Fête de Noël en quartiers populaires à Lille : « Dieu est avec nous ! »

L’église Saint Benoit Labre du quartier populaire de Wazemmes à Lille brille de mille feux en ce samedi 16 décembre 2017 pour accueillir la fête de Noël en monde ouvrier et quartiers populaires de la Mission Ouvrière de Lille. Fraîchement restaurée, l’église a retrouvé sa blancheur immaculée. Les premiers arrivés, accueillis avec un bon café chaud et des percussions africaines, prennent le temps d’admirer la fresque du chœur représentant le Christ entouré de St Benoît Labre et des paroissiens. C’est l’occasion de se donner des nouvelles, de découvrir les nouveaux et de se demander qu’est ce que l’équipe de préparation a bien pu imaginer pour ce Noël.

20171216_152844653_iOS

Un message, des partages

A l’appel des organisateurs, les 90 personnes présentes s’asseyent dans les premiers rangs de l’église, devant l’écran du vidéoprojecteur. Après quelques mots d’introduction, la vidéo du message de Noël de la Mission Ouvrière est projeté. Chacun peut suivre sur son petit livret personnel. Les mots sont forts. Chacun découvre cette parole atypique ancrée dans les réalités de vie de ceux qui vivent et travaillent dans le monde ouvrier. La vidéo prend fin sur trois questions : Qu’est-ce que tu trouves beau dans la vie ? Qu’est-ce que signifie Noël pour toi ? Qu’est-ce que tu aurais envie de construire dans ta vie et dans le monde ?

Des petits groupes de 4-5 personnes se forment pour échanger autour de ces questions. Chacun tient à la main un feutre et un grain de folie, c’est à dire un balle de polystyrène comme celle qui ont été utilisée lors de l’action symbolique des 60 ans de la Mission Ouvrière à Lille le 23 septembre 2017. Les uns après les autres, les participants partagent, écoutent et écrivent les mots qui les marquent sur leur grain de folie qu’ils décorent avec soin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dieu est avec nous !

Après ce temps de partage, on lit un passage de l’évangile selon Matthieu dans lequel un ange informe Joseph de la future naissance de Jésus et lui confie « Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit :  »Dieu-avec-nous » ».

Le père Maurin Van Meenen, prêtre accompagnateur de la Mission Ouvrière de l’agglomération lilloise, donne son regard sur ce passage de l’écriture sainte : « En tant que chrétien, nous pouvons avoir la certitude que la seule volonté de Dieu c’est de nous donner son amour, sa tendresse et que nous construisions un monde plus juste. Jésus révèle au monde entier que Dieu n’est ni au dessus, ni à côté, ni devant nous. Il est avec nous ! Il est aussi avec tout ces mots d’amour et de partage que vous avez marqué sur nos grains de folie ».

20171216_163105579_iOS

La fraternité au cœur de Noël

Alors chacun vient accrocher son grain de folie sur le sapin de Noël. Certains prennent la parole et témoignent d’un moment de vie fort comme cette dame qui dit : « Il y a peu de temps j’ai trouvé ma porte d’entrée bombardée avec des œufs. Ça fait un choc. Alors d’autres habitants de mon immeuble sont venus me parler. Ils m’ont dit de ne pas rester seule et m’ont invités. Il y a même une personne qui a prit le temps de redécorer le hall de l’immeuble. C’est beau ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quand chacun a regagné sa place, les organisateurs offrent aux participants un lumignon et on partage la prière du Notre Père. Puis entraîné par un chanteur percussionniste, la foule entonne des chants traditionnels de Noël : Il est né le divin enfant, Sainte nuit…

La soirée se conclue par une grande auberge espagnole.

20171216_165801043_iOS

Publicités

Armentières : Le partage au cœur du Noël des chrétiens du monde ouvrier et des quartiers populaires

Dimanche 10 décembre 2017 dans l’après midi, les acteurs de la Mission Ouvrière de l’armentièrois investissent le centre pastoral de la rue Denis Papin à Armentières pour fêter Noël avec les personnes du monde ouvrier et des quartiers populaires.

70 personnes de tous horizons

Un changement de lieu judicieux car les 70 personnes présentes auraient eu bien du mal a tenir toutes dans la salle « 12 apôtres » du centre ville où se tient habituellement la fête. Des personnes de tous horizons : militants des mouvements mais aussi des nouveaux, des habitants du quartier, des paroissiens, le père Lesage (doyen), des familles du Secours Catholique et des migrants géorgien, rwandais, guinéen…

IMG_7536

Tous sont venus fêter la naissance de Jésus et vivre un moment de fraternité et de convivialité. Ils sont accueillis par quelques mots de l’équipe de préparation qui les invite à regarder la vidéo sur l’événement symbolique des 60 ans de la Mission Ouvrière qui a eu lieu le 23 septembre 2017 à Lille et auquel de nombreux armentièrois ont participé.

La salle se remplie d’un profond silence au moment de lire le message de Noël de la Mission Ouvrière. Puis chacun est inviter a rejoindre un petit groupe pour partager autour d’un des quatre thème issus du message : Souffrance – espérance / Paix – construire ensemble / Pauvreté / Protection de la planète.

Des échanges fraternels

Ce n’est pas un débat d’idée qui s’engage, c’est un moment d’échange fraternel où chacun témoigne de ce qu’il vit au quotidien et des signes d’espérance qu’il voit. Les enfants aussi ont leur groupe de partage. Pour chaque thèmes des paroles fortes émergent :

L’écologie, c’est notre avenir en commun ! A chacun son travail, nous les enfants, trier nos déchets, ramasser les papiers, vous les adultes, ne pas gaspiller, agir comme çà, c’est permettre à notre planète de respirer !

Les pauvretés : pas si fragiles si nous sommes acteurs ! Oser aller vers l’autre ! On est tous le « riche » de quelqu’un ! Notre regard peut faire grandir !

La paix : La paix, c’est réussir ensemble ! quelle place déjà je prends ? Accepter de vivre ensemble, de s’écouter, de se parler !

Les souffrances : quelle place je donne à l’autre ? Oser mettre l’Espérance ! Lutter contre l’indifférence, le jugement et créer la fraternité ! Pouvoir en parler et trouver un lieu d’écoute et de partage !

Un moment de communion et d’espérance

Après les mots viennent les actes ! Chaque participant est invité a s’inspirer de ce qu’il a échangé avec les autres pour décorer une boule de Noël… enfin plutôt un grain de folie ! Un beau moment intergénérationnel où chacun, grand ou petit, a mit la main à la pâte et aidé l’autre. Puis les grains de folie sont venus décorer le sapin de Noël.

IMG_7541

Vient le temps de la célébration et de la proclamation de l’évangile. On se réjouit ensemble de cette Bonne Nouvelle : Un sauveur nous est né ! On amène la crèche au centre de laquelle est posé cet enfant si petit, fragile, issu d’une famille atypique de travailleurs pauvres, sans un toit pour se protéger. Alors, une enfant arménienne prend la parole et déclame de tête une prière qu’elle a écrit à Jésus. Puis la célébration se termine sur un chant.

Avant de prendre un bon goûter de Noël ensemble, les participants s’offrent les uns au autre leur boule de Noël et un lumignon. Après avoir bu un café ou un chocolat chaud chacun rentre chez soi avec une certitude au cœur : j’ai des frères avec moi et un Père tout là haut.

IMG_7546

Paroles de luttes de militants politiques membres de l’ACO du diocèse de Lille

Dans le diocèse de Lille, l’Action Catholique Ouvrière (ACO) réunit de nombreux chrétiens du monde ouvrier et des quartiers populaires. Parmi eux un grand nombre sont engagés dans la vie politique : élus, militants, adhérents, sympathisants ou acteurs de différentes organisations politiques, ils se retrouvent en ACO pour relire leur engagement à la lumière de l’Évangile.

creche militante2
Né pauvre parmi les pauvre, le Christ lève le poing avec ceux qui luttent

En novembre 2017, des militants politiques de l’Action Catholique Ouvrière de la Métropole Lille Roubaix Tourcoing se sont retrouvés lors d’un « relais » pour partager sur la situation actuelle. Lors de cette rencontre, ils ont souhaité exprimer une parole à l’occasion de Noël : Noël 2017 : Celui qui vient au monde naît sur la paille pour manifester la dignité de tout être humain !

Découvrez cette parole : Parole des engagés politiques en ACO Lille Noël 2017

Une parole forte qui met la dignité de la personne humaine au centre : Avec la Naissance de Jésus c’est la condamnation de ce vieux monde de l’argent… Il inaugure un monde nouveau que nous sommes appelés à bâtir avec lui, un monde où chacun-e « vaut plus que tout l’or du monde ! »

La fondation de la JOC vue par… Bruno Duriez, sociologue au CNRS

Une grande journée d’étude sur la fondation de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) a eu lieu le 18 novembre 2017 à l’Université de Lille 2 dans les locaux de la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales. Plus de 200 personnes étaient présente pour découvrir comment et pourquoi la JOC est née à Lille en 1926 et comment cette fondation a changer en profondeur l’Eglise catholique et le mouvement ouvrier français.

Chaque semaine, la Mission Ouvrière du diocèse de Lille vous fera découvrir le regard d’un intervenant ou d’un témoin de cette grande journée d’étude. Aujourd’hui, nous vous partageons les grandes lignes de l’intervention de Bruno Duriez, directeur de recherche en science sociales au CNRS, sur les débuts foudroyants de la JOC dans l’agglomération lilloise.

duriez
Bruno Duriez lors de la journée d’étude sur la fondation de la JOC à Lille

L’intervention de Bruno Duriez débute par un premier scoop : « Joseph Cardijn, le fondateur de la JOC en Belgique, s’est personnellement impliqué dans le fondation de la JOC à Lille et à Roubaix. Il est venu sur place pour lancer le mouvement dès le début ».

Dans les années 20, la JOC va connaitre un succès foudroyant car elle répond à un besoin de l’Eglise qui ne sait pas comment s’adresser et surtout comment garder les jeunes du milieu ouvrier qui fréquentaient les paroisses. Il rappelle que les tentatives précédente à destination des jeunes du milieu ouvrier se sont avérées insuffisantes : « Dès les années 20, l’Association Catholique de la Jeunesse Française ont lancé des sections ouvrières, mais ceux-ci ne voulaient pas devenir les membres d’une structure dirigée par des étudiants ».

La JOC est donc créée et s’agrandie à grands pas dans l’agglomération lilloise grâce à trois facteurs :

  • la présence de jeunes ouvriers dans les patronages
  • la stratégie offensive de la JOC
  • le soutien de l’évêque de Lille

Mais ce développement ne se fait pas sans heurts puisque en effet « l’intégralisme  de la JOC [le fait que la JOC propose un projet de vie complet aux jeunes] fait peur aux associations et aux syndicats chrétiens qui craignent une trop grande autonomie du mouvement ». Pourtant, le mouvement reste profondément ancré dans l’Église orientant naturellement ses adhérents vers le syndicalisme chrétien et les engagements proches de l’Eglise.

La semaine prochaine, découvrez les grandes lignes du témoignage de Louis Dooghe, ancien jociste des années 50, créateur des premiers clubs de prévention et grande figure de l’éducation populaire.

Retrouvez l’intégralité des interventions et des témoignages de la journée d’étude du 18 novembre 2017 dans les actes de la journée d’étude à paraître très bientôt.

Emploi digne : la JOC et la Mission Locale de Lille proposent aux jeunes de passer à l’action

Il fait un temps déplorable ce 6 décembre 2017 sur l’agglomération lilloise. Mais ce n’est pas pour parler du climat de la capitale des Flandres qu’une vingtaine de jeunes privés d »emploi se sont réunit dans les locaux de la Mission Locale. C’est pour parler des nuages qui s’amoncellent sur leur avenir : chômage, mauvaise orientation, précarité, discriminations… Autant de difficultés dont chacun de ces jeunes peut témoigner et qui les prive d’un emploi digne.

IMG_7770

L’emploi digne : un droit garanti par la constitution de la République Française mais dont les responsables politiques ne font pas vraiment une priorité. C’est pourquoi la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) de l’agglomération lilloise et la Mission Locale de Lille ont invité un groupe de jeunes lillois en recherche d’emploi a passer à l’action lors une table ronde animé par les jocistes.

Après avoir découvert les résultats de l’enquête menée par la JOC sur l’emploi digne et le cahier de doléance réalisé à l’occasion du rassemblement national du 15 avril 2017, les jeunes participants ont pu choisir sur quelle doléance ils souhaitaient agir. Insertion, égalité hommes-femmes et orientation ont été les trois thèmes approfondis.

En petit groupe et pendant plus d’une heure, les jeunes ont débattu, discuté et formulé des pistes d’action concrètes. Des projets qu’ils mèneront dans les mois à venir avec le soutien de la JOC.

IMG_7768

 

Catégories JOC

« Une belle histoire » : le chant de Noël de l’ACO de la vallée de la lys en version karaoké

A l’occasion de la fête de Noël en Mission Ouvrière de la vallée de la Lys qui a eu lieu le 8 décembre 2017 à Halluin, l’Action Catholique Ouvrière a créé un chant de Noël baptisé : Une belle histoire.

Découvrez ce chant en version karaoké pour pouvoir le chanter lors des veillés et des différents temps forts de Noël.

lien vidéo chant

Une belle Histoire (sur l’air du Petit âne gris d’Hugues Aufray)

C’est une belle histoire que je vais raconter,
Elle est dans ma mémoire, je ne peux l’oublier.
Elle se passe à Comines, Linselles et Halluin,
On forme une bonne équipe avec tous les copains.

L’histoire a commencé il y a 2000 ans.
Dans un pays lointain parmi de pauvres gens.
C’est une jeune femme qui devait accoucher,

Ce fut dans une étable par une nuit glacée.

L’enfant a bien grandi, devint un personnage,
Durant toute sa vie, délivra un message,
Un message d’amour, de justice et de paix,
C‘est pour le faire connaître que nous sommes engagés.

Avec les syndicats, les associations,
Les partis politique, nous sommes dans l’action.
Avec les militants, on fait du bon boulot,
Et si l’on tient le coup, c’est grâce à I’A C O.

 

Vallée de la lys : la fête de Noël en Mission Ouvrière s’illumine d’espoirs

La froide nuit d’hiver vient à peine de se coucher sur la ville d’Halluin. Les lumières de la salle Declercq sont allumées et les membres de l’Action Catholique Ouvrière de la vallée de la lys s’affairent à l’intérieur pour finir de préparer leur fête de Noël en Mission Ouvrière. Cette année, c’est eux qui ouvrent le bal des 13 fêtes de Noël en monde ouvrier et quartiers populaires du diocèse de Lille.

Une soixantaine de personnes de tous horizons

Dès qu’ils franchissent le pas de la porte, les invités se voient offrir une coupe de Crément  ou de jus de fruit et des parts de cakes « fait maison » de toutes sortes. Ils sont une soixantaine à s’asseoir par groupe de 6-7 autour des tables rondes de la salle. Parmi eux, il y a bien sur les 4 équipes d’ACO qui ont préparé cette fête mais il y a aussi des amis, des personnes rencontrés dans les divers engagements au syndicat, à la CLCV, dans les associations d’aide aux migrants… Toutes les couleurs, tous les âges et différentes religions sont présentes pour partager un moment de fraternité autour d’un thème fort : l’espoir !

20171208_174048994_iOS
Accueil des participants avec un petit apéro

Le chant « Par dix, par cent, par mille » de Mélina Mercouri lance la fête. Puis on lit ensemble l’introduction du message de Noël de la Mission Ouvrière et l’Évangile mit en lumière dans un beau diaporama. A la fin de l’Évangile, on allume le cierge pascal qui s’élance entre les deux mains blanches d’un bougeoir géant réalisé par une membre de l’ACO. C’est alors que chacune des équipes ACO prend la parole pour partager les moments forts et les partages vécus cette année.

Politique, migrations, femmes, engagements… L’ACO témoigne !

Une première équipe d’Halluin témoigne de la force des partages vécus en équipe : « En équipe nous avons partagé nos convictions mais aussi nos émotions, nos colères et nos joies. L’une partage son engagement auprès des personnes âgées qui ont tant besoin d’attention et d’écoute. Une autre nous dit son combat pour la dignité dans son travail. Le milieu du travail n’est pas tendre avec les plus petits ». Une année également marquée par des échanges autour des élections et sur l’importance d’agir sur le terrain : « Nos rencontres débutent souvent sur des constats négatifs mais on va plus loin. On est engagés au travail, à la CLCV, en Eglise, avec les migrants… On se pose beaucoup de questions et on trouve peu de réponses et c’est pourquoi on est pas prêt de lâcher l’affaire ».

20171208_175910665_iOS
Une assemblée diverse et participante !

L’équipe « des femmes » d’Halluin partage sa relecture sur ce que vivent les femmes : « Notre équipe est 100% féminine mais avec des horizons divers : Afrique du sud, Rwanda, Congo, Europe… On se rend compte que si la femme européenne semble libre, elle vit encore des situation de harcèlement. Les femmes qui viennent d’autres cultures prennent les habitudes européennes mais les hommes restent avec la mentalité du pays. Ils ne s’occupent pas des enfants alors que nous devons le faire en plus du travail. Le problème de la violence n’est pas résolu. Il y a encore beaucoup de propos sexiste : femmes à la maison, tu t’habilles comme une fille facile… ». L’équipe conclut son témoignage collectif par un message d’espoir : « Tout cela se joue dans l’éducation. Les choses changent et s’améliorent. Il y a de plus en plus d’hommes qui prennent leur responsabilités, changent les couches, éduquent les enfants ».

Après une année d’élections qui a profondément bousculé le paysage politique français, l’équipe de Comines a partagé son regard sur la politique : « Nous sommes 9 dans l’équipe. La plupart sont engagés syndicaux ou ont eu des responsabilités au Parti Socialiste… Alors on parle politique. La politique et notre Foi sont liés ! C’est l’ACO nous a ouvert les yeux et fait prendre conscience que notre foi doit nous conduire à remettre en cause l’ordre établi ». Ils illustrent leur propos en reprenant la célèbre phrase de Dom Helder Camara, évêque brésilien qui disait « Quand je donne à manger aux pauvres, ils disent que je suis un saint. quand je demande pourquoi les pauvres sont pauvres, on dit que je suis un communiste ». Puis, l’équipe partage sa conviction de l’importance de l’engagement politique : « Les travers des hommes politiques entraînent une méfiance envers la politique. L’ACO nous apprend à faire de la politique au sens noble. La politique est une des façons les plus nobles de vivre la charité ». Avant de conclure avec les mots du Pape François  » Les pauvres non seulement subissent l’injustice, mais ils luttent également contre elle ! Ils ne se contentent pas de promesses illusoires, d’excuses ou d’alibis. Ils n’attendent pas non plus les bras croisés ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enfin une équipe d’Halluin prend la parole sur la situation des migrants :  » Les migrants sont chassés de partout. Ils sont mit en esclavage en Lybie. En France, ils sont peu ou pas accueilli alors que le Liban en accueille des millions. Pourtant, ils sont là. Ils ont prit d’incroyables risques pour offrir un avenir à leur famille et ils arrivent à Halluin, à Wervicq-Sud, à Linselles… Ils sont là avec d’immenses combats à mener pour les papiers, le travail, la nourriture…. On a fait beaucoup avec eux : développer des possibilités d’action avec un collectif, la création d’un fond de solidarité… Des réussites sont là : titres de séjour, contrats de travail, logement sociaux, bons résultats scolaires des enfants. Mais il y a encore beaucoup de combats à faire « . L’équipe conclut son partage de vie par un appel :  » Nous devons construire un monde fraternel qui sait ouvrir ses frontières sans faire le tri entre des « bons » migrants qui fuient la guerre et des « mauvais » migrants qui fuient la misère. Il est temps que l’homme redevienne humain ! « .

Chants, danse et repas partagé !

Chaque intervention est suivie d’une salve d’applaudissements. Puis les responsables de l’ACO distribuent à tous les participants de petits autocollant sur lesquels ils les invitent à écrire quels sont leurs espoirs. Chacun prend le temps d’écrire et de partager avec son voisin avant que chaque table dise à haute voix : la paix, le travail pour tous, l’accueil, le courage, la justice ainsi que des situations très concrètes. Puis chaque autocollant est collé sur une bougie qui rejoint le cierge pascal sur le bougeoir géant.

20171208_190438080_iOS
Les bougies d’espoirs autour du cierge pascal 

Ce beau moment d’échange se conclut par le chant « toi plus moi » qui fera danser une partie de la salle. Enfin, le partage se conclut par la lecture de la dernière partie du message de Noël en Mission Ouvrière à quatre voix et par une chanson réalisée par un membre de l’ACO sur l’air du « petit âne gris » de Hugues Aufray.

Enfin la soirée se conclut par une auberge espagnole où chacun prend le temps de partager, de rire, de manger et de boire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Formation « Accompagner et développer des projets de fraternité » 2018 : les inscriptions sont ouvertes !

Accompagner et développer des projets de fraternité dans le monde ouvrier et les quartiers populaires n’est pas toujours simple. Surtout quand on veut que les personnes en situation de pauvreté ou de fragilité en soit les acteurs et même les porteurs. Cette ambition que porte depuis longtemps la Mission Ouvrière est partagée par d’autres dans le diocèse de Lille, réunis au sein du collectif Frat’éveil.

participants 10 06 2017 1

L’an dernier ce collectif a lancé la première formation-action pour accompagner et développer des projets de fraternité. Une première année couronnée de succès avec de nombreux groupes et de beaux projets en développement.

Une aventure humaine forte et concrète

Fort de ce succès, le collectif Frat’éveil lance un nouveau cycle de formation qui débutera en janvier 2018.

Vous êtes une personne qui a connu ou qui connait encore les difficultés du monde ouvrier (précarité, chômage, isolement, maladie…) ? Vous refusez de vous résigner et de la jouer perso ?

Ou alors vous voulez permettre aux personnes en fragilité de devenir acteurs de leur vie, de la société et de l’Eglise ? Vous souhaitez vivre une aventure humaine forte et concrète qui participe à la construction d’un monde plus juste et fraternel ?

Que vous ayez déja une idée de projet en tête ou pas, inscrivez vous à la formation action 2018 ! Cette formation se fait à partir de l’expérience de terrain et l’expérience de vie de chaque participant. Une démarche participative guide les journées et permet à chaque participant de bénéficier de l’apport des autres. La formation s’appuie sur les projets, et prend en compte les besoins de chaque binôme. La diversité des participants fait de la formation un lieu d’expérimentation.

Infos pratiques

COÛT : Participation souhaitée par personne : 50 € par jour (dont le repas). Des subventions seront demandées à différents partenaires. L’argent ne doit pas être un problème.

LIEU et INSCRIPTIONS : Maison de l’Apostolat des Laïcs – 39, rue de la monnaie – 59000 Lille Tél : 03.20.06.43.02 osonslafraternite@lille.catholique.fr

PUBLIC : Des binômes ayant un projet de fraternité, formés d’une personne ayant l’expérience de la précarité et d’une personne qui est dans l’accompagnement de projet.

CONTENU : Chaque session permet d’aborder une facette des projets de fraternité : Repérer et comprendre les critères pour construire un projet de fraternité. Découvrir les balises qui permettent à chacun de prendre la parole et de réfléchir ensemble. Voir comment on fait pour que chacun devienne acteur du projet. Voir comment les plus pauvres peuvent trouver leur place dans l’Église et la société. La façon de travailler permet à des personnes qui n’ont pas fait beaucoup d’études d’y participer pleinement. Une équipe assure la préparation des sessions et accompagne les participants entre les sessions, avec l’appui de l’association « Participation et Fraternité ». (www.participationfraternite.fr)

DATES : (formation sur 5 jours) 4 samedis et 1 vendredi. Dates pour 2018 : 13 janvier, 17 février, 7 avril, 1er et 2 juin

HORAIRES : 9h00 -12h00 ; 13h30 -17h30

Téléchargez le bulletin d’inscription : INSCRIPTION formation action

CONTACTS : Olivier BARREY 06.41.37.26.75 olivbarrey@hotmail.fr / Jérôme MONTOIS 06.33.57.68.43 jerome.montois@gmail.com

La fondation de la JOC à Lille vue par… Jean-Marc Guislin, historien à l’université de Lille 3

Une grande journée d’étude sur la fondation de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) a eu lieu le 18 novembre 2017 à l’Université de Lille 2 dans les locaux de la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales. Plus de 200 personnes étaient présente pour découvrir comment et pourquoi la JOC est née à Lille en 1926 et comment cette fondation a changer en profondeur l’Eglise catholique et le mouvement ouvrier français.

Chaque semaine, la Mission Ouvrière du diocèse de Lille vous fera découvrir le regard d’un intervenant ou d’un témoin de cette grande journée d’étude. Aujourd’hui, Jean-Marc Guislin, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lille 3, apporte son regard sur le contexte politique, économique et social de la ville de Lille et en particulier du quartier de Moulins au moment de la création de la JOC en 1926.

FullSizeRender
Jean-Marc Guislin lors de la journée d’étude sur la fondation de la JOC à Lille

Lors de son intervention, Jean-Marc Guislin a commencé par rappeler qu’en 1926, le quartier ouvrier de Moulins à Lille était couvert de fabriques et d’usines qui ont beaucoup souffert de la première guerre mondiale. Les bombardements et les démantèlements ont beaucoup fait souffrir le tissu industriel lillois. Dans ce quartiers, les taudis ouvriers insalubres côtoyaient les châteaux des magnats de l’industrie lilloise.

Jean-Marc Guislin souligne d’autres contradictions : « Dans les années 1920, le salaire réel des ouvriers diminue sensiblement. Pourtant la conflictualité n’était pas forte dans les usines avec peu de mouvements de grèves ».

Lille Moulins est un quartier qui est vite devenu un vivier du catholicisme social autour de l’église Saint Vincent de Paul. Un catholicisme social qui se heurte violemment à l’anticléricalisme d’une partie des organisations ouvrière mais dont les acteurs ne sont que plus combatifs.

Ce sont ces acteurs qui seront les premiers à s’investir dans la fondation de la JOC à partir de 1926.

La semaine prochaine, découvrez les grandes lignes de l’intervention de Bruno Duriez, sociologue au CNRS, sur les premiers pas de la JOC à Lille.

Retrouvez l’intégralité des interventions et des témoignages de la journée d’étude du 18 novembre 2017 dans les actes de la journée d’étude à paraître très bientôt.

 

Les rendez-vous de la fraternité de Fives à Lille : un lieu de partage au cœur d’un quartier populaire

Depuis quelques temps, la paroisse du quartier populaire de Fives à Lille et l’association Ephatha proposent à tous un lieu d’accueil et de partage pour chercher ensemble des chemins de fraternité : les rendez-vous de la fraternité.

Il s’agit d’un lieu ouvert sur le quartier pour témoigner de la vie de chacun. Un lieu pour témoigner de la joie de cheminer avec le Christ mais aussi un endroit où rencontrer des chemins de foi différents qui s’interpellent, se croisent, se réinventent. C’est tout simplement un lieu plein de chaleur et de gratuité pour se poser simplement autour d’un café et être accueilli avec bienveillance.

« Un lieu surtout chaleureux où chacun vient puiser les ressources de notre humanité. Prenez possession de ce lieu. Que cela soit le vôtre, le nôtre et que nous grandissions ensemble dans une ouverture de cœur et d’esprit » invite Annie Mbumba, animatrice pastorale sur le quartier, avant de nous offrir ce beau témoignage :

« Depuis septembre, Marie-Geneviève, paroissienne du quartier populaire de Lille-Fives et Abdel, participant au Café solidaire EPHATHA, ont pris l’habitude de venir aux rendez-vous de la fraternité tous les vendredi de 14 à 17h . Cette semaine Abdel a apporté du chocolat en disant « Je vais passer les fêtes de fin d’année avec ma tante à Marseille elle est très âgée et vit seule et comme je ne serai pas avec vous pour Noël je vous ai amené du chocolat comme cadeau ». Ensuite, ils ont remplit leur grain de folie ensemble. Quel beau geste ! Je trouve cela magnifique ! »

Les rendez-vous de la fraternité sont ouverts deux fois par semaines :

  • Le jeudi de 9h à 11h30 : Café Partage
  • Le vendredi de 14h à 17h : Témoignages et ateliers de partages de fraternité (Musique, théâtre)

Rendez vous à la salle paroissiale Maximilien Kolbe, 7 rue Decarnin à Lille-Fives, à côté de l’église Saint Sacrement, sur le côté du Centre commercial Leclrec.

DSC_0252_1
L’atelier théâtre des Rendez-vous de la fraternité