Actions de terrain, rencontres d’élus… : La JOC agit pour l’accès de tous les jeunes à un travail digne dans la métropole européenne de Lille

Depuis septembre 2016, la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) mène la campagne « Dignes et travailleurs » pour l’accès des jeunes du milieu ouvrier et des quartiers populaires à un emploi digne.

« Ils détruisent notre amour du travail bien fait »

L’an dernier, les quatre fédérations JOC du diocèse de Lille, se sont fortement mobilisées. Les jocistes ont fait remplir plusieurs centaines d’enquêtes aux jeunes des quartiers populaires de Lille, Roubaix-Tourcoing, Hazebrouck et Dunkerque. Ces enquêtes ont révélées que bien loin du fantasme d’une génération Y ultra-mobile, ce qui fait la dignité d’un emploi c’est avant tout sa stabilité. Une stabilité qui seule permet de construire et de mener des projets : fonder une famille, s’installer sur un territoire, s’engager au service de tous… La précarité, les CDD à répétition, les formations sans débouchées et surtout les fausses promesses des employeurs ont fini par ancrer dans la conviction que le travail ne paie plus et qu’il ne sert à rien se donner le meilleur de soi au boulot.

JOCRTVDL

Des dizaines de tables rondes et 40 doléances

Mais le mouvement des jeunes du monde ouvrier et des quartiers populaires refuse de voir l’avarice de certains employeurs, la mise en compétition des travailleurs et les mauvaises politiques publique de l’emploi détruire chaque jour un peu plus l’amour du travail et le goût de l’effort qui est si fort chez les jeunes du monde ouvrier. C’est pourquoi ils ont organisé des dizaines de tables rondes et de ciné-débats pour permettre aux jeunes de réagir et de porter des propositions au rassemblement national de la JOC qui a eu lieu le 15 avril 2017 à Paris. Quarante doléances rédigées par 10.000 jeunes venus de tous les quartiers populaires de France ont été votées.

Actions de terrain, ciné-débat, rencontres d’élus

Maintenant il s’agit de les faire vivre et de les mettre en oeuvre. Pour cela différents moments forts ont eu lieu et vont avoir lieu dans la métropole lilloise :

Le 6 décembre 2017, la JOC de Lille et la Mission Locale de Lille ont proposés aux jeunes privés d’emploi accompagnés par la Mission Locale de devenir acteurs de leur vie mais aussi de la société en co-construisant des initiatives locales. Une vingtaine de jeunes ont répondu à l’appel. Après une rapide présentation des doléances, chaque petit groupe a choisi celle qu’il veut mettre en œuvre. De nombreuses propositions concrètes ont été imaginées et seront portées par les jeunes.

IMG_7768
Initiative de la JOC et de la Mission Locale de Lille

A Roubaix, les jocistes ont démarré l’année avec une grande révision de vie collective autour des doléances. Le 26 novembre 2017, ils ont vécu une récollection pour donner du sens à leur engagement. Enfin, en janvier, les responsables de la fédération ont commencé à rencontrer les élus locaux. Ainsi, Aurélia, responsable d’une équipe de Roubaix, à rencontrée les deux adjointes au maire de Roubaix chargées de la vie associative et de la jeunesse Marie Agnès Leman et Ghislaine Wenderbecq pour leur présenter les initiatives de la JOC sur la ville et les doléances.

26230352_2036404389980729_8186295847586181844_n
Aurélia, 19 ans, responsable d’équipe JOC, avec les adjointes au maire de Roubaix

La route ne s’arrête pas là puisque les 27 et 28 janvier 2018 à Merville, des jocistes de toute la régions se retrouveront pour construire de nouvelles actions lors d’un grand temps fort militant !

photo vidéo tfm

 

Publicités
Catégories JOC

Samedi 3 février : tous au bal folk pour soutenir la JOC dans le diocèse de Lille !

La JOC du diocèse de Lille c’est 4 fédérations, des dizaines d’équipes et des centaines de jeunes engagés qui s’engagent pour devenir acteurs de leur vie, de la société, du mouvement ouvrier et de l’Eglise ! C’est aussi un collectif d’amis et d’anciens du mouvement qui organisent chaque année un événement pour soutenir les jocistes et leur donner les moyens d’aller toujours plus loin dans leurs projets !

Cette année, vous êtes tous invités à venir dîner, danser et faire la fête le samedi 3 février 2018 à partir de 19h00 au centre culturel R. Delefosse (avenue des arts) à Wattignies !

Au menu de la soirée une excellente carbonnade flamande cuisinée à l’ancienne et exclusivement avec des produits frais. Un régal qui vous sera servie avec des frites et des boissons régionales.

Le repas sera suivi d’un bal folk animé par le groupe « Erreur de casting » lors duquel, petits et grands, experts et débutants, pourront danser tous ensemble ou simplement faire la fête au son des violons, accordéons et percussions !

Une soirée ponctuée par l’actualité du mouvement, les projets des jeunes et les souvenirs des anciens ! Un moment inoubliable au prix dérisoire de 10€ le repas et 6€ le bal folk (tarif réduit pour les chômeurs, – de 12 ans, étudiants : 6€ le repas et 4€ le bal). L’intégralité des bénéfices sera reversé aux fédérations JOC du diocèse de Lille.

Une belle occasion pour resserrer les liens entre tous ceux qui partage cette même conviction « un jeune travailleur vaut plus que tout l’or du monde car il est fils de Dieu ».

Attention ! Réservation obligatoire ! Inscrivez vous dès maintenant auprès de :
– JOC de Wattignies : Thérèse Bartier – 06.13.86.65.66 – francis.bartier@hotmail.com
– JOC de Lille : Pascal Verbèke – 06.74.30.73.54 – pascal.verbeke@gmail.com

Téléchargez l’invitation à imprimer ici : Invite DEF Bal Folk 2018

Soyez nombreux à venir soutenir la JOC dans une ambiance de feu

photo video bal folk
Vidéo du bal folk 2017 des amis de la JOC (qualité de vidéo médiocre mais ambiance au top)

 

Catégories JOC

La JOC vue par… Paul Destailleur, grande figure du militantisme ouvrier de Roubaix

Une grande journée d’étude sur la fondation de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) a eu lieu le 18 novembre 2017 à l’Université de Lille 2 dans les locaux de la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales. Plus de 200 personnes étaient présente pour découvrir comment et pourquoi la JOC est née à Lille en 1926 et comment cette fondation a changer en profondeur l’Église catholique et le mouvement ouvrier français.

Chaque semaine, la Mission Ouvrière du diocèse de Lille vous fera découvrir le regard d’un intervenant ou d’un témoin de cette grande journée d’étude. Aujourd’hui, nous vous partageons les grandes lignes de l’intervention de Paul Destailleur, militant et permanent de la JOC (1962-1966), syndicaliste au cœur de la crise du textile à Roubaix, ancien élu municipal et fondateur du Groupe d’action des demandeurs d’emploi.

destailleur
Paul Destailleur débout pour témoigner de son expérience jociste

Pour Paul, la rencontre avec la JOC c’est celle de la revole :  » La JOC m’a fait rencontrer des jeunes travailleurs du textile dont les conditions de travail m’ont révolté « . Il fait alors un choix de vie fort en engagements  » Dessinateur industriel, j’ai fait le choix d’être embauché comme simple mécano pour vivre avec les plus petits, comme le Christ « .

Il rajoute  » Je suis marqué par cette foi chrétienne qui se vit en actes comme Jésus en son temps. Avec la JOC on a agi dans ce sens. On s’est battu pour la création du premier Foyer de Jeunes Travailleurs de Roubaix qui existe encore. A l’usine, on a porté les  revendications pour le droit à la formation des jeunes. On a obtenu la possibilité de pouvoir aller aux cours du soir « .

La semaine prochaine, découvrez les grandes lignes de l’intervention de Pierre Outteryck, historien spécialisé dans le mouvement social du Nord.

Retrouvez l’intégralité des interventions et des témoignages de la journée d’étude du 18 novembre 2017 dans les actes de la journée d’étude à paraître très bientôt.

La JOC vue par… Louis Dooghe, ancien jociste, grande figure de l’éducation populaire

Une grande journée d’étude sur la fondation de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) a eu lieu le 18 novembre 2017 à l’Université de Lille 2 dans les locaux de la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales. Plus de 200 personnes étaient présente pour découvrir comment et pourquoi la JOC est née à Lille en 1926 et comment cette fondation a changer en profondeur l’Église catholique et le mouvement ouvrier français.

Chaque semaine, la Mission Ouvrière du diocèse de Lille vous fera découvrir le regard d’un intervenant ou d’un témoin de cette grande journée d’étude. Aujourd’hui, nous vous partageons les grandes lignes de l’intervention de Louis Dooghe, ancien jociste,  permanent de la JOC (1950-1952) ;  ouvrier menuisier, éducateur ; fondateur du foyer de culture populaire de Marcq-en-Barœul (Nord, 1956), ancien président de l’Union des clubs de prévention du Nord (1963) et de la Fédération des foyers de culture populaire (1965). Une grande figure du monde de l’éducation populaire qui témoigne de son parcours en JOC.

dooghe
Louis Dooghe lors de la journée d’étude sur la fondation de la JOC à Lille

Louis Dooghe commence par partager aux participants son enfance dans le monde ouvrier avant de témoigner de ses premiers combats en JOC et à l’usine : « A l’usine, il y avait du bizutage auprès des mousses [les apprentis]. En tant que jociste, je ne pouvais pas laisser passer ça ! J’ai menacé mes collègues avec un marteau pour que ça cesse. Je l’ai lancer au travers de l’atelier et ça a cessé ».

Il poursuit en expliquant les luttes menées avec les jocistes et surtout la confiance qu’il a reçu d’un mouvement qui a su croire en lui : « La JOC m’a permit de vaincre ma timidité, de comprendre que j’avais des capacités. J’ai fondé le premier club de prévention du Nord et j’ai participé à la rédaction des textes fondateurs du métier ! Moi ! Le petit ouvrier ! ».

La semaine prochaine, découvrez les grandes lignes du témoignage de Paul Destailleur, ancien jociste des années 60, militant syndical et politique à Roubaix.

Retrouvez l’intégralité des interventions et des témoignages de la journée d’étude du 18 novembre 2017 dans les actes de la journée d’étude à paraître très bientôt.

La fondation de la JOC vue par… Bruno Duriez, sociologue au CNRS

Une grande journée d’étude sur la fondation de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) a eu lieu le 18 novembre 2017 à l’Université de Lille 2 dans les locaux de la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales. Plus de 200 personnes étaient présente pour découvrir comment et pourquoi la JOC est née à Lille en 1926 et comment cette fondation a changer en profondeur l’Eglise catholique et le mouvement ouvrier français.

Chaque semaine, la Mission Ouvrière du diocèse de Lille vous fera découvrir le regard d’un intervenant ou d’un témoin de cette grande journée d’étude. Aujourd’hui, nous vous partageons les grandes lignes de l’intervention de Bruno Duriez, directeur de recherche en science sociales au CNRS, sur les débuts foudroyants de la JOC dans l’agglomération lilloise.

duriez
Bruno Duriez lors de la journée d’étude sur la fondation de la JOC à Lille

L’intervention de Bruno Duriez débute par un premier scoop : « Joseph Cardijn, le fondateur de la JOC en Belgique, s’est personnellement impliqué dans le fondation de la JOC à Lille et à Roubaix. Il est venu sur place pour lancer le mouvement dès le début ».

Dans les années 20, la JOC va connaitre un succès foudroyant car elle répond à un besoin de l’Eglise qui ne sait pas comment s’adresser et surtout comment garder les jeunes du milieu ouvrier qui fréquentaient les paroisses. Il rappelle que les tentatives précédente à destination des jeunes du milieu ouvrier se sont avérées insuffisantes : « Dès les années 20, l’Association Catholique de la Jeunesse Française ont lancé des sections ouvrières, mais ceux-ci ne voulaient pas devenir les membres d’une structure dirigée par des étudiants ».

La JOC est donc créée et s’agrandie à grands pas dans l’agglomération lilloise grâce à trois facteurs :

  • la présence de jeunes ouvriers dans les patronages
  • la stratégie offensive de la JOC
  • le soutien de l’évêque de Lille

Mais ce développement ne se fait pas sans heurts puisque en effet « l’intégralisme  de la JOC [le fait que la JOC propose un projet de vie complet aux jeunes] fait peur aux associations et aux syndicats chrétiens qui craignent une trop grande autonomie du mouvement ». Pourtant, le mouvement reste profondément ancré dans l’Église orientant naturellement ses adhérents vers le syndicalisme chrétien et les engagements proches de l’Eglise.

La semaine prochaine, découvrez les grandes lignes du témoignage de Louis Dooghe, ancien jociste des années 50, créateur des premiers clubs de prévention et grande figure de l’éducation populaire.

Retrouvez l’intégralité des interventions et des témoignages de la journée d’étude du 18 novembre 2017 dans les actes de la journée d’étude à paraître très bientôt.

Emploi digne : la JOC et la Mission Locale de Lille proposent aux jeunes de passer à l’action

Il fait un temps déplorable ce 6 décembre 2017 sur l’agglomération lilloise. Mais ce n’est pas pour parler du climat de la capitale des Flandres qu’une vingtaine de jeunes privés d »emploi se sont réunit dans les locaux de la Mission Locale. C’est pour parler des nuages qui s’amoncellent sur leur avenir : chômage, mauvaise orientation, précarité, discriminations… Autant de difficultés dont chacun de ces jeunes peut témoigner et qui les prive d’un emploi digne.

IMG_7770

L’emploi digne : un droit garanti par la constitution de la République Française mais dont les responsables politiques ne font pas vraiment une priorité. C’est pourquoi la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) de l’agglomération lilloise et la Mission Locale de Lille ont invité un groupe de jeunes lillois en recherche d’emploi a passer à l’action lors une table ronde animé par les jocistes.

Après avoir découvert les résultats de l’enquête menée par la JOC sur l’emploi digne et le cahier de doléance réalisé à l’occasion du rassemblement national du 15 avril 2017, les jeunes participants ont pu choisir sur quelle doléance ils souhaitaient agir. Insertion, égalité hommes-femmes et orientation ont été les trois thèmes approfondis.

En petit groupe et pendant plus d’une heure, les jeunes ont débattu, discuté et formulé des pistes d’action concrètes. Des projets qu’ils mèneront dans les mois à venir avec le soutien de la JOC.

IMG_7768

 

Catégories JOC

La fondation de la JOC à Lille vue par… Jean-Marc Guislin, historien à l’université de Lille 3

Une grande journée d’étude sur la fondation de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) a eu lieu le 18 novembre 2017 à l’Université de Lille 2 dans les locaux de la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales. Plus de 200 personnes étaient présente pour découvrir comment et pourquoi la JOC est née à Lille en 1926 et comment cette fondation a changer en profondeur l’Eglise catholique et le mouvement ouvrier français.

Chaque semaine, la Mission Ouvrière du diocèse de Lille vous fera découvrir le regard d’un intervenant ou d’un témoin de cette grande journée d’étude. Aujourd’hui, Jean-Marc Guislin, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lille 3, apporte son regard sur le contexte politique, économique et social de la ville de Lille et en particulier du quartier de Moulins au moment de la création de la JOC en 1926.

FullSizeRender
Jean-Marc Guislin lors de la journée d’étude sur la fondation de la JOC à Lille

Lors de son intervention, Jean-Marc Guislin a commencé par rappeler qu’en 1926, le quartier ouvrier de Moulins à Lille était couvert de fabriques et d’usines qui ont beaucoup souffert de la première guerre mondiale. Les bombardements et les démantèlements ont beaucoup fait souffrir le tissu industriel lillois. Dans ce quartiers, les taudis ouvriers insalubres côtoyaient les châteaux des magnats de l’industrie lilloise.

Jean-Marc Guislin souligne d’autres contradictions : « Dans les années 1920, le salaire réel des ouvriers diminue sensiblement. Pourtant la conflictualité n’était pas forte dans les usines avec peu de mouvements de grèves ».

Lille Moulins est un quartier qui est vite devenu un vivier du catholicisme social autour de l’église Saint Vincent de Paul. Un catholicisme social qui se heurte violemment à l’anticléricalisme d’une partie des organisations ouvrière mais dont les acteurs ne sont que plus combatifs.

Ce sont ces acteurs qui seront les premiers à s’investir dans la fondation de la JOC à partir de 1926.

La semaine prochaine, découvrez les grandes lignes de l’intervention de Bruno Duriez, sociologue au CNRS, sur les premiers pas de la JOC à Lille.

Retrouvez l’intégralité des interventions et des témoignages de la journée d’étude du 18 novembre 2017 dans les actes de la journée d’étude à paraître très bientôt.

 

Journée d’étude sur la fondation de la JOC à Lille : des intervenants et des témoins exceptionnels !

La JOC : un pari fou, une histoire riche

La création de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne dans les années 1920 a profondément et durablement bouleversé l’Eglise catholique et le mouvement ouvrier dans le Nord. L’Eglise y a gagné une nouvelle jeunesse, un lien fort avec le monde ouvrier et une nouvelle manière d’évangéliser au cœur du monde qui aboutira au concile Vatican II. Le mouvement ouvrier y a gagné une école de formation pour des milliers de militants associatifs, syndicaux et politiques qui ont marqué son histoire.

Cette histoire folle qui se poursuit aujourd’hui à débuté en Belgique en 1925 et dans le diocèse de Lille un an plus tard quand la première section de JOC de France vit le jour à Lille-Moulins.

Une journée d’études exceptionnelle au service du présent !

Samedi 18 novembre 2017, des acteurs de la JOC et de la Mission Ouvrière organisent une grande journée d’étude à la faculté de droit et de science politique de Lille (1, place Déliot à Lille) sur le site d’une ancienne filature du quartier qui vit naître la JOC, il y a 90 ans.

Invitation Colloque JOC Lille Moulin

De 9h30 à 18h00, des chercheurs en sciences humaines reconnus apporteront leur regard sur la fondation de la JOC à Lille et son impact sur la société et l’Eglise. Des anciens jocistes âgés de 35 à 102 ans viendront témoigner de la manière dont la JOC les a formé et a profondément transformé leur vie. Des jocistes d’aujourd’hui partageront leur regard sur cette histoire riche dont ils sont les continuateurs.

Des chercheurs de premier plan

La journée d’étude du 18 novembre accueillera des scientifique d’une exceptionnelle qualité et diversité. L’équipe de préparation aura fourni un travail de titan pour réunir dans une même salle des chercheurs de premier plan en histoire et en socialogie :

Jean-Gabriel CONTAMIN, directeur du directeur du Centre d’Etudes et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales (CERAPS) de l’université de Lille 2 accueillera les participants et les intervenants.

Jean-Marc GUISLIN, professeur des universités en sciences historiques présentera le contexte politique, économique et social de la création de la section JOC de Lille-Moulins en 1926.

Bruno DURIEZ, Directeur de recherche émérite au CNRS et directeur du Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques de l’Université de Lille apportera son regard sur les débuts fulgurants de la JOC/F à Lille.

Pierre OUTTERYCK, professeur agrégé d’histoire et auteur de nombreux livres de références sur le mouvement ouvrier dans le Nord, interviendra sur le thème « des mouvements de jeunes face aux périls des années 30 ».

Christophe BELLON, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université catholique de Lille et chargé d’enseignement à Sciences Po Paris, parlera de « la place de la JOC dans la formation des « missionnaires du travail » à Lille 1932-1940″

Stefan GIGACZ, doctorant à l’University of Divinity de Melbourne (Australie), partagera son étude de deux théologiens lillois de la JOC/F : Palémon Glorieux et Pierre Tiberghien.  Palémon Glorieux fut aumonier JOC et recteur de l’institut catholique de Lille. Pierre Tiberghien fut professeur à l’Université catholique de Lille de 1908 à 1951.

Éric BELOUET, chercheur associé au Centre d’Histoire Sociale de Paris, nous présentera le parcours des permanentes et permanents lillois de la JOC de la première génération.

tete science
Jean-Marc GUISLIN, Bruno DURIEZ, Pierre OUTTERYCK, Christophe BELLON, Stefan GIGACZ

Des anciens jocistes témoigneront !

A la rigueur scientifique, les organisateur de la journée d’étude ont souhaité ajouter la profondeur du témoignages de ceux qui ont vécu et construit la JOC durant ces 90 ans d’histoires à Lille.

Louis DOOGHE : ouvrier menuisier puis éducateur ; ancien militant et permanent de la JOC (années 50) ; fondateur du foyer de culture populaire de Marcq-en-Barœul, ancien président de l’Union des clubs de prévention du Nord et de la Fédération des foyers de culture populaire.

Paul DESTAILLEUR : ancien militant et permanent de la JOC (années 60) ; syndicaliste au cœur de la crise de l’industrie textile ; militant politique et ancien conseiller municipal de Roubaix ; responsable du GADE, le Groupe d’action demandeurs d’emploi de Roubaix.

 

Thérèse LACROIX : ancienne jociste et permanente (années 1960-1970).

Maurice ELYN : ancien ouvrier comptable de l’usine de Fives ; ancien militant de la JOC à ses tout début (1928-1935) au coté de Fernand BOUXOM. Âgé de 102 ans !

Bernadette ALLOY-TIQUET : ancienne jociste de la JOCF (années 65-75).

Alain BRUNEEL : Ancien jociste et permanent JOC (années 65-75), militant politique, député de la 16ème circonscription du Nord.

Laurent POTENZA, ancien jociste (années 1980-1990).

Xavier VANACKERE : ancien jociste et permanent JOC (années 2000 -2010), militant syndical CGT, représentant du personnel.

militants joc
Paul Destailleur, Louis Dooghe et Xavier Vanackère

Les jocistes d’aujourd’hui au cœur des débats

Cette journée d’études ne sera pas un rendez-vous d’anciens combattants nostalgiques des gloires passées. Elle se veut résolument tournée vers l’avenir du mouvement et des jeunes du monde ouvrier et des quartiers populaires. « Il y a dans cette histoire une multitudes d’enseignements utiles, à nous, les jeunes d’aujourd’hui pour faire entendre notre voix et défendre notre dignité » confiait un des responsable local du mouvement lors de la rencontre régionale du 15 août 2017. Les jocistes et accompagnateurs seront présents pour en témoigner :

Graziella RATTINI, présidente de la JOC du Nord Pas de Calais accueillera les participants et donnera les enjeux de cette journée.

Charli OBOUNOU, président de la JOC de l’agglomération lilloise, partagera le regard des jocistes et leur réalité actuelle.

Pascal VERBEKE, accompagnateur fédéral de la JOC de l’agglomération lilloise et accompagnateur de liaison pour le Nord – Pas-de-Calais, clôturera la Journée par une réflexion sur l’évolution de la société, de l’Eglise, de la réalité de la jeunesse et les questions que cela pose pour nous aujourd’hui.

jocistes
Graziella RATTINI et Charli OBOUNOU

Une journée conviviale et ouverte à tous

Construite pour être accessible à tous, cette journée d’études s’adresse à tous ceux qui veulent approfondir leur connaissance ou découvrir la formidable aventure d’un mouvement qui fait le pari de faire confiance aux jeunes du milieu ouvrier.

Vous pouvez vous inscrire en ligne : Inscription en ligne ou télécharger l’invitation : Journée d’études JOC – Invitation 4 pages

Catégories JOC

Les reliques de la Sainte protectrice de la JOC arrivent dans le diocèse de Lille

Du 6 décembre 2017 au 7 janvier 2018, le diocèse de Lille accueillera les reliques de Sainte Thérèse de Lisieux et de ses parents.

therese_officecentraldelisieuxSainte Thérèse de l’Enfant Jésus (ou de Lisieux) a vécue une vie courte mais intense. Elle a ouvert de nouvelles voies à la mission en rappelant que ce ne sont pas forcement les grands actes héroïques qui conduisent à la sainteté mais aussi toutes les petits actes de la vie de tous les jours. Une démarche qui résonne avec le démarche de révision de vie portée par la Mission Ouvrière.

En 1929, dans son discours d’accueil des jocistes venus en pelrinage, le pape Pie XI, donne Saint Thérèse de Lisieux comme Sainte protectrice de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne.  » Nous l’avons choisie parce qu elle est la protectrice de toutes les Missions. Je vous la donne parce que je considère les jocistes comme des missionnaires  » dira t il a cette occasion.

La vénération des reliques des saints et des saintes a une place importante dans la religiosité populaire, très vivante dans les quartiers ouvriers du diocèse de Lille et dans les communautés issues des migrations. Certains y voient une pratique superstitieuse d’un autre age, d’autres un chemin direct vers Dieu. La Mission Ouvrière croit que chaque expression de foi, si elle est reliée à la vie concrète et si elle est relue avec d’autres est une chance qui porte du fruit dans la foi et pour la construction d’un monde plus juste et fraternel.

Toutes les infos sur la venue des reliques de Sainte Thérèse dans le diocèse sur le site du diocèse de Lille.

Journée d’étude sur la fondation de la JOC à Lille : les inscriptions sont ouvertes

La Fédération de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne de Lille organise le 18 novembre 2017 une journée d’étude consacrée à la naissance de la JOC en 1926 et à l’histoire de ses développements dans la région lilloise.

Invitation Colloque JOC Lille Moulin

Cette manifestation scientifique intitulée « Il y a 90 ans, la JOC naissait à Lille… » se déroulera de 9h30 à 18 h à la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales (Université Lille 2) 1 place Déliot 59000 Lille, Métro « Porte de Douai ».

Vous pouvez vous inscrire au 03-20-54-37-47 ou joc.lille@gmail.com

Vous pouvez aussi vous inscrire en ligne : inscription en ligne

Dépêchez-vous ! Les places sont limitées et partent à tour de bras !

Au programme de la journée d’étude :

Introduction à la journée

Jean-Marc Guislin (professeur d’histoire à l’Université de Lille, chercher à l’IRHiS) : Le contexte politique, économique et social de la création de la section JOC de Lille-Moulins (1926).

Bruno Duriez (directeur de recherche émérite au CNRS, chercheur au CLERSE) : Les débuts fulgurants de la JOC/F à Lille.

Paul Wallez (sociologue) : La figure du jeune ouvrier dans les revues Jeunesse ouvrière et Équipe ouvrière de la fin des années 1920 au début des années 1930.

Christophe Bellon (maître de conférences en histoire à l’Université catholique de Lille, chercheur au C3RD) : La place de la JOC dans la formation des « missionnaires du travail » – Lille, 1932-1940.

Stefan Gigacz (doctorant en histoire à l’University of Divinity, Melbourne) : Deux théologiens lillois de la JOC/F, Palémon Glorieux (1892-1979) et Pierre Tiberghien (1880-1963).

Pierre Outerryck (professeur agrégé d’histoire) : Des mouvements de jeunes face aux périls des années 1930. Affrontements et/ou coopérations.

Eric Belouet (chercheur associé au CHS, Paris) : Que sont devenus les permanents et permanentes lillois de la première génération de la JOC/F (1927-1937) ?

Des anciens et anciennes de la JOC/F du Nord de plusieurs générations feront part de leur découverte et de leur expérience du mouvement.

Pascal Verbeke (accompagnateur fédéral de l’agglomération lilloise, accompagnateur de liaison de la JOC du Nord / Pas de Calais) : Conclusion.

Le soir, les amis de la JOC vous propose une soirée auberge espagnole conviviale !