 novembre des acteurs du milieu ouvrier et des quartiers populaires du monde entier. Plus de 200 participants de 65 pays ont travaillé, échangé et débattu durant quatre jours lors de cette sorte de grande Mission Ouvrière mondiale. Parmi eux des membres de la Mission Ouvrière française dont Xavier Pottiez, membre de l’ACO de Lille. Après avoir écouté la parole des participants et le vie des milieux populaires, le pape a prit la parole.

pape-movpop

La terreur et les murs

Après avoir remercié les participants à cette 3ème rencontre mondiale pour la qualité de leurs échanges mais surtout pour le travail concret qu’il mènent sur le terrain, le pape n’a pas mâché ses mots contre le capitalisme mondialisé en qualifiant le pouvoir de l’argent de « terrorisme ».

Qui gouverne alors? L’argent. Comment gouverner? Avec le fouet de la peur, l’ inégalité, la violence économique, sociale, culturelle et militaire qui génère toujours plus de violence dans une spirale descendante qui semble ne jamais finir. Combien de douleur et combien la peur ! Il y a un terrorisme de base qui vient du contrôle global par l’argent de la terre et qui menace l’ humanité tout entière.

Ce terrorisme de l’argent domine par la peur et pousse les Hommes à avoir peur les uns des autres.

Les citoyens qui conservent encore certains droits sont tentés par la fausse sécurité des murs physique ou sociaux. Les murs qui entourent certains autres exilés. Les citoyens emmurées, terrifiés, d’une part; et des exclus, des exilés, encore plus terrifié, de l’autre. Est ce la vie que Dieu notre Père veut pour ses enfants ?

Mais le Pape ne désespère pas : « Tous les murs tombent. Ne nous laissons pas duper » rappelle-t-il. Avant d’exhorter la foule « affrontons cette terreur avec l’amour ».

Amours et ponts

Le pape François illustre le travail quotidien des mouvements populaires comme les composantes de la Mission Ouvrière par la guérison par Jésus d’un malade à la main atrophiée.

Jésus a guéri la main d’un homme atrophié. La main, ce signe si fort de l’ouvrier, du travailleur. Jésus a rétabli la capacité d’un homme à travailler et lui, ainsi lui a rendu sa dignité. Combien de mains atrophié, combien de personnes privées de la dignité du travail ?

Il affirme que ces actions des mouvements populaires, bien que très concrets, ne sont pas que de initiatives isolés mais participent à un projet de société en lutte contre l’idéologie néfaste de l’argent. Il y a « un projet-pont du peuple face au projet-mur de l’argent. Un projet qui vise à un développement humain intégral ». Une lutte difficile car «  ce monde ne tolère pas le développement humain dans son ensemble, le développement qui ne se réduit pas à la consommation, qui ne se réduit pas au bien-être de quelques-uns, qui comprend toutes les nations et les personnes dans leur plénitude de leur dignité, jouissant fraternellement des merveilles de la création ».

1
Les participants à la rencontre mondiale

Banqueroute et salut

Face aux drames des milliers de migrants qui se noient dans la méditerranée où qui s’entassent dans les îles de Lampédusa et de Lesbos le pape s’interroge :

« Qu’arrive-t-il au monde d’aujourd’hui où, quand une banque fait faillite, des sommes scandaleuses apparaissent immédiatement pour la sauver alors que quand c’est l’humanité qui fait faillite, il n’y a pas une once de ces sommes pour sauver les frères qui souffrent tant ? Ainsi , la Méditerranée est devenue un cimetière, et pas seulement la Méditerranée … de nombreux cimetières auprès des murs, des murs tachés d’un sang innocent ».

Le pape lance un appel « Je vous demande de faire tout votre possible; de ne jamais oublier que Jésus, Marie et Joseph ont connu le sort des réfugiés » avant de demander aux mouvements populaires et à tous les chrétiens de ne pas avoir peur de se mêler des grandes discutions politiques.

Enfin le Pape invite les mouvements populaires a se méfier de deux risques qui les guettent : le risque de se faire utiliser et le risque de se laisser corrompre.

Le Pape dénonce le risque pour les mouvements populaires d’être utiliser par le pouvoir de l’argent pour effectuer la gestion des questions sociales sans remettre en cause le système. « Tant que vous faites partie de leur « politique sociale », tant que vous ne mettez pas en cause la politique économique ou politique avec un P majuscule, on vous tolérera. C’est cette idée des politiques sociales conçue comme une politique envers les pauvres, mais jamais avec les pauvres, et non des pauvres ».

Avant d’insister « Vous, les organisations des exclus, vous êtes appelés à revitaliser, à rétablir les démocraties qui traversent une véritable crise. Ne vous laissez pas réduire à des acteurs secondaires ou, pire encore, à de simples administrateurs de la misère existante ».

La pape conclut son intervention en demandant aux responsables des mouvements populaires d’être des exemples de humilité, de frugalité et de vertus loin des tentations de la vie mondaine et des richesses de ce monde.

Une fois encore les paroles du pape détonnent par leur radicalité évangélique et leur attachement aux réalités concrètes des plus humbles. Des paroles qui font du bien et qui motivent pour agir au quotidien.

2

Vous pouvez retrouvez les travaux de la 3ème rencontre des mouvements populaires sur le site internet de la rencontre (en espagnol). Le discours du pape à été traduit de l’italien par nos soins. Vous pouvez retrouver ce discours en italien sur le site du Saint Siège.

Une nordiste représente l’ACO à l’assemblée du Mouvement des Travailleurs Chrétiens d’Europe

seminario-eza-3

Le Mouvement des Travailleurs Chrétiens d’Europe (MTCE) organise un grand séminaire international et son assemblée générale du 27 au 30 octobre 2016 au Centre international Teresiano-Sanjuanista d’Ávila en Espagne.

ma-vanackereL’ACO y sera représentée entre autre par Marie-Agnès Vanackère, militante de l’ACO de Lille et membre du conseil national du mouvement. Le MTCE réunit et coordonne tous les mouvements d’action catholique ouvrière pour adultes et de pastorale en milieu ouvrier d’Europe.

Le séminaire intitulé « Les changements dans le monde du travail, causes et conséquences de ces changements pour la vie des travailleurs et de leur famille » se déroulera selon les 3 étapes de la pédagogie de révision de vie : Voir-Juger-Agir.

Après une relecture issue de toute l’Europe, les participants se pencheront sur le rapport de Cáritas Europe sur la pauvreté en Europe en companie de Pedro Fuentes, sociologue et de Thomas Wallimann, chercheur en sciences sociales qui nous proposera des perspectives pour le monde du travail d’aujourd’hui dans le cadre de la Doctrine sociale de l’Église. Enfin le séminaire se penchera sur les défis que posent le monde du travail et son évolution actuelle à l’Eglise et à la société.

Le séminaire sera suivi de l’Assemblée du MTCE qui travaillera à la préparation de l’Assemblée Générale du Mouvement Mondial des Travailleurs Chrétiens, MMTC, qui se tiendra en juillet prochain également dans la ville d’Avila et qui rassemblera des représentants des mouvements de travailleurs chrétiens du monde entier.

Bon travail à eux !